Dossier d’œuvre architecture IA80006529 | Réalisé par ;
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine funéraire, le cimetière de la Madeleine
Enclos funéraire de la famille Navel-Legendre
Œuvre repérée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
  • (c) Ville d'Amiens

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Grand Amiénois
  • Commune Amiens
  • Adresse rue Saint-Maurice , 18 plaine D Cimetière de la Madeleine
  • Cadastre non cadastré
  • Dénominations
    enclos funéraire
  • Appellations
    famille Navel-Legendre
  • Parties constituantes non étudiées
    clôture

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en juin 1838, par Joséphine Legendre, veuve Navel, propriétaire, domiciliée à Amiens, rue Royale et agrandie en janvier 1849, par Philippe Auguste Bulan, négociant, domicilié à Amiens, 56 rue des Vergeaux. Les deux stèles néogothiques portent la signature du marbrier amiénois Coënen et la stèle à corniche et fronton cintré est signée par le marbrier Dutry.

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille antérieure en fer forgé à barreaux croisés et à portillon central, fixée sur un petit mur-bahut en briques appareillé de pierre de taille qui suit le dénivelé du terrain. Elle est matérialisée de chaque côté par des poteaux en calcaire reliés par des barres latérales en fonte et contient cinq monuments.

De part et d'autre de l'entrée de la concession, se trouvent deux tombales en dos d'âne sur soubassement en pierre de Tournai (fig. 5 et 6). Contre la clôture latérale et se faisant face, se dressent deux stèles néogothiques de forme ogivale (fig. 3 et 4) en pierre de Tournai, quasiment identiques. Au fond, s'élève une stèle à corniche moulurée et fronton cintré à acrotères en marbre blanc (fig. 2), fixée sur une base en pierre de Tournai. Enfin, au centre de la concession se trouve un porte-couronne mortuaire de style néogothique en fonte et fer forgé, sur un socle en calcaire (fig. 2).

Inscriptions :

Date du décès (tombeau en forme de sarcophage gauche) : 1909. Date du décès (tombeau en forme de sarcophage droit) : 1891.Dates des décès (stèle néogothique gauche) : 1870 ; 1872. Dates des décès (stèle néogothique droite) : 1848 ; 1875 ; 1919. Dates des décès (stèle à corniche et fronton cintré) : 1838 ; 1859 ; 1869 ; 1844.

Épitaphe (tombeau en forme de sarcophage droit) : Ici repose / Henri Joseph BULAN / Conseiller honoraire à la Cour / de la Guadeloupe / chevalier de la Légion d'Honneur / officier de l'ordre royal / du Cambodge / époux de Marie Hersilie LIARD / né le 25 juillet 1815 / décédé le 28 juin 1891 / De Profondis.

Épitaphe (stèle néogothique droite) : Philippe Auguste / BULAN / ancien négociant / et ancien manufacturier / 1818-1875.

Inscription concernant le destinataire (stèle à corniche et fronton cintré, base) : Famille Navel-Legendre.

Inscription (stèle néogothique gauche, en latin) : Lavoraverunt / apud Deum est merces corunt / - / Requiescant in Pace.

Inscription (stèle néogothique droite, en latin) : Grandia professus... jacet / miserere Domine.

Signature (stèle néogothique gauche, base, en bas à droite) : Coënen, Marb[rie]r.

Signature (stèle néogothique droite, base, en bas à droite) : Coënen, à Amiens.

Signature (stèle à corniche et fronton cintré, partie médiane, en bas à droite) : Dutry, Marbrier.

  • Murs
    • calcaire
    • pierre
    • marbre
    • granite
    • brique
    • fer
    • fonte
  • Typologies
    composition hétérogène à tombeau principal ; dalle funéraire sur soubassement en palis ; stèle funéraire ogivale ; style néogothique ; stèle funéraire architecturée (fronton)
  • Techniques
    • fonderie
    • ferronnerie
    • sculpture
  • Précision représentations

    Les barreaux croisés de la grille sont agrémentés d'un médaillon orné d'une fleur centrale. Les tombales des deux tombeaux en forme de sarcophage sont gravées d'une croix latine en relief. La partie supérieure ogivale des deux stèles néogothiques est surmontée d'une croix (déposée à gauche). Le fronton cintré de la stèle à corniche moulurée, surmonté d'une croix, est sculpté d'un sablier ailé et les acrotères sont gravés de palmettes. Le porte-couronne mortuaire est surmonté d'une frise végétale et de pommes de pin.

  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 1986/06/25

Cette concession, acquise en 1838 et agrandie en 1849, conserve sa grille antérieure en fer forgé et contient cinq monuments.

Le plus ancien est sans doute la stèle en marbre blanc et pierre de Tournai (fig. 2), signée par le marbrier Dutry et élevée vers 1838 (date d'acquisition de la concession et de l'une des inhumations).

Les deux stèles néogothiques en pierre de Tournai, quasiment identiques et se faisant face, sont toutes deux signées par le marbrier amiénois Coënen et peuvent dater de 1848, pour celle de droite (fig. 3), date du décès du négociant et manufacturier Philippe Auguste Bulan, et de 1870, pour celle de gauche (fig. 3). Enfin les deux tombeaux en forme de sarcophage en granite belge ont sans doute été réalisés vers 1891 pour celui de droite (fig. 5), date du décès d'Henri Joseph Bulan, conseiller honoraire à la cour de Guadeloupe, chevalier de la Légion d'Honneur et officier de l'ordre royal du Cambodge, et vers 1909 (date de l'unique décès mentionné) pour celui de gauche (fig. 6).

Documents d'archives

  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

Date d'enquête 2007 ; Date(s) de rédaction 2007, 2012
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Ville d'Amiens
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Fait partie de