Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Bienvenue sur le site de l'Inventaire général du patrimoine culturel des Hauts-de-France

L'Inventaire général du Patrimoine culturel recense, étudie et fait connaître le patrimoine urbanistique, architectural et mobilier de la région. Actuellement, vous avez accès ici aux dossiers d'inventaire et aux ressources numériques disponibles sur les départements de l'Aisne, de l'Oise et de la Somme. L'ensemble de la documentation est également consultable au centre de documentation.

 A la une

 La collection Découverte en Hauts-de-France

Désormais intitulée Découverte en Hauts-de-France, notre collection de dépliants affiche une nouvelle présentation. Les neuf numéros remaquettés sont à télécharger ici.

Le cimetière de la Madeleine (Amiens)

Mise en ligne de deux dossiers de synthèse sur les enclos funéraires et les tombeaux et monuments funéraires du cimetière de la Madeleine, en complément des 1352 dossiers individuels déjà disponibles.

 L'architecture funéraire dans les communes étudiées d'Amiens métropole

Cette étude qui complète le recensement des concessions perpétuelles du cimetière de la Madeleine, permet de mesurer son influence sur les autres cimetières de l'aire d'étude.
Elle a permis de mettre en lumière la richesse du patrimoine funéraire, tant dans les autres cimetières d'Amiens que dans les cimetières ruraux, où sont encore conservés des monuments d'un grand intérêt, tant par leur ancienneté que par leur qualité architecturale.

L'ensemble présenté ici se compose de 496 dossiers individuels illustrés d’environ 1900 images et de trois dossiers de synthèse sur les cimetières, les tombeaux de prêtre et de congrégation et l’architecture funéraire.

Lumière sur

Les usines de produits agro-alimentaires et de l'agro-industrie, dans le bassin creillois

Avant d'être utilisées à des fins industrielles, les rivières de la Brèche et du Thérain firent tourner les roues de moulins à farine présents en nombre sur les communes de l'agglomération creilloise (Nogent-sur-Oise, Creil, Montataire et Villers-Saint-Paul) mais aussi à Laigneville, Monchy-Saint-Eloi et Cramoisy. L'abandon progressif de la mouture de la farine s'est effectué entre 1820 (apparition des premières installations industrielles dans les anciens moulins) et la fin du 19e siècle. Seul le moulin de Nogent-sur-Oise, situé rue Ducrocq fait exception : fonctionnant à l'électricité, il a été édifié au centre du quartier ouvrier Carnot, loin des rivières. Les autres industries de l'agroalimentaire sont peu représentées : on recense deux brasseries (Montataire, Creil), une distillerie (Villers-Saint-Paul), une féculerie (Saint-Leu-d'Esserent), et une sucrerie qui prit la succession de la féculerie de pomme de terre de Saint-Leu-d'Esserent en 1863.

Les deux silos céréaliers font partie du domaine de l'agro-industrie, ils ont tous deux été édifiés au bord de l'Oise en 1972 (Pont-Sainte-Maxence) et 1976 (Nogent-sur-Oise). Le trafic annuel de céréales chargées depuis ces deux ports représente près de 320 000 tonnes en partance vers le Basse-Seine et le nord de l'Europe.

En savoir plus…