Logo ={0} - Retour à l'accueil
Bienvenue sur le site de l'Inventaire général du patrimoine culturel des Hauts-de-France

L'Inventaire général du patrimoine culturel recense, étudie et fait connaître le patrimoine urbanistique, architectural et mobilier de la région.

 

A la Une

Le service de l’Inventaire de la Région Hauts-de-France a le plaisir de vous informer de la sortie de sa nouvelle publication dans la collection Images du patrimoine aux éditions Lieux-Dits:

Villeneuve d’Ascq. Ville nouvelle, ville plurielle.

Textes de Leslie Dupuis et photographies de Pierre Thibaut

 

Ville atypique, Villeneuve d’Ascq est l’une des neuf villes nouvelles créées par l’État à la fin des années 1960. Bâtie sur un territoire déjà urbanisé, elle est conçue « comme un ensemble de quartiers gardant leur identité propre mais organisés et réunis pour faire une ville » ce qui fait d’elle une mosaïque d’éléments hétérogènes.

La ville nouvelle propose une synthèse des réflexions et expérimentations qui traversent alors l’urbanisme et l’architecture, bouleversant la conception classique de la ville : primat de l’espace public et des espaces verts, séparation des trafics, aménagement de cheminements piétonniers et urbanisme sur dalle, habitat intermédiaire, équipements scolaires innovants...

Ce livre retrace le développement de la ville nouvelle entre 1967 et 1983 – explicitant cette façon exceptionnelle de « fabriquer » une ville – et plus largement décrit les mutations d’un territoire confronté à l’urbanisation des Trente Glorieuses.

Par ces images de l’extraordinaire variété des paysages villeneuvois, des grands ensembles aux hameaux, il invite à la découverte d’une ville parfois incomprise, au patrimoine encore trop méconnu, et interroge notre perception de la ville et de ses espaces.

Retrouvez la présentation de l'ouvrage par les auteurs à l'université de Lille le 7 décembre 2021.

https://webtv.univ-lille.fr/video/11692/villeneuve-d%E2%80%99ascq-ville-nouvelle-ville-plurielle

 

 

Lumière sur

hôpital marin dit hôpital ou sanatorium Victor-Ménard

Ce fut l’un des fils de Pierre Bouville, nommé lui aussi Pierre qui, en 1922, fonda cet établissement immédiatement sur l’arrière de l’institut orthopédique Saint-François-de-Sales, sous l'appellation de sanatorium ou d'hôpital Victor-Ménard, du nom d'un chirurgien du grand hôpital maritime qui avait donné un grand lustre à la médecine berckoise. La construction en fut exécutée sous la conduite de Vast Pitié, entrepreneur-constructeur établi à Berck-Plage, indication fournie par la légende d'une carte postale. Le parti architectural adopté ici s’avérait différent de celui des établissements de soin existants dans la mesure où l’édifice ne comportait pas d’étage et consistait en un simple rez-de-chaussée surélevé au-devant duquel s’étendait, sur la façade est, et donc sur celle opposée à la mer, une large terrasse de cure non couverte, ce qui par ailleurs constituait aussi une première à Berck....

En savoir plus…