Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien manoir, dit château, devenu école primaire Jules-Ferry (Groupe B) à Saint-Léger-lès-Domart

Dossier IA80009658 inclus dans Le village de Saint-Léger-lès-Domart réalisé en 2008

Fiche

Destinations école primaire
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Domart-en-Ponthieu
Adresse Commune : Saint-Léger-lès-Domart
Adresse : 3 rue Anatole-Jovelet , ancienne rue de Bas
Cadastre : 1832 B2

Le château a été construit ou reconstruit en 1632 pour François de Groiselier, seigneur de Saint-Léger, sous la forme d'un long corps de logis cantonné de trois pavillons. Le marché passé avec les "carreliers" Jehan Gonthier et Foubert Vacquavant (annexe) précise les dimensions attendues du logis (70 pieds - 21,33 m de long, 22 pieds - 6,70 m de profondeur et 26 pieds 7,92 m de haut), qui doit être cantonné de trois pavillons "aux encoignures" et disposer de 26 fenêtres et 4 lucarnes. Les matériaux devaient provenir de la carrière de Saint-Léger ou de celle de Domart.

Le domaine, consistant en une maison seigneuriale, haute et basse cour et dépendances, entourés de fossées, de haies et murs, est acquis en 1669 par Nicolas Le Roy de Jumelles. Il sera habité par son fils, Nicolas-Henri, qui fait restaurer la demeure et bâtir des communs (écurie en pierre blanche) et dépendances agricoles (étables à chevaux, à vaches, à cochons, grange, bergerie, etc), avant 1709, date de son décès. Son fils, fait quant à lui aménager une chapelle bénite en 1767. Il est sans doute aussi le commanditaire des transformations faites au corps principal du logis dans la 1ère moitié du 18e siècle. En 1785, le domaine passe à Charles-Bernard, comte de Brossart de Saint-Léger puis à son gendre Louis des Essars.

Sur le plan cadastral de 1832 section B2, parcelle 395), l'ancien manoir comprend un logis cantonné d'un seul pavillon, au sud-est, plusieurs bâtiments fermant la cour, au nord, du côté de l'entrée, précédée d'un petit pont de pierre, qui s'effectue depuis l'ancienne rue de l'Eglise. Dans la cour, le petit bâtiment carré, au sud du vaste abreuvoir, est vraisemblablement l'ancien colombier. D'autres bâtiments sont également visibles au sud de la cour. Un vaste jardin s'étend à l'ouest.

En 1851, l'ancien manoir est habité par Albert de Saint-Pol, sa femme, Rosa des Essarts, et leurs deux enfants. Y résident également dans une dépendance, un garde des bois, dont les deux fils sont employés comme régisseur et domestique.

La propriété est acquise en 1898 par un juge de paix, qui loue à la commune, deux ans plus tard, une pièce du rez-de-chaussée et un petit terrain attenant de 400 m2, pour y installer une classe de l'école de garçons. En 1903, la commune achète le château qui est alors affecté définitivement à l'école des garçons, après son réaménagement par l'architecte Anatole Bienaimé. Un bâtiment moderne a été construit dans les années 1950 pour abriter de nouvelles classes.

Période(s) Principale : 2e quart 17e siècle, limite 17e siècle 18e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1632, daté par travaux historiques
1903, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Groiselier François de, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Leroy de Jumelles Nicolas-Henri, commanditaire, attribution par source
Auteur : Bienaimé Anatole,
Anatole Bienaimé (1848 - 1911)

Architecte. Né à Amiens, il débute sa carrière chez Herbault et devient collaborateur d'Emile Riquier avant d'ouvrir son propre cabinet vers 1887.

Adjoint au maire d'Amiens.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Élevé en brique et pierre et couvert d'ardoises, le bâtiment principal (ancien logis) de 18,50 m de long sur 8 m de large, présente un élévation sur cour à neuf travées. Il est flanqué à l'angle sud-ouest d'un pavillon rectangulaire d'une travée unique, de 6,50 m sur 6,80 m, avec un étage carré et attique, éclairé par une petite fenêtre. De l'autre côté de la cour, le bâtiment des nouvelles classes à ossature béton et remplissage de brique, est couvert d'un toit à un pan.

