Dossier d’œuvre architecture IA80006539 | Réalisé par ;
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine funéraire, le cimetière de la Madeleine
Enclos funéraire de la famille Brasseur-Thuillier
Œuvre repérée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
  • (c) Ville d'Amiens

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Grand Amiénois
  • Commune Amiens
  • Adresse rue Saint-Maurice , 28 plaine D Cimetière de la Madeleine
  • Cadastre non cadastré
  • Dénominations
    enclos funéraire
  • Appellations
    famille Brasseur-Thuillier
  • Parties constituantes non étudiées
    clôture

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en janvier 1850, par Marie Pierre André Brasseur-Thuillier, domicilié à Amiens, 21 rue des Sergents et par François Amédée Labalestrier-Brasseur, domicilié à Amiens, 60 rue des Trois-Cailloux.

Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que les entrepreneurs A. Barbier et Tavernier et Dupont, domiciliés à Amiens, 18 rue des Saintes-Maries, ont réalisé des travaux en 1878. La colonne funéraire porte la signature de l'entrepreneur Lamolet-Tattegrain et la stèle à entablement et fronton cintré est signée par l'entrepreneur Lamolet fils.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1878, daté par source
  • Auteur(s)

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée dans sa partie antérieure par une pierre de seuil en grès et dans sa partie postérieure par une grille en fonte et fer forgé fixée sur une pierre de seuil en calcaire. Elle s'appuie de chaque côté sur les clôtures des concessions voisines. Le sol, rehaussé et auquel on accède par une marche (à droite), est pavé d'un dallage de tomettes, qui est recouvert de lierre. La dalle fermant l'entrée du caveau est en calcaire, tout comme les deux bouches permettant l'aération du caveau, situées aux deux angles antérieurs de la sépulture. Celle-ci contient quatre monuments.

A droite contre la clôture, s'élève une petite colonne funéraire brisée en marbre blanc (fig. 3), dont le socle en pierre de Tournai est agrémenté d'une tablette chantournée en marbre blanc. Au fond se dresse une stèle à entablement, corniche moulurée et fronton cintré à acrotères en pierre de Tournai (fig. 2). Elle est encadrée par deux petits piliers de forme pyramidale en marbre blanc (fig. 2), quasiment identiques, fixés sur un socle en pierre de Tournai. Ces trois monuments sont disposés symétriquement sur un soubassement rehaussé en pierre de Tournai.

Inscriptions :

Date du décès (colonne funéraire) : 1888. Dates des décès (stèle funéraire) : 1877 ; 1905 / 1880 ; 1918 / 1886 ; 1896 / (base) 1920. Date du décès (pilier pyramidal gauche) : 1849. Date du décès (pilier pyramidal droit) : 1844.

Inscription concernant le destinataire (stèle funéraire) : Famille Brasseur-Thuillier.

Signature (colonne funéraire, base) : T-Lamolet.

Signature (stèle funéraire, base, en haut à droite) : Lamolet fils.

  • Murs
    • pierre
    • marbre
    • calcaire
    • grès
    • fonte
    • fer
  • Typologies
    composition hétérogène à tombeau principal ; stèle funéraire architecturée (fronton) ; obélisque ; colonne funéraire (brisée)
  • État de conservation
    état moyen, envahi par la végétation
  • Techniques
    • fonderie
    • ferronnerie
    • sculpture
  • Précision représentations

    La grille postérieure est ornée de fleurons. Le fronton de la stèle, surmonté d'une croix, est également gravé d'une croix. Les deux piliers de forme pyramidale étaient initialement surmontés d'un élément (aujourd'hui disparu).

  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 1986/06/25

Cette concession conserve partiellement sa clôture et contient quatre monuments, dont trois sont disposés de façon symétrique au fond de la sépulture. Les plus anciens sont les deux petits piliers de forme pyramidale en marbre blanc (fig. 2), quasiment identiques. Il s'agit de tombeaux individuels élevés à la mémoire d'enfants, celui de gauche vers 1849 (date de l'unique décès mentionné) et celui de droite vers 1844 (date de l'unique décès mentionné). La stèle en pierre de Tournai (fig. 2), qui se dresse au centre, signée par l'entrepreneur Lamolet fils, a sans doute été réalisée vers 1877 (date du premier décès mentionné) ou vers 1878, date à laquelle les entrepreneurs A. Barbier et Tavernier et Dupont ont réalisé des travaux (autorisations de construction). Enfin, la petite colonne funéraire brisée en marbre blanc et pierre de Tournai (fig. 3), signée par l'entrepreneur Lamolet-Tattegrain, est un tombeau individuel qui a probablement été élevée vers 1888 (date de l'unique décès mentionné), également à la mémoire d'un enfant.

Documents d'archives

  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884).

Date d'enquête 2007 ; Date(s) de rédaction 2007, 2012
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Ville d'Amiens
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Fait partie de