Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien tissage de soie, dit Fabrique Française de Gazes à bluter Tripette et Renaud Fils (détruit)

Dossier IA00076543 réalisé en 1988

Fiche

Précision dénomination tissage de soie
Appellations Tripette et Renaud Fils
Parties constituantes non étudiées conciergerie, cour, remise, atelier de fabrication, entrepôt industriel, château d'eau
Dénominations tissage
Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Combles
Adresse Commune : Sailly-Saillisel
Adresse : rue Charles-de-Gaulle
Cadastre : 1982 D 18, 19, 61, 62

Tissage créé en 1836 et spécialisé dans le matériel de meunerie, puis dans le tissage de soie pour bluterie. En 1858, les ateliers sur rue sont manifestement reconstruits, comme l'indiquent les fers d'ancrages de la façade de l'usine photographiée avant 1914. L'entreprise est dirigée en 1871 par Patriau et Ducrocq , puis par Hennecart et Ducrocq. en 1905

A partir de 1908, l'usine de gaze à bluter est rachetée par Renaud, Lévêque et Tripette, une autre société spécialisée dans le même secteur.

Cette entreprise, fondée en 1837, avait été reprise en 1860 par Amelin. Ce dernier s'était associé en 1884 à Renaud, spécialiste dans la fabrication de meules. Sous l'égide de la nouvelle raison sociale Amelin & Renaud, l'entreprise avait connu un important développement. Au début de l'année 1914, Renaud cédait la place à son fils et la raison sociale prenait le nom de "Tripette et Renaud fils". Juste avant la déclaration de la guerre, l'entreprise continuait son ascension et possédait quatre sites de production à Combles, Nurlu, Le Transloy (Pas-de-Calais) et Sailly-Saillisel. Cette dernière est délibérément incendiée par les Allemands le 27 août 1914. A

A partir de 1919, l'entreprise décide de ne conserver qu'une seule usine et choisit le site de Sailly-Saillisel pour réunir toute la production. L'important chantier démarre en 1919 par la construction d'une briqueterie destinée à fournir les briques de la future usine. Il s'achève en 1923 avec la construction d'un nouveau site de production, dominée par les grandes salles d'ourdissage et de renvidage qui donnaient sur la rue et en retour. Ils étaient séparés par une haute tour dans laquelle était logée le vestibule, les magasins et l'escalier desservant les étages. D'autres ateliers en shed étaient implantés à l'arrière des deux grands corps de bâtiments. Le château d'eau en béton armé, qui présentait la forme d'un calice, constituait sans doute l'un des éléments les plus singuliers et les plus intéressants de cette usine.

Après avoir été rachetée par le groupe italien Euromesh en 1992, l'entreprise prend le nom de T3 (Tissage tissus techniques) est soutenu par d'importants investissements qui la conduisent à envisager la démolition des bâtiments en 1995 pour laisser place à une toute nouvelle usine. En août 1995, l'ancienne usine est entièrement démolie. La nouvelle usine qui comprend un vaste atelier de tissage de 1400 m² et 300 m² de bureaux, est opérationnelle au printemps 1996.

Machines et puissance énergétique : En 1871, l'usine fonctionne avec une machine à vapeur de 12 ch. En 1923, la nouvelle usine fonctionne avec une force motrice de 300 ch.

Évolution des effectifs : En 1871, l'usine emploie 115 ouvriers, dont 5 moins de 16 ans. En 1910, avec le changement de raison sociale et le rachat par Tripette et Renaud, l'usine connait un fort développement et emploie 350 personnes. En 1923, la nouvelle usine atteint un effectif de plus de 400 personnes n 1983, l'effectif n'est plus que de 80 salariés et 94 en 1986.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : milieu 20e siècle
Dates 1923, daté par source

Tous les bâtiments de l'usine reconstruite en brique en 1923 ont été détruits pour laisser place à de nouveaux ateliers plus adaptés aux exigences de la production actuelle de l'entreprise. Toutefois, les éléments constructifs ont pus être observés lors du repérage de 1988.

