Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne école primaire de filles et maternelle Sainte-Bernadette de Landas, actuellement école Saint-Bernadette et Saint-Joseph

Dossier IA59002748 réalisé en 2004

Fiche

VocablesSainte-Bernadette
Parties constituantes non étudiéeslogement
Dénominationsécole primaire, école maternelle
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Pévèle-Carembault - Orchies
AdresseCommune : Landas
Adresse : 68 rue du
Général-de-Gaulle
Cadastre : 2003 C 97 à 99

En 1928, Bernadette Dupire-Chrétien met un terrain vierge à la disposition de la paroisse de Landas pour la construction d'une école chrétienne. Elle y emploie également l'argent reçu au titre des dommages de guerre. L'école Sainte-Bernadette est érigée sur les plans d'un architecte (?) de Lille-Loos (Archives privées de l'école) par le maçon Louis Martinache et le menuisier Augustin Martinache, comprenant à l'origine deux classes et un vestibule au rez-de-chaussée et quatre chambres, une cuisine et une salle à manger pour les religieuses-enseignantes à l'étage. L'école est agrandie d'une autre classe en 1932 (une des deux classes étant utilisée à usage de cuisine et de réfectoire pour les enfants habitant loin) puis d'une dernière en 1957 en raison de l'accroissement des effectifs. Devenue mixte en 1970, elle continue a être agrandie durant le dernier tiers du 20e siècle. Les religieuses sont envoyées jusque vers la fin des années 1960 de La Providence de Portieux.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1928, daté par source
1932, daté par source
1957, daté par source
Auteur(s)Auteur : Martinache Louis maçon attribution par source
Auteur : Martinache Augustin menuisier attribution par source

La première construction est fidèle à quelques détails près au projet de l'architecte : il s'agit d'une construction en brique, à un étage, couverte d'une toiture à croupe en tuile mécanique. La façade est percée de nombreuses baies dont le format est échelonné en fonction de leur utilité ; les salles de classe sont largement éclairées par de larges et hautes fenêtres ; une étroite fenêtre éclaire la montée d'escalier. Toutes les ouvertures sont couvertes par un linteau en fer en I à rivets fleuronnés. La façade principale sur rue présente une décor de bandeaux, cordons et motifs géométriques réalisé en "brique blanche silésie" (cf. plans de l'architecte). Seuls la corniche en dents de scie sous la rive du toit et l'utilisation des "briques rouges repressées" complétant le décor n'ont pas été réalisées. La classe de 1932 prolonge sur la rue le bâtiment originel, vers l'ouest. Il présente un rez-de-chaussée en brique couvert d'un toit à deux versants en tuile mécanique, en rupture avec le volume initial. L'harmonie stylistique est cependant assurée par les ouvertures et le décor en brique blanche identiques à ceux de 1928. En revanche, la classe construite en 1957 en brique présente un rez-de-chaussée percé sur les deux tiers de la hauteur par une large baie rectangulaire en ciment armé offrant une grande surface vitrée rythmée verticalement par des meneaux. Elle est couverte d'un seul versant incliné du côté de la cour intérieure.

Mursbrique
fer
ciment
Toittuile mécanique
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à un pan
toit à deux pans
croupe
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Nord : Série P31/447 : cadastre de 1876.

  • Archives Privées de l'école : Plans de l'architecte.

  • Archives Privées de l'école : Cinquantenaire de l'Ecole Sainte Bernadette. Cysoing : Société d'exploitation de l'Imprimerie Duquesnoy, 1978.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut - Cailleau Cyril - Luchier Sophie