Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne brosserie Gourdelier, puis Bontemps, devenue usine d'emboutissage SIAM

Dossier IA60001110 réalisé en 1988

Fiche

Appellations Gourdelier, Bontemps
Destinations usine d'emboutissage
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau, stationnement
Dénominations brosserie, usine d'emboutissage
Aire d'étude et canton Compiégnois - Compiègne-Sud
Adresse Commune : Saint-Sauveur
Adresse : 181 rue Mabonnerie
Cadastre : 1982 B 1607

Cette brosserie, fondée vers 1865, est mentionnée en 1882 sous la raison sociale Gourdelier Auguste, fabricant de brosses à Paris, puis à Amiens. L'usine est transmise en 1888 à Charles Gourdelier, qui procède à des agrandissements vers 1899. En 1911, l'entreprise n'a plus d'existence et les bâtiments sont convertis en habitation. Après la Première Guerre mondiale, l'activité brossière reprend grâce à Léon Bontemps. Dans les années 1930, celui-ci construit la partie est des ateliers ainsi que les bureaux. En 1956, le site est occupé par la société SIAM (Société Industrielle d'Accessoires Métalliques), spécialisée dans l'emboutissage et la fabrication d'accessoires métalliques pour chaussures, dit cambrions. Avec cette nouvelle destination du site, plusieurs ateliers sont ajoutés ou prolongés dans les années 1970. 1892 : mention d' une machine à vapeur. En 1962 : plus de 11 salariés, 1983 : 55 salariés. 2000 : 38 salariés.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle

Le bureau, à un étage, et les deux grandes halles de fabrication à l'est sont en pan de fer et brique avec toiture en tuile mécanique et matériau translucide, à longs pans et pignons couverts, couvrant chacune des halles. L'atelier, situé à l' ouest, est en parpaing de béton enduit et essentage de tôles, ainsi que celui prolongé à l' arrière des deux précédentes halles. Ces ateliers sont à charpente métallique apparente, portant une toiture en ciment amiante et matériaux translucides, à longs pans et pignons couverts. La construction industrielle prolongeant les deux ateliers plus anciens présente un pignon découvert en paliers. La couverture du bureau est en tuile mécanique.

Murs brique
fer
béton
enduit
essentage de tôle
pan de fer
parpaing de béton
Toit tuile mécanique, ciment amiante en couverture, matériau synthétique en couverture
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
pignon découvert
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Oise. Série M. Mp 2563 : Etablissements insalubres, incommodes et dangereux, commune de Trosly-Breuil (1832-1938)

    Mp 2549 : Commune de Saint-Sauveur (1861-1836)
Bibliographie
  • CHAMBRE REGIONALE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE PICARDIE. Panorama des industries picardes.1995.

    p. 47
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Fournier Bertrand