Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Bienvenue sur le site de l'Inventaire général du patrimoine culturel des Hauts-de-France

L'Inventaire général du Patrimoine culturel recense, étudie et fait connaître le patrimoine urbanistique, architectural et mobilier de la région. Actuellement, vous avez accès ici aux dossiers d'inventaire et aux ressources numériques disponibles sur les départements de l'Aisne, de l'Oise et de la Somme. L'ensemble de la documentation est également consultable au centre de documentation.

 A la une

 Le patrimoine industriel de la Somme

 

Le patrimoine industriel de la Somme a fait l'objet d'un recensement de 1985 à 1991.

Sur les 337 dossiers réalisés, 220 sont actuellement disponibles, dont certains mis à jour et enrichis dans le cadre d'inventaires topographiques (Amiens métropole, Val-de-Nièvre). D'autres seront mis en ligne ultérieurement dans le cadre de l'étude thématique sur la Première Reconstruction industrielle en Picardie, ou d'inventaires topographiques (Vimeu industriel, la Ville d'Abbeville).


Les catalogues numériques

Les deux premiers catalogues numériques rassemblant une sélection des ressources bibliographiques, photographiques, sonores et audiovisuelles du centre de documentation de la Direction de l’Inventaire et du Patrimoine Culturel de la Région Hauts-de-France sont disponibles :

La céramique en Picardie

Le réseau ferré et les gares en Picardie


Pour en savoir plus...

Lumière sur

Ancien tissage Morgan et Delahaye, puis filature Trépagne, Poiret et Neveu, teinturerie Ransinangue et filature Saguez, devenues usine de bonneterie Barbier-Legendre et Bonneterie des Saintes-Claires (détruite)

L'ancien îlot des Clarisses et l'ancien couvent deviennent des lieux de production de l'industrie textile dès le début du 19e siècle avec l'installation du tissage Morgan et Delahaye, au lendemain de la Révolution. Le site est ensuite divisé entre plusieurs propriétaires et plusieurs activités textiles : la filature (filature de lin Harlie et Cie (1826), filatures Pécourt (1842-1854) et Trépagne, Poiret et Neveu (1844-1905) qui possèdent également une usine à Saleux, enfin plus tardivement, la filature de filature de laines peignées A. Saguez (1871-1897), initialement établie rue Mondain) et les peigneries de laine Ausquelle et Roger (1844) et Hutteau (1850), enfin l'apprêt et la teinturerie (teinturerie Benoît (1821-1852), agrandie d'une filature (1844-1852), apprêt d'étoffes de laine et de draps Cottrel (1832), teinturerie Lesueur (1842), également agrandie d'une filature (1844-1852), teinturerie de laine et apprêt, teinturerie de velours d'Utrecht, de laine et soie Ransinangue (1871), teintureries M. Parison (1905) et J. Canaux et Cie (1907). Occupé par la bonneterie Legendre-Barbier, qui emploie 300 ouvriers en 1938-1939, le site est encore en activité à la veille de la seconde guerre mondiale. La reconstruction a permis de relancer l'activité bonnetière après 1945, qui a cessé en 1989.

En savoir plus…