Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne abbaye bénédictine Notre-Dame du Pré de Berteaucourt-les-Dames

Dossier IA80009876 inclus dans Le village de Berteaucourt-les-Dames réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Genre de bénédictines
Vocables Notre-Dame du Pré
Parties constituantes non étudiées logis abbatial
Dénominations abbaye
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Domart-en-Ponthieu
Adresse Commune : Berteaucourt-les-Dames
Adresse : place du Général-Leclerc
Cadastre : 1832 A2 711, 722 ; 2007 AE 88, 105, 106, 174, 176, 186, 187

À la fin du 10e siècle, à la demande de la Vierge, saint Gautier, abbé de Saint-Martin de Pontoise se retire dans un ermitage près de la Nièvre, afin de fonder un monastère de femmes à Berteaucourt. Après son retour à Pontoise, les dames Godelinde et Héléguide fondent l'abbaye de Notre-Dame du Pré et sont investies, le 5 novembre 1095, par l'évêque d'Amiens Gervais. Godelende est considérée comme la première abbesse. Comme semble l'indiquer la charte de fondation, le site comprend déjà une église plus ancienne. L'établissement bénéficie dès son origine de nombreuses donations, notamment celles des puissants seigneurs de Saint-Valery, qui tiennent la seigneurie de Beaumetz dont dépend le fief voisin d'Harondel.

Au début du 17e siècle, l'abbatiat d'Angélique d'Estrées, soeur de Gabrielle d'Estrées, favorite du roi Henri IV, attire la protection royale sur l'abbaye qui devient abbaye royale. Les armoiries de l'abbaye ont alors été modifiées pour devenir « de gueules à la tour d'or accompagnée de trois fleurs de lys de même ». Le logis abbatial dit hôtellerie est reconstruit dans la seconde moitié du 18e siècle.

L'abbaye est déclarée bien national le 27 novembre 1789, et la déclaration des biens de l'abbaye est effectuée le 12 février 1790 par l'abbesse Théodore Félicité Parfaite de Carondelet (AD Somme, L 1989/2, cf. annexe 1) : l'établissement abrite alors vingt-cinq religieuses (seize dames de chœur et neuf sœurs converses), une pensionnaire et une fille "agrégée", et quatre chambres d'hôtes extérieures avec cabinet. Les dépendances comprennent une cuisine, un fournil, une boulangerie, une brasserie, un pressoir, un lavoir et une basse-cour avec cinq chevaux, sept vaches, des porcs et des volailles. Le service est assuré par treize domestiques permanents. La ferme est baillée à Bernard Legris depuis 1779, et le moulin à Dominique Binet depuis 1786.

Le répertoire des biens nationaux du clergé (AD Somme, L 1989/2) indique que le 28 juillet 1791, le moulin est vendu au meunier Dominique Binet avec 50 de terres, et la ferme avec 264 journaux de terres à Jean-Philippe Maressal d'Amiens, qui la revend le 20 octobre 1791 au fermier Bernard Legris avec 100 verges de terres et 5 quartiers de bois. Selon la vente des biens faite d'après la loi du 28 ventôse an IV (AD Somme, Q 48), les bâtiments conventuels et l'enclos ("maison, circonstance et dépendance environ 8 journaux et 8 journaux de terre") sont vendus le 20 thermidor an IV (6 août 1796) pour 17 540 francs à Romain Duponchelle Henri Joseph Rulence. Les bâtiments sont dévastés dès 1796 et peu à peu détruits, à l'exception du logis abbatial. À la demande du propriétaire, M. Bénézi, les trois dernières travées du logis abbatial, jouxtant la façade de l'abbatiale, sont abaissées en 1842 au niveau du rez-de-chaussée, sous la conduite de l'architecte Charles Demoulins.

Période(s) Principale : limite 11e siècle 12e siècle, 2e moitié 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Demoulins Charles, architecte,

L'ancienne abbaye comprend actuellement l'ancienne église abbatiale, à l'est de la place (ancien parvis), et l'ancien logis abbatial, au nord. L'actuel cimetière borde le flanc sud de l'église qui formait la limite sud de l'abbaye.

Le logis abbatial est un bâtiment de plan allongé, à étage carré et étage de comble, construit en calcaire, appareillé en pierre de taille, et couvert de tuiles plates. Le mur de clôture du jardin, qui s'étend au nord, est partiellement conservé, ainsi que l'ancien portail y donnant accès.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile plate
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans croupe
États conservations restauré

Important ensemble abbatial dont subsistent l'église abbatiale restaurée au 19e siècle (étudiée) et le logis abbatial reconstruit au 18e siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1995/04/26
Précisions sur la protection

Le logis abbatial est classé.