Murs brique brique et pierre
béton pan de béton armé
brique
Toit ardoise, béton en couverture
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
toit à un pan
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours avec jour
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Marché pour la fourniture des pierres destinées à la construction de la maison seigneuriale de Saint-Léger-lès-Domart, 23 novembre 1632

    Furent présens en leur personnes Jacques Desgroseliers escuier sieur de Quilen, Saint Léger, Haraucourt et autres lieux, maître des eaues et forests de Picardie conté et sénéchaussée de Ponthieu, de prézent demeurant audit Saint Léger d'une part, et Jehan Gonthier et Foubert Vacquavant, carrelier, demeurant au village de paroisse de Yeaucourt sur Somme d'autre part. Et ont recogneu les parties avoyr faict entre eulx les convention et marché en la manière qu'il enssuict. Cest assavoir que lesdits Gontier et Vacquavant se sont chargé submis et ont promis audit sieur de Quilen de luy tirer fournir toute la pierre de taille quil conviendra emploier a faire ung corps de logis audict lieu de Sainct Léger quy sera de soixante dix piedz de long, de vingt deulx piedz de croeux et de vingt six piedz de hauteur avecq trois pavillons aux trois encoigneures dudit corps de logis. Auquel corps de logis et pavillons y porra avoyr vingt six croizées, quatre lucarnes et [...] en nombre de six dedens le comble, ung manteau de chemynée et cinq portes ; avec toutes les encoigneures dudit corps de logis et pavillons, embossement allentour diceux ; avec ung tas de plainte au dessus des premières croizees et un autre tas au dessoubz de l'entablement pour poser les consolles dessus ; et l'entablement quy ira tant allentour desdits corps de logis et pavillons ; rogner les foeilletz dun tas de pierres quy servira encore de plainte. Comme aussy de fournir toutes les pierres quyl conviendra pour faire une cave de dix huict piedz de long et de seize piedz et demy de large ; avec les couronnements de cincq buhot de chemynée de pierre blanche ; et encore la pierre pour faire le chaperonnement dun balustre quy se fera au devant dudict corps de logis. Et générallement fournir toute la pierre quil conviendra de quelque sorte que ce soyt.

    A rendre lesditctz corps de logis pavillons et cave cy dessus faictz et parfaictz, tous les coings des corps de logis et pavillons avecq les piedz droits des croizées. Seront tenus de livrer la pierre de la haulteur de quatre tas de briques mises en besongne.

    A prendre ladicte pierre en la carrière du terroir de Sainct Léger sil sy en trouve, sinon en la carrière du bourcq de Dompmart. Dadvantage seront tenus de travailler six jours a tirere du moellon en tel lieu dudit Sainct Léger que ledict sieur le trouvera bon. Moyennant quiceluy sieur, de sa part, sera tenu de paier ausdictz manoeuvres pour tout ce quilz livreront la somme de deulx cens livres ts. Paiables de mois en mois. Seront tenus lesdictz manoeuvres de commencher dès aujourdhuy a travailler pour tirer et livrer lesdictes matières et de contynuer leur besongnes et délivrances jusques pleine et parfaite constructuion desdictes besongnes sans auculne discontinuation a peine de tous despends dommages et interestz de retardement. Promectans...

    Passé avant midy au bourcq de Dompmard lez Ponthieu, le vingt troisiesme jour de novembre mil six cens trente deulx".

    Archives départementales de la Somme, série B (?).

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 3386. Saint-Léger-lès-Domart. Administration communale, 1870-1939.

    Bail entre M. Pecquet, propriétaire du château, et la commune pour l'installation d'une troisième classe de l'école des garçons, 1900.
Documents figurés
  • Saint-Léger-lès-Domart. Plan cadastral : section B2, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier, Poissant et Dufossé géomètres, 1832 (AD Somme ; 3 P 1468/4).

  • [Elévation de la façade principale pour l'aménagement de l'école des garçons], Bienaimé (architecte), 1er décembre 1903 (AD Somme ; 99 O 3386).

  • [Plan du rez-de-chaussée et du premier étage pour l'aménagement de l'école des garçons], tirage bleu, Bienaimé (architecte), 1er décembre 1903 (AD Somme ; 99 O 3386).

  • [Plan de situation pour l'aménagement de classes de l'école de garçons], encre et lavis sur calque, Bienaimé (architecte), 1er décembre 1903 (AD Somme ; 99 O 3386).

  • Saint-Léger-lès-Domart. L'école des garçons, carte postale, S. Petit photographe-éditeur, avant 1914 (coll. part.).

Bibliographie
  • EVRARD, Marcel. Quelques aspects de l'architecture en Picardie au XVIIe siècle. Bulletin de la Société d'émulation d'Abbeville. 1996, T. XXVIII.

    p. 21-32
  • SEYDOUX, Philippe. Gentilhommières en Picardie. Ponthieu et Vimeu. Paris : Editions de la Morande, 2003.

    p. 59-60, 233
  • PICARDIE. Inventaire général du patrimoine culturel. Le Val de Nièvre, un territoire à l'épreuve de l'industrie. Réd. Frédéric Fournis, Bertrand Fournier, et al. ; photogr. Marie-Laure Monnehay-Vulliet, Thierry Lefébure. Lyon : Lieux Dits, 2013. (Images du patrimoine ; 278).

    p.74
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand - Fournis Frédéric - Barbedor Isabelle