Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne filature de coton dite Filature Blanche, usine de blanchiment, apprêt des étoffes, et tissage de coton, dits Fabrique Blanche, puis malterie Hardhuin et Boisseau (détruit)

Dossier IA02002879 inclus dans Les établissements industriels du faubourg d'Isle réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination filature de coton
tissage de coton
Appellations Filature Blanche, Hardhuin et Boisseau
Dénominations filature, usine de blanchiment, usine d'apprêt des étoffes, tissage, malterie
Aire d'étude et canton Saint-Quentinois - Saint-Quentin
Hydrographies Somme la
Adresse Commune : Saint-Quentin
Lieu-dit : faubourg d' Isle
Adresse : actuelle place André-Baudez , rue du Général-Leclerc
Cadastre : 1814 E 454 à 457 ; 2004 CI 82

En 1816, la société Samuel Joly et Cie, constituée depuis 1814 des deux frères Aimé et Jules Joly de Bammeville, de leur mère (veuve de Pierre-Louis-Samuel Joly de Bammeville) et de leur beau-frère Emile Oberkampf (fils du célèbre manufacturier de Jouy-en-Josas), fait édifier une filature de coton. Elle prend alors le nom de Filature Blanche, la distinguant ainsi de la filature voisine, la Filature Rouge, fondée huit ans plus tôt par Pierre-Louis-Samuel Joly et son cousin Louis-Jean-Samuel Joly de Bammeville, et propriété du fils de ce dernier en 1816, Victor Joly. En 1821, une usine de blanchiment est édifiée aux côtés de la filature, auxquelles s'ajoutent vers 1825 des ateliers d'apprêt. L'établissement est visité étage par étage par le roi Charles X, à l'occasion de son passage le 4 septembre 1827. Après l'incendie d'un bâtiment annexe en 1830, la filature est complètement ravagée par les flammes dans la nuit du 27 au 28 mai 1833. La société Samuel Joly et Cie décide de ne pas rétablir la filature. En revanche, les ateliers de blanchiment, d'apprêt et de tissage, qui ont échappé aux flammes, sont développés, tandis qu'un tissage mécanique est impanté dès 1834. A cette occasion de nouveaux ateliers sont construits, tandis que l'ancien bâtiment de la Filature Blanche est très certainement partiellement reconstruit. Cet ensemble constitue désormais le site de la Fabrique Blanche. En 1845, la société est dissoute. La totalité des implantations industrielles est reprise par les fils de Jules Joly, Amédée et Arthur, associés à M. Blain et René Jourdain, et formant la société Joly Frères & Cie (puis successivement la société Joly frères, Jourdain et Cie, puis Arthur Joly et Fils). Alors que le gare des Chemin de Fer du Nord est construite à proximité du site depuis 1850, le percement d'une rue (la rue Joly) donnant accès à la gare des marchandises est décidé en 1879, scindant le site de la Fabrique Blanche en deux. En 1880, la Fabrique Blanche est acquise par la ville de Saint-Quentin, sans que cela n'entrave la poursuite des activités industrielles des établissements Joly jusqu'en 1889, date de leur liquidation. Le site initial de la Filature Blanche, occupé par l'atelier de tissage et un entrepôt industriel de coton est alors absorbé par la gare pour l'agrandissement de la cour des Voyageurs et la création de la place de la Gare. Les ateliers de blanchiment et d'apprêt, restés vacants, sont finalement reconvertis et agrandis en 1896 pour accueillir la malterie de la société Hardhuin et Boisseau, dont le siège social est à Busigny (59). Bien que partiellement endommagés durant la Première Guerre mondiale, les ateliers de la malterie restent désaffectés après l'Armistice, avant d'être rasés. La Filature Blanche fut équipée d'une machine à vapeur de 20 ch. importée d'Angleterre et réalisée par John Hall, de Dartford (de 1817 à 1825, l'entreprise installe au total quatre machines de ce constructeur dans ses divers établissements). La filature est dotée à sa création de 40 000 broches. En 1850, le tissage, les usines de blanchiment et d'apprêt sont équipés de 3 machines à vapeur. Le tissage est équipé de 165 métiers et d'une machine à vapeur de 15 ch. en 1873. Environ 275 ouvriers travaillent sur le site de la filature blanche en 1847. En 1873, le tissage emploie une centaine d'ouvriers, dont une cinquantaine de femmes et une quinzaine d'enfants. A la fin des années 1870, 150 à 160 personnes travaillent dans les ateliers de tissage. Durant la même période, l'usine de blanchiment et d'apprêt emploie une trentaine de personnes (45 en 1861). De 8 à 12 ouvriers travaillent dans la malterie entre 1897 et 1914.

Période(s) Principale : 1ère moitié 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1816, daté par source
1821
1825
1834
1896
Auteur(s) Personnalité : Joly Samuel et Compagnie, commanditaire
Énergies énergie thermique
produite sur place
États conservations détruit

En 1821, une seconde filature de coton est implantée dans l'ancienne abbaye d'Isle (à quelques centaines de mètres plus au nord) et en 1830, une troisième filature est implantée à La Bussière, près de Guise.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • L'incendie de la Filature Blanche - 27 et 28 mai 1833

    Il était minuit, lorsque la cloche du beffroi, des cris lointains et la générale donnèrent, dans la nuit du 27 au 28 mai dernier, le signal d'un événement affreux arrivé parmi nous, et mirent en éveil toute la population effrayée et saisie d'horreur à la vue d'une teinte de feu répandue sur la ville entière et dont le ciel même paraissait embrasé. Un vaste incendie venait d'éclater à la Filature Blanche, l'un des établissements les plus importants de notre cité, celui de MM. Joly, au faubourg d'Isle. Le feu pris naissance dans le local dit diable-éplucheur, près la pompe à feu, et s'étendit avec une telle violence qu'il entreprit toute l'étendue du grand bâtiment élevé de quatre étages, et qu'il devint tout-à-fait impossible, malgré les secours, de penser à le sauver. On chercha donc à s'opposer à sa communication avec les bâtiments dépendants de la filature et avec l'établissement de MM. Pluchart et Cordier [la Buerie d'Ostende] qui couraient les plus grands dangers, puisqu'au milieu de la cour, on avait fort à souffrir d'une pluie abondante de charbons, de morceaux de fer, de cotons enflammés que lançait au loin l'action du feu ; mais, grâce à la prudence des habitans (gardes nationaux, plusieurs ecclésiastiques, autorités, sapeurs-pompiers, Anglais occupés dans divers ateliers de cette ville, qui tous ont rivalisé d'un zèle et d'une activité dignes du plus grand éloge), on parvint à resserer le foyer dans ses propres limites. Vers trois heures du matin, le feu était concentré, et à quatre heures, tout danger avait cessé pour le dehors.

    La filature entière a été la proie des flammes, ainsi que les 74 métiers, de superbes machines, le coton en oeuvre et le coton filé qui s'y trouvaient. Une partie du matériel et les bâtimens étaient assurés 650,000 fr, dont 600,000 pour la comp[agn]ie Royale, et 50,000 par la compagnie Phénix, excepté la pompe à feu et ses dépendances qui ne l'étaient pas.

    On ne pourra jamais calculer les pertes de cet affreux sinistre, qui laisse sans travail et sans pain plus de 600 ouvriers, ayant pour la plupart de nombreuses familles à soutenir.

    Espérons cependant que MM. Joly, dans la tendre sollicitude dont ils ne cessent de donner des preuves, chercheront le moyen de se rendre bientôt utiles à une classe laborieuse et infortunée d'individus dont ils ont toujours été les soutiens et les pères.

    Extrait de : Journal de la Ville de Saint-Quentin et de l'Arrondissement. Dimanche 2 Juin 1833. N°720. pp. 17-18.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Saint-Quentin. Série D ; 3 D 26. Correspondance générale : lettres du sous-préfet - 1833-1834.

    17-06-1833 - Lettre au sujet des périls que représentent les ruines de la Filature Blanche incendiée
  • AC Saint-Quentin. Série D ; 3 D 85. Correspondance générale - Travail des enfants dans les manufactures - Arrondissement de Saint-Quentin. Liste des manufactures, usines, ateliers et fabriques soumis à la loi du 22 mars 1841. [1869].

  • AC Saint-Quentin. Série F ; 3 F 4. Statistiques.

    Année 1873
  • AC Saint-Quentin. Série F ; 3 F 5. Statistiques.

    Années 1873, 1877, 1878, 1882
  • AC Saint-Quentin. Série F ; 7 F 12. Conseil des Prudhommes - Liste des électeurs : patrons et ouvriers, 1883 à 1886.

    Arthur Joly (né le 19/04/1820) manufacturier en exercice depuis 1850, Jules Joly (né le 13/06/1859) depuis 1879, René Jourdain (né le 2/à(/1849) depuis 1878
  • AC Saint-Quentin. Série F ; 7 F 16 et 17. Conseil des Prudhommes - Listes électorales : Patrons, 1908 à 1927.

    René Jourdain
  • AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 6. Matrices cadastrales de la commune de Saint-Quentin - 1821.

  • AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 61. Matrice des propriétés baties [1842-1846].

  • AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 50 à 53. Registres des patentes pour les années 1861, 1862 et 1863.

  • AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 24 à 93. Matrices des contributions personnelles et des patentes. 1864-1914.

    années 1868 (1 G 25), 1877 (1 G 26), 1881 (1 G 30), 1885 (1 G 34), 1901 (1 G 67/68), 1907 (1 G 74/75), 1914 (1 G 89/90)
  • AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 62. Déclarations des constructions nouvelles, reconstructions, etc - [1891-1898].

    déclarations n°494 (09-01-1897) et 515 (14-04-1897) - Hardhuin et Boisson - Construction d'une malterie
  • AC Saint-Quentin. Série I ; 5 I 2. Hygiène et salubrités - Etablissements insalubres et dangereux - [1836-1877].

    Refus (21/09/1852) puis autorisation (19/08/1853) de montage de chaudières pour la blanchisserie ; autorisation (13/10/1853) pour l'installation d'une machine à vapeur de 16 ch. pour le tissage
  • AC Saint-Quentin. Série I ; 5 I 2-1. Rapport de l'ingénieur des ponts-et-chaussées contenant diverses observations sur le résultat de la visite qu'il a faite des appareils à vapeur en activité dans les usines de l'arrondissement de Saint-Quentin. Rapport expédié le 25-11-1850 par la sous-préfecture au maire de Saint-Quentin.

  • AC Saint-Quentin. Série M ; 2 L 10. Octrois - Objets généraux - 1840-1898.

    Harduin & Boissau - Demande d'exonération des droits d'octroi sur le charbon - 28-04-1897.
  • AC Saint-Quentin. Série O ; 3 O 20. Estimation approximative des unités de vapeur installées dans les usines de Saint-Quentin - [vers 1910].

  • AC Saint-Quentin. Non coté. Matrices cadastrales - 3e série - 1911/1926, [les mêmes matrices sont conservées aux archives départementales : AD Aisne. 4 P 691/2 à 9].

    Harduin Abdon - Case 2676
  • AC Saint-Quentin. Service de l'Urbanisme ; non coté. Cadastre - Etat des sections en 1831.

  • AD Aisne. Série P ; 4 P 691/10. Matrices des propriétés mixtes et non bâties - Première série (1827-1883).

    registre des augmentations et diminutions - 1834 et 1856
  • AD Aisne. Série P ; 4 P 691/11 à 19. Matrices des propriétés mixtes et non bâties - Première série (1827-1883).

    folios 235 et 262 - Joly Frères et Cie ; folio 401 - Jules Samuel Joly et Fils
  • AD Aisne. Série U ; 289 U 126. Tribunal de commerce de Saint-Quentin - Dépôt des actes de sociétés - Registres d'enregistrement.

    1873 et 1881 - Cessions de parts de société
  • AD Aisne. Série U ; 289 U 127. Tribunal de Commerce de Saint-Quentin - Dépôt des actes de sociétés - Registres d'enregistrement.

    1889 - Cession de parts de société
Documents figurés
  • Ville de Saint-Quentin. Section E d'Oëstres - 2e feuille - n° 300 à 546. Plan, encre, lavis, 1 : 2500, [1814-1821] (AC Saint-Quentin ; non coté).

  • Département de l'Aisne - Nouveau plan de St-Quentin agréé par S.A.R. Mme La Dauphine - Année 1826. Plan imprimé, lavis, retombe, 1 : 800, 1826, par H. Pelletier (géomètre). (Société Académique de Saint-Quentin ; non coté).

  • Plan de la ville de Saint-Quentin avec ses agrandissements sur l'emplacement des fortifications cédées à la ville par décret impérial du 28 avril 1810. Plan imprimé, surchargé en rouge (plan des fontaines), 1 : 4000, 58 x 77,5 cm, gravé en 1828, par Védié (architecte voyer), Pelletier (architecte), Tardieu Pierre (graveur). (AC Saint-Quentin. Série O ; 1 O 2. Voirie urbaine. Plan des rues, voies et ruelles - 1807 à 1860).

  • Plans d'alignements tracés suivant l'alignement proposé le 23 juin 1832 et suivants. Planche n° 10. Plan, encre et lavis, 100 x 65 cm, 16-08-1836, par H. Pelletier (géomètre). (AC Saint-Quentin. Service de l'Urbanisme ; non coté).

  • Extrait du plan dressé en octobre 1850 pour le bornage du canal de St-Quentin et du canal Crozat - Archives des Ponts et Chaussées. Plan, calque, encre, lavis, [1 : 1000], 30 x 23,5 cm, 10-1850. (Musée Antoine Lécuyer).

  • [Plan du quartier de la gare de Saint-Quentin]. Plan toilé, 1 : 1000, 58 x 37 cm, 11-1857./Aguillon (dessinateur - ingénieur de la Cie du Chemin de Fer du Nord). (Musée Antoine Lécuyer).

  • Plan de la gare de Saint-Quentin calqué sur un plan de M. Guillen, ingénieur des Chemins de fer du Nord, 1857. Plan, calque, encre, lavis, 1 : 1000, 72 x 54 cm, 1857./Guillen (dessinateur) ; Gomart Charles (copie). (Musée Antoine Lécuyer).

  • Plan de la ville de Saint-Quentin en 1859, dressé par Ch. Gomart. 2e tirage. Plan, imprimé, 34,5 x 50 cm, 1859./Gomart Charles (dessinateur). (Musée Antoine Lécuyer).

  • [Mise en vente de la Fabrique Blanche dans les années 1870]. Affiche imprimée, 62 x 83 cm, [années 1870]./Le Glaneur (imprimeur). (Musée Antoine Lécuyer).

  • [Mise en vente de la Fabrique Blanche dans les années 1870]. Affiche imprimée, 80 x 120 cm, [années 1870]./Le Glaneur (imprimeur). (Musée Antoine Lécuyer).

  • Chemin de fer du Nord - Gare de St-Quentin - Projet d'agrandissement de la cour des voyageurs. Plan, calque, encre et lavis, 1 : 500, 42 x 31 cm, 10-12-1875, par A. Boucher (inspecteur général des travaux neufs et des travaux d'entretiens). (AC Saint-Quentin. Service de l'Urbanisme ; Voirie. Dossier n° 206. Place de la Gare).

  • Plan de la propriété dite de la fabrique blanche située au faubourg d'Isle de St-Quentin entre le chemin de fer du Nord et la rivière de la Somme appartenant à MM. Joly Frères et Cie, etc... Plan, calque, encre et lavis, 1 : 500, 77 x 28,5 cm, [vers 1880] (AC Saint-Quentin. Service de l'Urbanisme ; Voirie. Dossier n° 276 - Rue Joly).

  • Nouveau plan de la ville de Saint-Quentin dressé et publié par Langlet libraire éditeur, 5 rue d'Isle. Plan, lithographie, [1 : 5000], 52 x 76 cm, [1881-1883], dessiné par Langlet (AC Saint-Quentin. Service de l'Urbanisme ; Voirie. Dossier n° 47 - Rue Bénezet).

  • Vue aérienne. Photogr. pos., n. et b., 16 h, altitude 5000 m., format 178 x 238 mm., 30-06-1918 (AD Aisne ; 28 Fi Saint-Quentin 1).

  • Filatures de MM. Joly à Saint-Quentin. Lithographie, 34 x 50 cm, 1821./Dessiné par Pingret, Edouard. Monumens, établissemens et sites les plus remarquables du département de l'Aisne. J.-B. Brayer. Paris : Engelmann-Ponthieu, 1821. Pl 33.

  • [Papier à en-tête de la société Abdon Harduin - Détail]. Papier à en-tête, 23-05-1923 (AD Aisne. Série U ; 255 U 180. Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions - 2e semestre 1923).

  • Saint-Quentin - Le port. Imp. photoméc. (carte postale), [vers 1900] (BM Saint-Quentin. Fonds local : cartes postales).

  • 50 - Saint-Quentin - Le pont. Imp. photoméc. (carte postale), [vers 1900] (BM Saint-Quentin. Fonds local : cartes postales).

  • 14 - Saint-Quentin - Bords de la Somme. Imp. photoméc. (carte postale), [1918-1919] (BM Saint-Quentin. Fonds local : cartes postales).

  • 115 - Saint-Quentin (Aisne) - Le quai Gayant. Imp. photoméc. (carte postale), [1918-1919] (BM Saint-Quentin. Fonds local : cartes postales).

  • Joly Frères, Jourdain & Cie. Papier à en-tête, 12-02-1886 (AC Saint-Quentin. Service de l'Urbanisme ; Voirie. Dossier n° 276 - rue Joly).

Bibliographie
  • BRAYER, J.B.L. Statistique du département de l´Aisne, publiée sous les hospices de M. Le Comte de Floviac, préfet et de MM. Les membres du Conseil Général. Laon : imp. De Melleville, 1824-1825.

    p. 291
  • CHASSAGNE, Serge. Le coton et ses patrons - France, 1760-1840. Paris : Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1991.

    pp. 403-404, 461-462, 544-546
  • HERICART-FERRAND, Louis Etienne François. Rapport sur les produits de l'industrie française. Paris : Imprimerie Royale, 1824.

    pp. 91-92
  • JOLY DE BAMMEVILLE. Filature mécanique du coton. In L´exposition universelle de 1867 étudiée au point de vue des intérêts du département de l´Aisne. Laon : Imprimerie de H. de Coquet et G. Stenger, 1868. pp. 303-306.

  • Le Journal de la ville de Saint-Quentin et de l'Arrondissement.

    Dimanche 2 Juin 1833. N° 720, pp 17-18
  • Le Journal de la ville de Saint-Quentin et des communes environnantes.

    n°561, 16-05-1830, p. 21
  • PICARD, Charles. Saint-Quentin de son commerce et de ses industries (1789-1866). Jules Moureau, 1867. Tome 2.

    pp. 129, 132, 171-172, 568
  • SEVERIN, Monique. La famille Joly de Bammeville. Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie de l'Aisne - Mémoires, tome 29, 1984.

    pp. 105-135
  • SEVERIN, Monique. La famille Joly de Bammeville - Les manufactures, cinq générations. Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie de l'Aisne - Mémoires, 1985, tome 30.

    pp. 73-99
  • Statistique de la France publiée par le Ministre de l'Agriculture et du Commerce. Paris : Imprimerie Royale, 1847.

    p. 164
  • TERRIER, Didier. Les deux âges de la proto-industrie - Les tisserands du Cambresis et du Saint-Quentinois, 1730-1880. Paris : EHESS, 1996.

    pp. 157-158
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Communauté d'agglomération et ville de Saint-Quentin (c) Communauté d'agglomération et ville de Saint-Quentin - Pillet Frédéric