Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne usine de petite métallurgie (fabrique de limes) Mauroy, puis usine de construction mécanique, dite Ateliers de construction de Creil, puis Daydé-Pillé, actuellement pépinière d'entreprises

Dossier IA60001649 réalisé en 2006

Fiche

  • Les ateliers Daydé depuis l'usine Fichet.
    Les ateliers Daydé depuis l'usine Fichet.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • entrepôt industriel
    • magasin industriel
    • bureau
    • infirmerie
    • remise ferroviaire
    • mur de clôture
    • voie ferrée
    • transformateur
Précision dénomination fabrique de limes
Appellations Mauroy, Ateliers de construction de Creil, Daydé-Pillé
Destinations entrepôt industriel, magasin industriel
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, bureau, infirmerie, remise ferroviaire, mur de clôture, voie ferrée, transformateur
Dénominations usine de petite métallurgie, usine de construction mécanique
Aire d'étude et canton Grand Creillois - Creil
Adresse Commune : Creil
Lieu-dit : quartier de Gournay-les-Usines
Adresse : 7, 9, 10 rue des Usines , rue Jean-Jaurès
Cadastre : AC 229, 230, 290, 291, 292 ; AD 81, 178, 179

En 1856, Philippe Mauroy, fabricant de limes à Mello, installe un atelier de forge et une machine à vapeur de 15 chevaux rue Jules-Juillet, dans le quartier des Marais. L'usine comprend un four de chauffe, un marteau pilon actionné par la machine à vapeur, cinq forges doubles, un martinet, des tours et tous les outils nécessaires au mécanicien. Le combustible utilisé est la houille et les fumées s'échappent par une cheminée de 25 mètres de haut. Le site est repris deux ans plus tard par Louis Lebrun et Alexandre Levêque qui le transforment en usine de fabrication de grosse chaudronnerie et de machines à vapeur. En 1886 Louis Lebrun forme avec Henri Daydé et Auguste Pillé une société en nom collectif sous la raison sociale Daydé-Pillé. L'établissement prend un nouvel essor avec l'acquisition de terrains de 50 000 m² à côté de l'usine primitive. La production s'oriente alors vers la réalisation de grands ouvrages d'art métalliques (viaduc du chemin de fer de Cubzac sur la Dordogne en Gironde en 1887, pont-canal de Briare en 1891, structure métallique du Grand-Palais à Paris en 1900), mais aussi des grues, des ponts-roulant ou des treuils. En 1898, les établissements Daydé-Pillé sont répartis sur deux sites implantés de part et d'autre des voies ferrées, rue Jean-Jaurès et rue des Usines. Chaque site est relié au chemin de fer du Nord et possède, à l'intérieur de ses ateliers, des voies Decauville sur lesquelles circulent des wagonnets pour le transport des pièces et des matières premières. Le chargement des wagons et des wagonnets s'effectue au moyen de grues fixes, de grues roulantes et de ponts roulants construits et établis sur place. Les deux sites comprennent les chantiers de construction métallique, les ateliers de chaudronnerie de fer, les ateliers de machines-outils, de tours et d'ajustage, les forges et les ateliers de fabrication de boulons et rivets ainsi que les bureaux. Entre 1898 et 1914, les établissements s'étendent de l'autre côté de la rue des Usines pour l'implantation de leur parc à matériel : une voie ferrée traversant la rue des Usines et reliant les deux ateliers est réalisée en 1912. L'année suivante, le site de la rue Jean-Jaurès est vendu à une usine de fabrication de barres cylindriques. L'électrification du dépôt de matériel intervient en 1914. Un réfectoire pour les ouvriers et de nouveaux bureaux (réalisés en 1909) sont également construits. C'est probablement de cette époque que date le vaste atelier de fabrication, situé au 9 rue des Usines, et portant en lettres blanches la raison sociale de l'usine : "ETABLISSEMENTS DAYDE (l'entreprise a changé de raison sociale en 1903 pour ne garder que le nom de