Dossier d’œuvre objet IM02003037 | Réalisé par ;
Riboulleau Christiane
Riboulleau Christiane

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, région Hauts-de-France jusqu'en 2022.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • recensement des peintures murales
  • enquête thématique régionale, la basilique de Saint-Quentin
Peinture monumentale du mur est de la chapelle Sainte-Madeleine
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération du Saint-Quentinois - Saint-Quentin
  • Commune Saint-Quentin
  • Adresse Ancienne collégiale royale, actuellement basilique Saint-Quentin
  • Emplacement dans l'édifice mur est de la deuxième chapelle du collatéral sud de la nef
  • Dénominations
    peinture monumentale
  • Titres
    • Prédication du Christ (la)
    • Repas chez Simon le Pharisien (le)
  • Dossier dont ce dossier est partie constituante

En dépit des différences stylistiques, les peintures murales du mur oriental de la chapelle Sainte-Madeleine représentent les premières scènes d'un ensemble consacré à la vie de la sainte patronne du lieu et conçu, en une seule campagne, à la limite des 15e et 16e siècles, par un artiste inconnu. Endommagées par le percement d'une niche, et masquées sous un badigeon, les peintures du mur oriental sont redécouvertes en 1858, ou peu après, mais postérieurement à celles des murs sud et ouest. Un premier compte-rendu de l'architecte Pierre Bénard, rédigé immédiatement après le débadigeonnage de ces deux derniers murs, n'en fait donc pas mention. Il faut attendre le début des années 1860, pour que Pierre Bénard évoque une scène du mur oriental, identifiée comme "la Madeleine lavant les pieds du Christ", en réalité : le repas chez Simon. La première scène du cycle a dû être redécouverte par la suite. La chapelle est entièrement restaurée vers 1890 et bénie le jeudi 29 octobre 1891. Restaurée une nouvelle fois au milieu du 20e siècle, la peinture a profité d'une dernière intervention en 1998, conduite par l'atelier ARCOA de Montesson.

A la suite des restaurations assez profondes qu'a subies ce mur, la première scène est difficile à identifier, d'autant que le personnage de Marie-Madeleine, au Moyen-Age, est un amalgame de trois femmes différentes mentionnées par les Evangiles. Néanmoins, cette scène est la plupart du temps interprétée comme "la conversion de sainte Madeleine" (Raymund Dreiling, Jules Hachet) ou comme "la prédication du Christ" (archiprêtre Mathieu). Un tableau contemporain, conservé dans l'église de Censeau (Jura), traite ce dernier sujet et incite a pencher en faveur de cette iconographie, même si à Saint-Quentin, la représentation de membres du clergé autour du Christ reste inexplicable.

  • Période(s)
    • Principale : limite 15e siècle 16e siècle
  • Lieu d'exécution
    Édifice ou site : Picardie, 02, Saint-Quentin

La peinture, située au-dessus de l'autel, est constituée actuellement de deux scènes de format rectangulaire vertical, disposées côte à côte mais non accolées. La technique de la peinture à l' huile sur enduit semble avoir été utilisée. Une niche peu profonde, placée au centre de la paroi peinte, empiète sur un côté des deux scènes qui sont de ce fait lacunaires. Seul un filet peint sert d'encadrement aux deux scènes.

  • Catégories
    peinture murale
  • Structures
    • plan, rectangulaire horizontal
  • Matériaux
    • enduit, support peinture à l'huile
  • Précision dimensions

    Dimensions totales, avec la niche : h = 180 ; la = 253. La peinture est située à 270 cm du sol. Scène gauche : la = 96 ; scène droite : la = 97.

  • Iconographies
    • scène biblique, ?, sainte Madeleine Christ enseignant
    • scène biblique, Repas chez Simon
  • Précision représentations

    La première scène, à gauche, semble se passer à l'intérieur d'un monument gothique voûté (une église ?), vu en perspective et dallé de carreaux noirs et blancs. Dans le vaisseau central bordé de colonnettes grêles, le Christ, debout et de face, est entouré de sept personnages. Il abaisse le regard sur Marie-Madeleine, richement vêtue, agenouillée ou assise devant lui. Elle est accompagnée d'un homme assis sur le sol, de profil (saint Lazare ?), portant de riches habits, et d'une femme en prière, sobrement vêtue (sainte Marthe ?). Le Christ est entouré de quatre religieux, dont trois tonsurés. La scène présente de nombreuses maladresses, dues à une restauration : disproportion des personnages, absence du bras droit de sainte Madeleine, etc., qui nuisent à la compréhension de la scène. Il peut s'agir d'une conversion de sainte Madeleine, ou plus probablement du Christ prêchant en présence de sainte Madeleine et de sa famille. Dans la seconde scène à droite, le Christ, représenté dans un intérieur laïc, est attablé avec Simon le Pharisien et trois de ses disciples (dont saint Pierre et saint Jean) sous un dais en tissu. A ses pieds, la Madeleine agenouillée plonge la main dans un vase à parfum. Comme dans la scène précédente, le sol est dallé en perspective, cette fois avec des carreaux triangulaires. Dans le fond, deux fenêtres éclairent la pièce. Sur la table couverte d'une nappe, vue en perspective, est posée de la vaisselle (assiettes, gobelets, plat, couteaux) et de la nourriture (pains).

  • État de conservation
    • oeuvre restaurée
  • Précision état de conservation

    La technique du tratteggio a été utilisée pour la dernière restauration. Malgré cette restauration, on remarque des soulèvements de la peinture dans l'angle supérieur droit de la scène à droite.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
  • Protections
    classé au titre immeuble, 1840
  • Référence MH

Documents d'archives

  • AC Saint-Quentin : 6 S 3. Registre des délibérations du Conseil de Fabrique (17 septembre 1875-12 décembre 1906).

    p. 348-349 (programme du pèlerinage de 1891)
  • A Evêché Soissons. 3 F 1893-1896. État présenté par M. le curé de la Basilique de Saint-Quentin.

    p. 14 septimo

Bibliographie

  • BENARD, Pierre. Anciennes peintures murales de l'église collégiale de Saint-Quentin. Extrait d'une monographie de cet édifice. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    p. 185
  • DREILING, Prof. Dr. Raymund. Die Basilika von St. Quentin. Ihre Geschichte und ihr Charakter. St. Quentin, 1916.

    p. 61
  • HACHET, Jules. La basilique de Saint-Quentin. Son Histoire - Sa Description. Troisième édition. Saint-Quentin : Imprimerie moderne, 1926.

    p. 42
Date d'enquête 2001 ; Date(s) de rédaction 2008
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Riboulleau Christiane
Riboulleau Christiane

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, région Hauts-de-France jusqu'en 2022.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.