Annexes

  • Déclaration des biens mobiliers et immobiliers dépendant de l'abbaye royale Notre Dame de Bertaucourt [...], 12 février 1790 (AD Somme, L 1989/2) [extraits]

    La maison conventuelle, bâtie sur environ huit journaux de terres y compris les cours et jardins, entourée de murs en pierre de taille et briques, un plant de dix journaux de terre en culture, fermé d'un côté et d'un bout, par une haie vive et d'un large fossé, d'un autre côté, par la rivière et d'autre bout, par le mur du jardin lesquelles plants et terres sont ferméq par cette maison appelée enclos de l'abbaye.

    Cette maison consiste en :

    Chambre des religieuses

    L'appartement de Madame.

    L'abbaye est meublée modestement et à la monastique ainsi que les vingt cinq chambres occupées par autant de religieuses, et d'autres chambres occupées l'une par une demoiselle pensionnaire, l'autre, par une fille agrégée, quatre chambres d'hôtes au dehors avec deux cabinets dans chacune desquelles se trouve un lit garni, une fontaine, une table et un miroir.

    [...]

    • Dépendances

    Une cuisine avec sa batterie, un fournil, une boulangerie, une brasserie, un pressoir, un lavoir avec leurs ustensiles respectifs.

    • Basse cour

    Cinq chevaux, sept vaches, des porcs et des volailles, un chariot, deux charettes, deux charrues et autres ustensiles de labourage.

    [...]

    • Plant

    Un plant de dix journaux qui peut produire année commune six cents de foin soit 90 livres.

    Six muids de cidre à dix huit livres le muid ; cent huit livres.

    Les enclos

    Dix journaux de terre labourable que nous avons appelé enclos de l'abbaye et qui peuvent rapporter annuellement tant en bled qu'en chanvre cinq cent livres.

    Terres du Domaine exploitées par l'abbaye

    Environ vingt journaux de terre tant bonne que mauvaise que l'abbaye s'est reservée et qu'elle fait valoir estimé à cent quarante livres de rapport.

    Le bois du Fayel contenant cinquante journaux qui font environ cinq journaux de bois à couper tous les ans environ et une partie que l'abbaye gardait et estimée année commune trois cent livres.

    [...]

    • Objets affermés

    La ferme qui consiste en une maison et autres bâtiments cour et jardin sur cent verges de terre avec environ deux cent soixante dix journaux de terre labourable tant bonne que petite sur le terroir dudit Bertaucourt, Saint Léger, Saint Ouen et Bellette joint avec cinq quartiers de bois, taillis pour mille neuf cent livres.

    Et dix setiers d'orge à huit livres le setier ; quarante huit livres à sieur Bernard Legry qui a payé sept cent trente huit livres de pot de vin. Bail du 20 septembre 1779, commencé à dépouiller en 1784 passé devant Maître Charles Fleur notaire Royal, au bourg de Domart.

    Autre bail du 19 janvier 1989 finissant en 1798. Par ce nouveau bail le même fermier devait payer deux mille cinq livres de revenu annuel et quinze cent livres de pot de vin et sur quoi il faut déduire 100 livres pour l'entretien de la ferme.

    [...]

    Le moulin de Berteaucourt affermé sept cent livres à Dominique Binet qu'il a payé six cent livres de pot de vin.

    Sur quoi il faut déduire trois cent livres pour l'entretien et réparation.

    Bail du 16 août 1784 commencé en 1786.

    La pêche sur la rivière de Bertaucourt qui n'est affermé que quinze livres uniquement pour la conservation des droits suivant les charges dont les biens ci dessus sont grévés.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série L ; L 1989/2. Abbaye Notre-Dame de Berteaucourt. Bien national, 1790-1793.

  • AD Somme. Série Q ; Q 48. Abbaye Notre-Dame de Berteaucourt. Vente des biens faite d'après la loi du 28 ventôse an IV (18 mars 1796).

Documents figurés
  • Berteaucourt-les-Dames. Plan cadastral : section A2. Le village, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier, Sannier et Desgardin géomètres, 1832 (AD Somme ; 3 P 1281/3).

  • Abbaye de Berteaucourt-les-Dames, dessin à l'encre sur papier par Louis Duthoit, dessinateur, 1873 (AMH, médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Berteaucourt-lès-Dames ; 80/81).

  • Berteaucourt-les-Dames. Portail de l'abbaye. Dessin à la plume par Louis Duthoit, 1873. In : Aimé et Louis Duthoit. Quelques cantons de Picardie, Amiens : CRDP, 1979.

    pl. 78
  • Berteaucourt-les-Dames (Somme). Ancienne abbaye des Dames, carte postale, avant 1914 (coll. part.).

Bibliographie
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région PICARDIE. Le Val de Nièvre, un territoire à l'épreuve de l'industrie. Réd. Frédéric Fournis, Bertrand Fournier, et al. ; photogr. Marie-Laure Monnehay-Vulliet, Thierry Lefébure. Lyon : Lieux Dits, 2013. (Images du patrimoine ; 278).

    p. 34-35
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournis Frédéric