Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne église paroissiale Saint-Léger (détruite) et cimetière de Saint-Léger-lès-Domart

Dossier IA80009667 inclus dans Le village de Saint-Léger-lès-Domart réalisé en 2008

Fiche

Á rapprocher de

Vocables Saint-Léger
Parties constituantes non étudiées tombeau
Dénominations église paroissiale, cimetière
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Domart-en-Ponthieu
Adresse Commune : Saint-Léger-lès-Domart
Lieu-dit : Ruellette (la), Adresse : rue de l' Eglise
Cadastre : 1832 B 355, 356 ; 2013 B 3 et 5

L'ancienne église paroissiale de Saint-Léger-les-Domart était isolée du village, distant d'environ un kilomètre et entourée de son cimetière. Comme le montre le plan cadastral de 1832, l'église, de petites dimensions, présentait un choeur plus étroit que la nef. Le plan de masse dessiné en 1860 (fig.) en donne les dimensions, 14,60 m de long sur 8,70 de large pour la nef, et 7,70 de long sur 6,20 de large pour le choeur. Aucun contrefort n'est visible sur ce plan.

Le rapport de l'architecte Demoulin (annexe) date l'église de 1578 et indique qu'elle était construite en pierre et couverte de tuiles. Il précise également qu'elle mesurait 20 m de long sur 8,70 m hors oeuvre et qu'elle n'était éclairée que par quatre petites baies en façade sud.

Mal entretenue, son état est jugé si vétuste, qu'en mars 1855 un arrêté préfectoral y interdit la poursuite du culte par mesure de sécurité. L'architecte doullennais Charles Demoulins, chargé de dresser l'état sanitaire, la décrit en avril 1855, comme étant "dans un état effrayant de vétusté et d'insalubrité. Les murs verts, imprégnés d'humidité sont soufflés hors d'aplomb, s'écrasent, tombent en ruine et n'offrent plus aucune solidité. Le mur intérieur entre la nef et le choeur, qui supporte le clocher est pourri, écrasé dans sa base et menace de s'écrouler". (AD Somme, 99 O 3385).

Dans les années qui suivent, l'édifice est entièrement détruit et une partie des matériaux est utilisé comme remblais pour la construction de la nouvelle église, élevée sur la place du village.

Le cimetière qui entourait l'église, d'une superficie de 12 ares et 90 centiares, était planté d'ormes et de sapins, plantés par les particuliers sur la tombe de leurs parents. Devenu insuffisant et suite aux réclamations des habitants, il est agrandi en 1885 grâce à l'achat d'un terrain de 21 ares qui appartenait à la marquise de Beynat. En 1906, il est à nouveau agrandi de plus de 13 ares.

Période(s) Principale : 12e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 3e quart 16e siècle , (détruit)
Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Dates 1578, daté par tradition orale
1885, daté par source
1906, daté par source
Typologies cimetière d'enclos paroissial (churchyard), cimetière indépendant (graveyard) de plan régulier, mutation
États conservations vestiges

Comme à Pont-Remy (Somme), l'ancienne église de Saint-Léger-lès-Domart s'élevait en situation isolée, à plus d'un kilomètre du village.

Détruite vers 1860 en raison de sa vétusté, elle est connue par une description faite en 1855 par l'architecte Charles Demoulin. Bien qu'il mentionne la date de 1578 pour sa construction, son plan et la disposition des ouvertures suggèrent une fondation plus ancienne, peut-être au 12e siècle.

Le cimetière qui entourait l'église a été conservé et agrandi, dans les années 1880.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Rapport de M. Charles Demoulin, architecte à Doullens, concernant l'état de l'église de Saint-Léger-lès-Domart, 13 avril 1855.

    Rapport de M. Charles Demoulin, architecte à Doullens, concernant l'état de l'église de Saint-Léger-lès-Domart, 13 avril 1855.

    Cette église qui date de 1578 est construite en pierre avec couverture en tuiles. La longueur est de 20 mètres sur 8,70 m de large, hors œuvre ; sans aucune ouverture au nord, elle n'est éclairée que par quatre petites croisées percées dans la façade du midi.

    Placée isolée de toute habitation, au milieu du cimetière à un kilomètre du village, sur la rive gauche de la rivière de Domart et sur le versant d'un coteau ; cette église se trouvant en contrebas d'un mètre des terres voisines, est dans un état effrayant de vétusté de d'insalubrité. Les murs verts, imprégnés d'humidité sont soufflés hors d'aplomb, s'écrasent, tombent en ruine et n'offrent plus aucune solidité. Le mur intérieur ente la nef et le chœur, qui supporte le clocher en pierre est pourri, écrasé dans sa base et menace de s'écrouler.

    Les maçonneries sont généralement dans un tel état de vétusté et de détérioration tel qu'il est impossible d'y apporter la moindre consolidation

    J'ai l'honneur, M. le sous-préfet de vous proposer d'interdire cette église dans laquelle, par prudence, on ne célèbre plus les offices depuis un mois.

    M. le Maire m'a chargé de dresser le plan et le devis d'une nouvelle église qui serait placée au centre de la commune, sur une vaste place publique, près de l'école communale et de la Mairie, suivant le vœu du Conseil municipal et du plus grand nombre des habitants.

    AD Somme, 99 O 3385.

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan géométral du cimetière communal de Saint-Léger-L[ès]-D[omart], dessin par Boulonnais, agent voyer du canton de Domart-en-Ponthieu, 5 février 1860 (AD Somme ; 99 O 3385).

  • Arpentage du cimetière, dessin à l'encre et au lavis sur papier par Boulonnais, agent voyer du canton de Domart-en-Ponthieu, 12 avril 1860 (AD Somme ; 99 O 3385).

  • Mairie de Saint-Léger-lès-Domart. Projet d'élargissement du cimetière, dessin à l'encre sur papier, 29 mai 1882 (AD Somme ; 99 O 3385).

  • Projet d'agrandissement du cimetière, dessin à l'encre et au lavis sur papier, 1882 (AD Somme ; 99 O 3386).

  • Acquisition d'une parcelle pour l'agrandissement du cimetière, dessin à l'encre et au lavis sur papier, 5 mai 1885 (AD Somme ; 99 O 3386).

  • Acquisition de parcelles à Mme la marquise de Beynat pour l'agrandissement du cimetière, dessin à l'encre et au lavis sur papier, 7 mai 1885 (AD Somme ; 99 O 3386).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.