Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancien moulin à blé de la Commanderie, puis usine de fabrication de mannequins

Dossier IA60001790 réalisé en 2010
Précision dénominationusine de fabrication de mannequins
Appellationsmoulin de la Commanderie
Dénominationsmoulin à blé, usine
Aire d'étude et cantonCommunauté d'agglomération Creil Sud Oise - Liancourt
Hydrographiesla Brèche
AdresseCommune : Laigneville
Adresse : rue
Henri-Leclerc
Cadastre : AH 38 à 43, 50 à 53

Le moulin à blé, dont on ne connaît pas la date de construction, implanté sur la rive droite de la Brèche, dépendait jusqu'à la Révolution, des biens de la commanderie de Saint-Georges à Laigneville appartenant aux chevaliers de Malte.

Il est transformé vers 1890 en fabrique de mannequins tenue par Monsieur Quiby. Les bustes de couture ou mannequins étaient réalisés à partir de deux moules assemblés (avant et arrière du buste) et bourrés de papier mâché. Une bande de papier collé de chaque côté du buste armait l'ensemble. Des couturières à domicile étaient ensuite chargées de poser un molleton sur tout le corps puis de recouvrir l'ensemble d'une couche de tissu. Une fois ce travail effectué, le mannequin revenait à l'usine dans l'atelier de menuiserie pour la fabrication du pied, de la colonne et de la collerette de serrage au niveau du cou. Les tailles disponibles allaient du 38 au 44 et chaque semaine environ 200 bustes partaient depuis la gare de Laigneville. En 1911, un incendie détruit le dernier étage du bâtiment principal qui passe de 2 étages carrés à 1 étage carré. L'entreprise ferme au milieu des années 1960. Une partie des bâtiments situés au-dessus de la Brèche et le long de sa rive droite ont été détruits. Ils ont fait place à deux maisons maisons particulières. Les bâtiments conservés, dont celui incendié en 1911, ont été reconvertis en logements.

Période(s)Principale : 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle

Le site est bordé à l'est par la Brèche et au sud par la rue Henri-Leclerc. Les bâtiments s'articulent autour d'une cour commune, le bâtiment principal étant en fond de cour (au nord) : il est construit en pierre de taille sur un étage carré et un étage de comble couvert d'un toit à deux pans en tuile mécanique. Le passage du rez-de-chaussée au premier étage est souligné par un cordon de pierre. Trois constructions en pierre à un étage carré font face à ce bâtiment : elles sont couvertes de tuile mécanique.

Murspierre
Toitardoise, tuile mécanique
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à deux pans
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • [Extrait du catalogue de l'entreprise Quiby : bustes de femmes]. Catalogue de l'entreprise Quiby, sans date (collection particulière).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de l'Oise (c) Département de l'Oise ; (c) Communauté de l'Agglomération Creilloise (c) Communauté de l'Agglomération Creilloise - Lorieux Clarisse