Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne scierie, dite caisserie Clouet, puis Fournier-Clouet

Dossier IA60001109 réalisé en 1990

Fiche

Appellations Clouet, Fournier-Clouet
Destinations garage de réparation automobile
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, chaufferie, transformateur, bureau, cour, logement patronal, cheminée d'usine
Dénominations scierie
Aire d'étude et canton Compiégnois - Compiègne-Sud
Adresse Commune : Lacroix-Saint-Ouen
Adresse : 81 rue Jean-Jaurès
Cadastre : 1982 C 1170

La scierie et fabrique de caisses en bois est mentionnée en 1869, sous la raison sociale Clouet. Les bâtiments sont vraisemblablement reconstruits en 1886 par Jean-Baptiste Clouet, qui dirige de l'usine à cette époque. Vers 1925, Albert Clouet qui succède à son père oriente l'activité vers la fabrique de layetterie. Vers 1940, par l'association de Clouet à Fournier, l'entreprise change de raison sociale et devient Fournier-Clouet. En 1975, l'ensemble des bâtiments est converti en atelier de réparation automobile. L'ancien atelier de clouage est démonté et remplacé par un atelier de mécanique. Vers 1920, l'usine comporte une machine à vapeur Weyher et Richemont de 80 ch. Elle est également équipée en 1925 d'une chaudière bitubulaire Veillet-Lescure avec appareil de régulation et de contrôle Lethuillier Pinel de Rouen, toujours en place. En 1869, l'entreprise compte 5 salariés. En 1911, une baisse du nombre de caisses à faire à domicile liée à des revendications salariales aboutit à un mouvement de grève qui dure du 3 au 11 mai. En 1936, l'usine emploie 41 personnes, non comprises celles travaillant à domicile.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle
Auteur(s) Personnalité : Clouet Jean-Baptiste, commanditaire

A l'arrière de la maison patronale et des bureaux occupant toute la largeur de la parcelle se développent les ateliers de fabrication composés de deux bâtiments parallèles. Le premier, abritant l'ancien atelier de fabrication et la chaufferie, est en pan de fer hourdé de brique et couvert d'un appentis en ciment amiante, duquel s'élève la cheminée d'usine. Celle-ci, haute de 19 mètres, est de forme tronconique sur base carrée. L'atelier de réparation automobile est en parpaing de béton et pan de fer, couvert d'un toit à longs pans et pignons couverts. La maison patronale est en rez-de-chaussée avec étage de comble. Construite en brique elle comporte également un toit en tuile mécanique à longs pans et pignons couverts.

Murs brique
béton
fer
parpaing de béton
pan de fer
Toit tuile mécanique, ciment amiante en couverture, matériau synthétique en couverture
Étages en rez-de-chaussée, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan d'installation d'une chaudière et d'une machine à vapeur, dessin, 27 mars 1926 (AP).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Fournier Bertrand