Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne église paroissiale Saint-Hilaire de Noyon et cimetière (vestiges)

Dossier IA00049510 inclus dans La ville de Noyon réalisé en 1986

Fiche

VocablesSaint-Hilaire
Dénominationséglise paroissiale, cimetière
Aire d'étude et cantonSources et Vallées - Noyon
AdresseCommune : Noyon
Adresse : impasse
Saint-Hilaire
Cadastre : 1974 AM 238, 241

La paroisse Saint-Hilaire est mentionnée en 1158. Lucas indique qu'elle était "plus riche en argenterie qu'en linge et ornements ; mais le chœur surpassait tout le reste en ornementation. Il possédait un superbe maître-autel avec un lambris doré qui l'entourait et sur lequel se trouvait admirablement sculptés les attributs de la divine Eucharistie ; et au-dessus de l'autel, pour en compléter la décoration, on voyait une gloire de toute beauté dont tous les rayons étaient dorés et au centre de laquelle se lisait le nom de Dieu. [...] A côté de ce sanctuaire se trouvait la chapelle Notre-Dame et une sacristie assez étroite. Le clocher contenait trois petites cloches, était fort bas et n'offrait rien de remarquable". Le Vasseur (cité par A. Ponthieux) signale la chapelle Notre-Dame, qu'Agnès, femme de Guillaume Viez-orges avait fait faire en 1438. A. Ponthieux mentionne une ancienne chapelle dédiée à saint Marcoul, agrandie au début du 16e siècle par la fabrique, qui fait faire un nouveau beffroi de pierre pour asseoir le clocher qui menace ruine. Le procès-verbal de vente du 28 septembre 1791, qui mentionne le cimetière attenant, décrit une église consistant "en un bas-côté et sacristie, tour et quarré de clocher [...] le tout construit en maçonnerie avec plafond en berceau et plancher en plâtre, la dite église couverte en tuiles et la tour et quarré du clocher en ardoises, contenant ensemble environ 96 pieds de long sur 35 de largeur en dehors œuvre et environ 21 pieds de hauteur de murs ; la plus grande partie en mauvais état, tant à l'égard de la maçonnerie que de la charpente du comble". L'abbé Chrétien en donne une description en 1884 transcrite par A. Ponthieux : "nous ne voyons plus que quatre murailles : celle du fond fermant la nef ; celle de l'entrée, où se trouvait une grande porte, et une petite à droite de la grande, surmontée d'une niche très élégamment sculptée, dans le style Renaissance ; et deux autres murailles latérales. Celle qui borde l'impasse est percée de trois grandes fenêtres en ogive ; l'autre, dans l'intérieur du jardin, présente également trois grandes baies, donnant accès dans la chapelle Notre-Dame, qui devait se trouver à gauche de la petite porte, en entrant. C'est ce qu'indique d´ailleurs la présence du pilier à l´intérieur de la cour de Mme Brailly. Entre chaque fenêtre, à la naissance de la voûte, on voit encore un petit chapiteau aplati, du 17e siècle". A. Ponthieux indique que certaines dalles funéraires ont été replacées dans la cathédrale. Le presbytère, situé au nord de l'église fut vendu en 1791. Les vestiges conservés, identifiés lors de l'enquête, peuvent dater du 16e siècle.

Période(s)Principale : 16e siècle , (?)
Auteur(s)Personnalité : Agnès femme de Guillaume Viez-orges
Agnès femme de Guillaume Viez-orges
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source
État de conservationvestiges
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan géométrique du faubourg Dame-Journe de Noyon, 1776 (AD Oise ; L 69 1107).

Bibliographie
  • PONTHIEUX, Alfred. L'ancien Noyon. Recherches historiques et topographiques sur les rues, maisons, hôtelleries et autres établissements de cette ville avant 1790. Chauny, Comité archéol. et hist. Noyon : comptes rendus et mémoires lus aux séances, 1912.

    p. 167-173.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) AGIR-Pic (c) AGIR-Pic - Hérold Michel - Nafilyan Alain