Dossier d’œuvre architecture IA80005095 | Réalisé par ;
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine funéraire, le cimetière de la Madeleine
Monument sépulcral du chimiste Léonce Lapostolle (ancien enclos funéraire)
Œuvre repérée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Grand Amiénois
  • Commune Amiens
  • Adresse rue Saint-Maurice , 48 plaine K Cimetière de la Madeleine
  • Cadastre non cadastré
  • Dénominations
    monument sépulcral
  • Appellations
    Léonce Lapostolle
  • Parties constituantes non étudiées
    clôture

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en juin 1832, par Marie Anne Cailleret, domiciliée à Amiens, rue Basse-Saint-Martin.

La sépulture du chimiste Lapostolle est signalée par Caron (1833) et H. Calland (1855) comme l'une des plus remarquable du cimetière.

Elle est décrite par S. Comte (1847), qui y signale également la présence de trois dalles funéraires surmontant les tombes individuelles du chimiste, de sa sœur et de sa femme (cf. annexe).

Le monument sépulcral porte la signature des sculpteurs Duthoit fils (fig. 8).

Il a été restauré par l'association "Les Amis de la Madeleine".

Cette concession, adossée au premier mur d'enceinte, est délimitée par une clôture en palis (sur les côtés) et par une grille antérieure en fonte (fig. 2). Le sol est recouvert de dalles en pierre, en dévers, dont les jointures sont protégées par un couvre-joint. Elle contient un monument en pierre de Senlis (fig. 3), composé d'un cippe (fig. 9) placé sur un socle en forme de catafalque (fig. 4), tous deux ornés d'un décor figuré en bas-relief (étudié).

Inscriptions :

Inscription concernant l'identité du destinataire : LAPOSTOLLE.

Inscription concernant l'iconographie : Paragrêle et parafoudre.

Signature (base) : Duthoit fils.

Une plaque fixée sur l'un des piliers de la clôture antérieure indique que le monument a été restauré par les Amis de la Madeleine.

  • Murs
    • pierre
    • marbre
    • fonte
  • Typologies
    tombeau-monument
  • Techniques
    • sculpture
    • fonderie
  • Précision représentations

    La grille est ornée de sabliers ailés sur ses trois panneaux (fig. 2). La première partie du monument est sculptée d'un bas-relief de chaque côté duquel se trouve un génie, tenant en mains, sur la gauche, les attributs de la chimie (fig. 6), et sur la droite, ceux de l'électricité et un paragrêle (dont Lapostolle est l'inventeur) (fig. 7). Au centre, le décor représente un paysage, au premier rang duquel l'on remarque un champ de blé battu par l'orage et planté de paragrêles. Au premier plan, deux paysans s'abritent sous les arbres (fig. 5). La deuxième partie est ornée, dans son élévation supérieure, d'un médaillon dans lequel est incrusté en marbre blanc le portrait de profil de Lapostolle (fig. 10 ; voir fiche Palissy). Deux flambeaux renversés, auxquels est suspendue une guirlande de cyprès entrelacée de rubans, sont placés de part et d'autre.

  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 1986/06/25

Ce tombeau, remarquable par sa typologie et son décor, est dédié au chimiste Léonce Lapostolle (1749-1831). Le monument est signalé par Caron (1833) et H. Calland (1850) comme l'un des plus remarquable du cimetière et décrit par S. Comte (1847), qui y signale également la présence de trois dalles funéraires surmontant les tombes individuelles du chimiste, de sa sœur (morte en 1829) et de sa femme (morte en 1824), qui ont aujourd'hui disparu.

On peut situer la réalisation du monument par les frères Duthoit, dont la signature apparaît sur la base du tombeau, en 1832 ou 1833, date à laquelle est publié l'ouvrage de Caron.

On signalera en outre, la très belle clôture en palis et en fonte (fig. 2) et le décor sculpté comprenant un ensemble de trois reliefs (étudié) et un portrait du chimiste (étudié).

Ce tombeau, inscrit au titre de Monuments Historiques en 1986, a été restauré par l'association des Amis de la Madeleine.

Alexandre Léonce Lapostolle, originaire de Maubeuge, s'installe à Amiens en 1773.

Documents d'archives

  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

Bibliographie

  • CALLAND, H. Guide de l'étranger à Amiens. Description de ses monuments anciens et modernes suivie d'une biographie des hommes remarquables qui sont nés dans cette ville, augmenté par A. Dubois. Amiens : typographie Lambert-Caron.

    1855, p. 58.
  • CARON, C. A. N. Amiens en 1833 ou guide de l’étranger dans cette ville. Amiens : Caron-Vitet, 1833.

    p. 93.
  • GILLMANN, Raymonde. La grande Madeleine d'Amiens. Amiens : éditions Martelle, [1988].

    p. 32.
  • GILLMANN, Raymonde. La Madeleine à Amiens. Un jardin romantique. Amiens, [1986].

  • La Madeleine et les contemporains de la Révolution. Amiens : Imprimerie I. & R. G., [1989].

    p. 30-31.

Documents figurés

  • Le tombeau de Lapostolle au cimetière de la Madeleine, dessin des frères Duthoit,vers 1850 (Musée de Picardie, Amiens ; MP Duthoit VI-105).

Annexes

  • Extrait de : Promenades au cimetière de la Madeleine [Lapostolle]
Date d'enquête 2006 ; Date(s) de rédaction 2006, 2011
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Ville d'Amiens
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.