Logo ={0} - Retour à l'accueil
Bienvenue sur le site de l'Inventaire général du patrimoine culturel des Hauts-de-France

L'Inventaire général du Patrimoine culturel recense, étudie et fait connaître le patrimoine urbanistique, architectural et mobilier de la région.

 

 

 

Lumière sur

Les usines de produits agro-alimentaires et de l'agro-industrie, dans le bassin creillois

Avant d'être utilisées à des fins industrielles, les rivières de la Brèche et du Thérain firent tourner les roues de moulins à farine présents en nombre sur les communes de l'agglomération creilloise (Nogent-sur-Oise, Creil, Montataire et Villers-Saint-Paul) mais aussi à Laigneville, Monchy-Saint-Eloi et Cramoisy. L'abandon progressif de la mouture de la farine s'est effectué entre 1820 (apparition des premières installations industrielles dans les anciens moulins) et la fin du 19e siècle. Seul le moulin de Nogent-sur-Oise, situé rue Ducrocq fait exception : fonctionnant à l'électricité, il a été édifié au centre du quartier ouvrier Carnot, loin des rivières. Les autres industries de l'agroalimentaire sont peu représentées : on recense deux brasseries (Montataire, Creil), une distillerie (Villers-Saint-Paul), une féculerie (Saint-Leu-d'Esserent), et une sucrerie qui prit la succession de la féculerie de pomme de terre de Saint-Leu-d'Esserent en 1863.

Les deux silos céréaliers font partie du domaine de l'agro-industrie, ils ont tous deux été édifiés au bord de l'Oise en 1972 (Pont-Sainte-Maxence) et 1976 (Nogent-sur-Oise). Le trafic annuel de céréales chargées depuis ces deux ports représente près de 320 000 tonnes en partance vers le Basse-Seine et le nord de l'Europe.

En savoir plus…