Daydé). Pendant la Première Guerre mondiale, l'usine sous-traite pour Schneider et Cie (fabrication de matériel d'artillerie lourde et de matériel d'assaut), pour la compagnie de Fives-Lille (fabrication de ponts-militaires Henry). Sa superficie totale est de 37500 m² dont 14000 m² couverts. De nouveaux bureaux sont également élevés sur la rue des Usines qui devient après le conflit, le seul site des établissements Daydé. Entre les deux guerres, les établissements Daydé s'agrandissent et se modernisent : construction d'un atelier de mécanique et de menuiserie au début des années 1920, agrandissement du parc de matériel, construction de deux réservoirs pour stocker l'huile lourde nécessaire à l'alimentation des fours (1924), construction d'un atelier de soudure en 1935. Touchée plusieurs fois par les bombardements aériens au cours de l'année 1944, l'usine est partiellement reconstruite en 1947 et 1948 sur les plans de l'architecte Pierre Varenne. Les reconstructions sont l'occasion d'améliorations importantes au niveau social : l'usine se dote d'une infirmerie avec consultations médicales et de nouvelles douches et vestiaires. Les autres reconstructions se font à l'identique et généralement au même emplacement : remise à locomotives, bureaux des contremaîtres de l'atelier des rivets et de l'atelier d'outillage, réfectoire, château d'eau, puits, magasin aux peintures et aux huiles, pont-tournant. Un atelier de peinture au minium de plomb est installé en 1955. L'usine, touchée par la crise, ferme en 1964. La société Daydé est absorbée par la compagnie Française d´entreprise (aujourd´hui société Eiffel). Les bâtiments, situés côté pairs, sont repris par la société rémoise des Produits d'Usines Métallurgiques. Elle est spécialisée dans le négoce des fers et aluminium transformés par cisaillage, laminage, grenaillage et recuit. Certains bâtiments ont été détruits rapidement (atelier de soudure et vestiaire) permettant d'élargir la cour pour d'autres usages. L'atelier de mécanique et d'ajustage a été agrandi par un auvent en pan de fer couvert de matériau synthétique translucide en 1978. La Société d'Exploitation d'Oxycoupage de Paris (SEDOP) reprend la grande halle de montage en 1976. Le parc de matériel, l'ancien réfectoire, l'ensemble des ateliers de fabrication, des magasins et entrepôts industriels et les bureaux situés rue des Usines sont repris à la fin des années 1960 par la société Drye et Boulanger (quincaillerie et droguerie). Les bâtiments sont aujourd'hui tous occupés par une pépinière d'entreprises (activités tertiaires et activités industrielles) qui utilisent les anciens ponts-roulants de 20 et 25 tonnes du grand atelier. L'ancienne usine située rue Jean-Jaurès n'existe plus, seul subsiste une partie des anciens bureaux. Évolution du personnel : 300 salariés en 1890, 800 à 1000 ouvriers en 1898, 500 personnes en 1917 (485 hommes, 4 femmes, 6 belges, 2 luxembourgeois, 2 italiens et 1 espagnol), 467 personnes en mars 1922 (381 hommes, 30 femmes et 56 enfants de moins de 18 ans). En 1905, la journée au sein des ateliers Daydé est de 10 heures : elle commence à 7 heures le matin et se termine à 6 h15 le soir avec une pause entre 8 heures et 8 heures 15 et de midi à 1 heure. Le repos hebdomadaire est le dimanche.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1856, daté par source, porte la date
1858
1886
1898
1909
1924
1935
1947
1955
1966
1978
Auteur(s) Auteur : Varenne Pierre, architecte, attribution par source
Personnalité : Mauroy Philippe, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Lebrun Louis, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Levêque Alexandre, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Daydé Henri, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Pillé Auguste, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Drye, commanditaire, attribution par source

