Ancien village, puis hameau de Bonneleau
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes de l'Oise Picarde
  • Commune Fontaine-Bonneleau
  • Lieu-dit Bonneleau
  • Dénominations
    écart, village

Implanté dans une zone marécageuse sur la rive gauche de la Selle, Bonneleau est un ancien village, qui s’est développé autour d’un château et de sa ferme. La proximité de carrières anciennes a certainement favorisé son développement. Il se situe à environ 1,5 km au nord de Fontaine.

Bonneleau était une paroisse au 19e siècle, avec son église Saint-Georges et son cimetière. Des aménagements publics tels qu’une école, une place publique et un bâtiment des pompes à incendie en font une véritable petite commune à part entière, bien qu’elle ait constitué un hameau de Fontaine dès le début du 19e siècle.

D’anciennes fermes, modestes ou plus importantes, où habitaient autant des ménagers que des cultivateurs, sont autant de témoignages sur le passé agricole de l’ancien village. L’arrivée du chemin de fer dans la vallée de la Selle en 1876 a soutenu le développement du hameau à la fin du 19e siècle.

Origines

Bonneleau, aujourd’hui hameau dépendant de Fontaine, formait autrefois une paroisse distincte, mentionnée dès 1301 (pouillés de la province de Reims). Elle est également visible la carte de Cassini (1757). L’origine de l’agglomération remonte certainement à l’implantation d’un manoir seigneurial dès le Moyen Âge (à l'emplacement des actuels ferme et château), Bonneleau formant alors un fief. Une paroisse s'est alors structurée et une église entourée d'un cimetière ont été aménagés. L'église se trouvait à l'emplacement de celle d'aujourd'hui mais était orientée est-ouest. L’exploitation de carrières juste à l’ouest du village a également motivé l’occupation humaine.

Bonneleau a été rattaché à la commune de Fontaine-sous-Catheux après la Révolution, mais il semble qu'elle a continué à former une paroisse spécifique. Lorsque Louis Graves publie son Précis Statistique en 1836, le hameau de Bonneleau compte 20 maisons. En 1876, la mise en service de la ligne de chemin de fer dans la vallée de la Selle et la construction d’une halte à Bonneleau a favorisé la croissance du village. Une école (n°16 Grande Rue), une place plantée et un bâtiment des pompes à incendie s’ajoutent à l’église et au cimetière paroissial, faisant apparaître Bonneleau comme une commune à part entière.

Le caveau familial de la famille Dervois-Lesobre se situe dans bois au sud-ouest du hameau. L'état des connaissances actuelles n'a pas permis d'en reconstituer l'histoire.

Morphologie et parcellaire

L’ancien village de Bonneleau s’est développé sur la rive gauche de la Selle. Sa morphologie générale n'a pas évolué depuis la levée du cadastre en 1833. Il est aujourd’hui accessible par la D106, située de l’autre côté de la rivière. À l'intersection de cette route et de la route de Bonneleau se trouve une ancienne minoterie. Le flanc abrupt de la vallée forme une barrière naturelle à l’ouest où se trouvent les anciennes carrières. Seul un sentier pédestre permet d’en sortir à l’ouest, par la vallée Saint-Georges, vers la ferme de la Malmaison.

Le hameau longe la Selle et la ligne de chemin de fer, à l’est, et forme un ovale. Il est constitué d’une rue principale (ancienne Grande Rue), parallèle à la rivière, et d’une seconde, qui lui est perpendiculaire, menant au château, à sa ferme et à l’église. C’est le long de la première voie que se répartissent les habitations.

Les voies ont un tracé sinueux et le parcellaire est irrégulier, leur dessin ayant dû s’adapter aux contraintes des sols marécageux. Si à l’est un ruisseau de la Selle chemine à l’arrière des parcelles, à l’ouest, ce sont des pâturages qui succèdent aux jardins et potagers. Le parc du château délimite le village au nord, tandis que l’ancienne voie de chemin de fer avec la maison du garde-barrière constitue sa limite au sud.

Lieux structurants

Le château, sa ferme ainsi que l’église et le cimetière ont constitué le pôle d’attraction principal de l’habitat. Puis, au 19e siècle, une place publique, une école et un bâtiment des pompes à incendie rappellent que Bonneleau s’est défini comme un village et une paroisse à part entière. Toutefois, Fontaine a toujours été son chef-lieu communal.

À l’extrémité du chemin menant au château, une croix de chemin délimite Bonneleau à l’ouest. Au même endroit, deux silots à luzerne en béton construits par M. de Guilbon rappellent la prospérité de la ferme du château. Le cimetière de Bonneleau est installé dans l’enclos de l’église Saint-Gorges.

  • Période(s)
    • Principale : Moyen Age
    • Principale : Temps modernes
    • Principale : Epoque contemporaine
  • Typologies
    vallée humide ; type poche
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Bibliographie

  • ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES. Pouillés de la province de Reims, publiés par M. Auguste Longnon. 2 volumes. Paris : Imprimerie nationale ; C. Klincksieck, libraire, 1908.

    p. 525.
  • GRAVES, Louis. Précis statistique sur le canton de Crèvecœur, arrondissement de Clermont (Oise). Annuaire de l'Oise. Beauvais : Achille Desjardins, 1836.

    p. 47-49.

Documents figurés

  • Fontaine-Bonneleau. Cadastre napoléonien, section A, feuille 2, 1833 (AD Oise ; EDT 390/1 G 1).

Annexes

  • Les activités des habitants et habitantes de Bonneleau
Date d'enquête 2021 ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général