Murs brique
essentage de tôle
Toit ardoise, ciment en couverture
Étages 3 étages carrés
Couvrements charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation à travées, élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
shed
appentis
croupe
pignon découvert
Escaliers
Énergies énergie thermique
Typologies oculus
États conservations détruit après inventaire

Bien qu'implantée en milieu rural, cette usine présentait des similitudes typologiques avec les grands établissements textiles du Nord de la France.L'escalier d'angle, traité de façon monumentale sous forme de tour quadrangulaire avec toit en pavillon en ardoise, formait un signal visuel important. Le château d'eau en béton armé, qui présentait une forme singulière de calice, constituait l'autre élément intéressant de ce site.

En dépit de la destruction des bâtiments de la Reconstruction, l'importante documentation permet d'illustrer la manière dont les industriels ont parfois utilisé les dommages de guerre de plusieurs sites de production qu'ils exploitaient avant 1914 pour n'en reconstruire qu'un seul, dans une démarche de concentration, mais aussi de rationalisation des espaces.

Ce dossier de recensement du patrimoine industriel de la Somme, établi en 1988 par Benoît Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Bertrand Fournier en 2016 dans le cadre de l'enquête thématique régionale sur la Première Reconstruction industrielle.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables atelier de fabrication, château d'eau

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série R ; 10 R 343. Combles, Dommages de guerre, fabrique française de gazes à bluter Tripette et Renaud fils, 1919-1924.

  • AD Somme. Série R : 10 R 1062. Sailly-Saillisel. Dommages de guerre, fabrique française de gazes à bluter Tripette et Renaud fils.1919-1925.

Documents figurés
  • Plan général (rez-de-chaussée) de l'usine Tripette et Renaud fils, [état avant 1914]. Encre sur papier. (AD Somme ; 10 R 343).

  • Plan général du premier étage de l'usine Tripette et Renaud fils, [état avant 1914]. Encre et lavis sur papier. (AD Somme ; 10 R 343).

  • Fabrique Française de Gazes à bluter (FFGB). Bâtiments ouest en 1908. (AD Somme ; 10 R 1062).

  • L'usine depuis la rue, état avant 1914. Tirage photographique. (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Vue de l'usine depuis le jardin, bâtiment est et sud en 1914. Tirage photographique. 1914. (AD Somme ; 10 R 343).

  • Atelier de dévidage et de doublage. Tirage photographique, 1914. (AD somme ; 10 R 1062).

  • Atelier d'apprêt des gazes à bluter. Tirage photographique. 1914. (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Atelier de moulinage. Tirage photographique. 1914 (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Atelier d'ourdissage et de rentrage, 1er étage du bâtiment 3. Tirage photographique. 1914 (AD Somme ; 10 R 1062).

  • La salle des machines. Tirage photographique. 1923 (AD Somme ; 10 R 1023).

  • Chauffage et station centrale de force motrice. Tirage photographique. 1914 (AD Somme ; 10 R 343).

  • Vue de l'emplacement de l'usine le 5 décembre 1918. L'auto se trouve environ au centre de la façade principale de l'usine. Tirage photographique, 1918. (AD Somme ; 10 R 343).

  • Aspect de l'usine en construction et du village en août 1920. Bâtiment principal côté sud vers la route. Tirage photographique. 30 août 1920. (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Sailly-Saillisel (Somme). La briqueterie [de la Fabrique Française de Gazes à bulter], Carte postale. cliché Durieux. mars 1920. [Note manuscrite au crayon : "au premier plan, craie pour le four à chaux"]. (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Fabrique Française de gazes à bluter Tripette et Renaud fils. Plan général et coupes de la nouvelle usine de Sailly-Saillisel. Echelle : 1/200e. Encre et lavis sur papier, 21 décembre 1920 (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Salle de finition des gazes à bluter. Tirage photographique. 1923 (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Le réservoir d'eau. Tirage photographique. 1923 (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Vue sur le nord-ouest. Tirage photographique. 1923. (AD Somme 10 R 1062).

  • Vue sur le sud-ouest. Tirage photographique. 1923 (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Alternateur triphasé de 75 kWatt. Tirage photographique. 1923. (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Atelier de dévidage et moulinage. Tirage photographique. 1923. (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Le nouvel atelier de tissage. Tirage photographique. 1923 (AD Somme ; 10 R 1062).

  • Nouvel atelier de tissage des courroies de coton. Tirage photographique. 1923. (AD Somme ; 10 R 1062).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Fournier Bertrand