Dossier d’œuvre architecture IA60003221 | Réalisé par
Chamignon Lucile (Rédacteur)
Chamignon Lucile

Chercheuse de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Hauts-de-France (depuis 2020).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Communauté de communes Oise Picarde
Cimetière du Gallet
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes de l'Oise Picarde - Saint-Just-en-Chaussée
  • Commune Le Gallet
  • Cadastre 2020 B 51
  • Dénominations
    cimetière
  • Dossier dont ce dossier est partie constituante
  • Parties constituantes non étudiées
    monument aux morts

Le Gallet était rattaché à la paroisse du Saulchoy et de Viefvillers jusqu'en 1243, date de son érection en paroisse indépendante. Ces trois villages avaient donc un cimetière commun (actuel cimetière du Saulchoy), situé au milieu de la plaine, à égale distance entre les trois agglomérations. Le cimetière actuel du Gallet s'est donc établi contre l'église au moment où le village est devenu une paroisse indépendante.

Des vestiges de l'ancienne croix du cimetière (partie supérieure) sont visibles dans l'ancienne sacristie de l'église. Ils sont datables du 17e ou 18e siècle.

Au début du 19e siècle, Louis Graves indique que le cimetière est délimité par une clôture de haies et d'habitations qui le bordent du côté ouest (certains sont encore visibles sur une carte postale du début du 20e siècle). Comme en témoigne le cadastre actuel, un chemin partant du côté sud devait relier le cimetière au tour de ville. D'autre part, une entrée plus ancienne a pu exister à partir de la rue, à l'emplacement de la sacristie, construite dans les années 1880.

Les tombeaux les plus anciens encore visibles aujourd'hui remontent au 3e quart du 19e siècle. Le tombeau d'Auguste Judenne, ancien maire du Gallet mort en 1862, a par exemple été réalisé par Bertin, marbrier à Crèvecœur. Le dernier tiers sud du cimetière est probablement une extension plus tardive (autour de 1900?) compte tenu de la grande présence de tombeaux de la 2e moitié du 20e siècle.

Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale est érigé dans le cimetière en 1921. Le mur de clôture actuel a été construit en 1926 (AD Oise : série O).

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 13e siècle , (incertitude)
    • Principale : Epoque contemporaine, 2e moitié 19e siècle, 20e siècle
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Bertin Georges
      Bertin Georges

      Marbrerie active à Crèvecœur-le-Grand dans la seconde moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle. Georges Bertin signe des œuvres du premier quart du 20e siècle.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      marbrier signature
    • Auteur :
      Marbrerie Lesobre
      Marbrerie Lesobre

      Toujours en activité (2021), cette marbrerie a son siège social à Crèvecœur-le-Grand. Elle a notamment réalisé de nombreux tombeaux dans les cimetières des villages de l'ancien canton de Crèvecoœur-le-Grand. M. Lesobre était carrier à Bonneleau où il pouvait extraire les pierres nécessaires à la réalisation de tombeaux (mention dans une facture relative à l'érection de la croix du cimetière de Catheux).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      marbrier signature

Le cimetière, appuyé contre l'élévation méridionale de l'église, forme un quadrilatère étiré selon l'axe nord-sud entre la rue de la Sablonnière au nord et le sentier du tour de ville au sud. L'entrée s'effectue juste à droite de l'entrée occidentale de l'église, sur le côté nord-ouest de la parcelle.

Le cimetière, clôturé d'une haie vive parfois interrompue par un mur maçonné, s'organise en quatre allées d'axe nord-sud et deux allées d'axe est-ouest (la première longe l'élévation méridionale de l'église, la seconde coupe la parcelle du cimetière au niveau du dernier tiers sud). Les tombeaux sont tous orientés est-ouest. Les tombeaux du dernier tiers sud sont moins nombreux et plus disséminés dans la partie nord.

Les matériaux employés dans la construction des tombeaux sont majoritairement le granite (bleu de Belgique) et le calcaire. Des plaques funéraires en marbre sont posées sur les tombeaux les plus monumentaux. Les quelques exemples de croix de sépulture ainsi que la croix du cimetière sont en fer et en fonte.

  • Murs
    • calcaire
    • granite
    • fer
    • fonte
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Bibliographie

  • DAIRE (père). Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de doyenné de Conty. Le Cabinet historique de l'Artois et de la Picardie, 1896, T. 11.

    p. 238.
  • GRAVES, Louis. Précis statistique sur le canton de Crèvecœur, arrondissement de Clermont (Oise). Annuaire de l'Oise. Beauvais : Achille Desjardins, 1836.

    p. 53-54.
  • OISE. Archives départementales. Répertoire méthodique détaillé de la sous-série 2 O. Administration communale. Établi par le bureau des archives modernes, archives départementales de l’Oise, 2019.

    p. 921.

Documents figurés

  • Le Gallet, cadastre rénové, section B, feuille 1, 1933 (AD Oise ; 1964 W 92).

  • Le Gallet (Oise). L'église et la place, carte postale, Debray-Bollez éditeurs à Crèvecœur, 1er quart du 20e siècle (coll. part.).

Date d'enquête 2021 ; Date(s) de rédaction 2021
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Chamignon Lucile
Chamignon Lucile

Chercheuse de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Hauts-de-France (depuis 2020).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers