Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne fonderie de bronze Beauvisage, puis Buiret et Debeaurain, puis Buiret

Dossier IA00076634 réalisé en 1988

Fiche

  • Vue des ateliers de fabrication depuis la rue Jean-Catelas.
    Vue des ateliers de fabrication depuis la rue Jean-Catelas.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Ancienne cité ouvrière Buiret
    • Parties constituantes

      • Ancienne demeure de l'industriel Camille Buiret, dit Château Buiret
      • Ancien logement patronal Beauvisage
      • atelier de fabrication
      • cour
      • conciergerie
      • remise
      • étable à chevaux
      • parc
Précision dénomination fonderie de bronze
Appellations Buiret et Debeaurain , Buiret
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, cour, conciergerie, remise, étable à chevaux, parc
Dénominations fonderie
Aire d'étude et canton Trois Vallées - Friville-Escarbotin
Adresse Commune : Tully
Adresse : 33, 35 rue Jean-Catelas
Cadastre : 1984 AC 62

L'histoire de la fonderie Buiret commence lorsque Philbert Beauvisage revient à Tully en 1842 après avoir travaillé pendant de nombreuses années dans une fonderie à Paris. Il fonde une briqueterie et établit deux ateliers ainsi qu'une demeure en 1843. Il développe également de nombreux articles liés à la serrurerie ainsi que des pompes à incendie. En 1853, il fonde dans ses ateliers, avec Charles Marquis, une fonderie de fer où il installe dès 1856 une machine à vapeur. Philibert Beauvisage meurt en 1862. Sa femme Elbanie Debeaurain dirige alors l'entreprise avec l'aide de son père et de Zénobé Buiret qui deviendra son époux. En 1866, l'entreprise prend le nom de Buiret-Debeaurain. Un dépôt de vente est également créé à Paris. La production qui est orientée vers des articles de quincaillerie est alors destinée aux bâtiments, aux meubles mais aussi pour des pièces destinées à la marine.

Après la Deuxième Guerre mondiale, la quincaillerie Buiret s'est spécialisée dans la cuivrerie pour le bâtiment et la marine en concevant notamment des poignées de portes et autres accessoires en cuivre. Elle a cessé son activité en 1987. Au niveau des effectifs, un rapport sur l'activité industrielle de 1869 indique que la fonderie employait 107 ouvriers dont 17 de moins de 16 ans. Le panorama de l'industrie signale que l'entreprise compte 50 salariés en 1962 et 40 en 1983.

Un plan datant de 1863 permet de voir que l'usine comprenait un atelier de fabrication, la cour, le logement patronal en élévation ordonnancée, la conciergerie, la remise, l'étable à chevaux, ainsi que des logements d'ouvriers construits le long de la rue Jean-Catelas. Les recensements de population indiquent qu'à la fin du 19e siècle, Zénobé Buiret vivait dans le logement patronal situé à l'entrée de l'usine.

Une lithographie datant des années 1920, montre que l'usine a considérablement été remaniée et agrandie entre les deux guerres par Joly Buiret, notamment avec l'ajout d'ateliers en sheds (toiture à redents). La fonderie comprenait un atelier principal sous toit à long pans et croupe. Celui-ci était flanqué au nord du logement patronal encore présent sur le site malgré la construction du château Buiret à l'est de l'ensemble en 1897. La partie sud de l'usine comprenait deux groupes d'ateliers sous sheds, l'un couvert de tuiles mécaniques, l'autre d'ardoises. La fonderie s'étendait sur un site de 10 hectares dont 2,5 hectares de surface bâtie. Le site industriel était desservi par un embranchement ferroviaire. De nombreux logements d'ouvriers venaient s'établir en amont de l'usine au bord de la route départementale qui traverse le village.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle, 1ère moitié 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle
Dates 1843, porte la date, daté par tradition orale

Le site actuel est en friche hormis les anciens bureaux de l'entreprise situés au n°35 de la rue Jean-Catelas qui ont été transformés en maison d'habitation par les propriétaires actuels. Les vestiges de la ligne ferroviaire Feuquières-Ault se trouvent encore derrière l'allée cavalière du château Buiret. Les ateliers de fabrication conservent le vestige des anciens fours.

Murs brique
essentage de planches
enduit
parpaing de béton
Toit ardoise, tuile mécanique, matériau synthétique en couverture, tôle ondulée
Étages sous-sol, 1 étage carré, étage de comble
Couvrements charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée, élévation ordonnancée sans travées
Couvertures toit à longs pans
shed
appentis
croupe
pignon couvert
Escaliers

Autres organes de circulations monte-charge
Énergies énergie thermique
énergie électrique achetée
Typologies oculus
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 770/6. Tully. Matrices des propriétés bâties, 1882-1911.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 770/4. Tully. Matrice des propriétés foncières, 1829-1914.

Documents figurés
  • Tully (Somme). Plan de la manufacture de bronze de Tully, vers 1863. Lith. Vitoux Abbeville (coll. part.).

  • Croquis de l'usine Buiret-Debeaurain, lithographie, vers 1920 (coll. part.).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Kocourek Frédéric-Nicolas
Frédéric-Nicolas Kocourek

Enquêteur externe, chargé de l'inventaire du patrimoine du Vimeu industriel de 2014 à 2016.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.