Dossier d’œuvre architecture IA80006548 | Réalisé par ;
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine funéraire, le cimetière de la Madeleine
Enclos funéraire Dauchel
Œuvre repérée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
  • (c) Ville d'Amiens

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Grand Amiénois
  • Commune Amiens
  • Adresse rue Saint-Maurice , 38 plaine D Cimetière de la Madeleine
  • Cadastre non cadastré
  • Dénominations
    enclos funéraire
  • Appellations
    Dauchel
  • Parties constituantes non étudiées
    clôture

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en décembre 1831 et agrandie en mars 1833, par Joseph Nicolas Dauchel, négociant, domicilié à Amiens, rue Basse Notre-Dame.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille antérieure en fonte ouvragée peinte à barreaux croisés et à portillon central, fixée sur deux poteaux antérieurs en calcaire et sur une pierre de seuil également en calcaire. Elle est matérialisée de chaque côté par des poteaux en calcaire reliés par des barres en fonte peinte.

La concession contient cinq monuments. Au centre, se dresse un pilier couronné à corniche moulurée et fronton cintré à volutes (fig. 2), dont la base est agrémentée de tables en marbre, difficiles à lire, sur chacune de ses faces.

Des dalles en pierre de Tournai sont disposées autour de ce monument.

Au fond, à droite se trouve un petit pilier de forme pyramidale en marbre blanc (fig. 3) sur un socle en pierre de Tournai et à gauche, s'élève une colonne funéraire brisée en marbre blanc (fig. 4), fixée sur un socle quadrangulaire en pierre de Tournai. Une seconde colonne funéraire brisée, plus petite, en marbre blanc sur un socle quadrangulaire en calcaire, difficile à lire, est déposée au pied de la première (fig. 5).

Enfin, à l'extérieur de la concession et appuyée contre la barre de clôture postérieure, se trouve une croix funéraire en pierre d'Ecaussine, fixée sur un porte-couronne en fer.

Inscriptions :

Dates des décès (cippe couronné) : [...] / (face gauche) [...] ; 1836 ; 1847 ; 1887 / (face droite) [...] ; 1860 / (face postérieure) [muet].

Dates des décès (pilier pyramidal) : 1843 ; 1884.

Dates des décès (colonne funéraire brisée) : 1857 ; 1875.

Date du décès (petite colonne funéraire brisée, déposée) : 1867.

  • Murs
    • marbre
    • calcaire
    • pierre
    • fonte
  • Typologies
    cippe ; obélisque ; colonne funéraire (brisée) ; croix funéraire (pierre) ; composition hétérogène
  • État de conservation
    mauvais état, envahi par la végétation
  • Techniques
    • fonderie
    • sculpture
  • Précision représentations

    Les médaillons centraux ornant les barreaux de la grille représentent un sablier ailé encadré de quatre fleurs de pavot et des flambeaux renversés rythment chaque vantail de clôture. Les deux poteaux antérieurs sont gravés d'un vase funéraire (ou amphore) et l'extrémité des barres latérales de clôture est agrémentée d'une étoile à cinq branches. La partie sommitale du pilier couronné, initialement surmontée d'un élément (aujourd'hui disparu), est gravée d'un décor en écailles. La face postérieure du fronton, dont les volutes sont ornées de fleurs, est sculptée de deux branches de laurier entrecroisées.

  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 1986/06/25

Cette concession, acquise en 1831 et agrandie en 1833, conserve sa grille antérieure en fonte ouvragée peinte et contient cinq monuments. Le plus ancien est le cippe en calcaire (fig. 2), élevé vers 1831 (date d'acquisition de la concession et de la première inhumation). Le petit pilier de forme pyramidale en marbre blanc et pierre de Tournai (fig. 3) a probablement été élevé vers 1843 (date de l'une des inhumations) et la colonne funéraire brisée en marbre blanc et pierre de Tournai (fig. 4) vers 1857 (date de l'une des inhumations). A gauche, la petite colonne funéraire brisée, en marbre blanc et calcaire, aujourd'hui déposée (fig. 5), peut avoir été réalisée vers 1867 (date de l'une des inhumations). Enfin, la croix funéraire qui s'élève à l'extérieur de la concession (fig. 2), contre la clôture postérieure, pourrait dater de la 2e moitié du 19e siècle.

Documents d'archives

  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

Date d'enquête 2007 ; Date(s) de rédaction 2007, 2012
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Ville d'Amiens
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Fait partie de