Les anciens établissements Daydé sont constitués de deux sites construits de part et d'autre de la rue des Usines. Côté impair, le site regroupe, autour d'une cour, les anciens ateliers de fabrication (ateliers des ponts et charpentes, ateliers et magasins à rivets, atelier de serrurerie, ateliers de mécanique et d'ajustage, atelier de forge), les magasins et entrepôts industriels, les bureaux et toutes les dessertes par rails (voies Decauville, pont-tournant) ainsi que le transformateur électrique. L'entrée du site est soulignée par 4 piliers. Elle est encadrée à gauche par un bâtiment accolé aux ateliers de fabrication, construit en béton et couvert d'un toit en terrasse. Ce bâtiment de plan symétrique présente un porche central sommé d'un fronton accueillant l'horloge. Il dessert de part et d'autre les douches et la pointeuse. A droite, un bâtiment à 10 travées (bureaux et infirmerie) en pierre, brique et meulière vient fermer la parcelle le long de la rue des Usines. Il est construit en pierre en rez-de-chaussée surélevé et un étage carré terminé par un toit en terrasse. Les ateliers de fabrication présentent une succession de 8 halles accolées construites en pierre et couvertes d'un toit à longs pans en tuile mécanique. Ils sont desservis par des rails et des voies Decauville. L'atelier de mécanique et d'ajustage possède de larges baies en verre. Il est prolongé vers l'est par un bâtiment essenté de tôle à un pan. Toutes les charpentes métalliques sont apparentes. Ces ateliers sont prolongés vers l'est par une vaste halle de montage, possédant deux ponts-roulants. Elle est construite en brique et couverte d'un toit à longs pans en matériau synthétique. L'ancien atelier de ponts et charpentes présente, sur son mur pignon sud, des baies en plein cintre en brique, condamnées. Ce bâtiment possède un lanterneau. La remise à locomotive située dans l'angle sud-ouest de la parcelle est un petit bâtiment en pan de fer hourdé de brique pleine. Il est coiffé d'un toit à longs pans et d'un lanterneau en tuile mécanique. Le bureau du chef de parc, situé le long du mur de clôture sud longeant les voies ferrées de la ligne Paris-Lille, est une construction légère en pan de fer hourdé de brique enduite. Sa toiture à longs pans est couverte de tuile mécanique. De l'autre côté de la rue des Usines, les entrepôts industriels et le réfectoire, sont construits en brique et essentage de tôle, couverts d'un toit à longs pans en tuile mécanique.

Murs brique
pierre
béton
métal
fer
meulière
verre
essentage de tôle
enduit
pierre de taille
brique et pierre
pan de fer
Toit fer en couverture, tuile mécanique, verre en couverture, matériau synthétique en couverture, tôle ondulée
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvrements charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
toit à longs pans
toit à un pan
lanterneau
Énergies énergie thermique
énergie électrique
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Creil. Série F ; 6 F 1. Réglementation des heures de travail.

  • AC Creil. Série F ; 6 F 2. Inspection du travail : horaires de la métallurgie, 1919-1922.

  • AC Creil. Série I ; 5 I 8. Compagnie générale d'électricité de Creil : agrandissement de l'usine, 1913.

    Atelier de forges de grosses oeuvres : autorisation demandée par Philippe Mauroy, mécanicien, fabricant de limes à Mello, 1856. Demande d'établir des chaudières à vapeur semi-tubulaires destinées à fournir de la vapeur, 1899.
  • AC Creil. Série I ; 5 I 9. [Vieille-Montagne, fonderie de zinc], 1923-1927.

  • AC Creil. Série I ; 5 I 11. Etablissements insalubres, Creil 1932-1939.

  • AC Creil. Série O ; 1O1 31. Voirie urbaine, impasse du Chemin de Fer : aliénation des terrains Lebrun-Levêque, 1874-1878.

  • AC Creil. Série O ; 1O1 106. Voirie rue des Usines. Demande d'établir une voie ferrée traversant la rue des usines et destinée à relier les deux ateliers appartenant à M. Daydé, 1912.

  • AD Oise. Série M ; sous-série 5M : 5Mp2456/1. Etablissements insalubres, Creil. 1895-1906.

    Dossier Daydé-Pillé, 1898.
  • AD Oise. Série M ; sous-série 5M : 5Mp 2457. Etablissements insalubres, 1908-1933.

    Etablissements insalubres, usine Daydé, 1921-1929.
  • AD Oise. Série R ; sous-série 2R : 2RP1306. Usines travaillant pour la défense nationale.

    Ateliers Daydé, 12 septembre 1917.
  • AD Oise. Série S ; sous-série 9S : 9Sp181/2. Chantier de préparation et de débit de bois pour traverses, installation d'une machine à vapeur et d'une chaudière locomobile, 1874.

    Installation d'une machine à vapeur et d'un marteau pilon par Mauroy en 1856.
  • AD Oise. Série W ; sous-série 496W : 496W9498. Etablissements classés : installation d'un réservoir aérien de 350 m3 de fuel oil destiné au chauffage des fours à zinc, 1952.

    Installation d'un atelier de peinture au minium de plomb dans le hall de montage et d'expédition, 1955.
  • AD Oise. Série W ; 753W 28836. Dommages de guerre 1939-1945. Reconstruction des établissements Daydé.

  • AD Oise. Série W ; sous-série 1105W : 1105W45. Etablissements classés : installation de la société PUM (produits d'usines métallurgiques), 1966.

  • AD Oise. Série W ; 1105W 46. Etablissements classés : installation de la SEDOP, 1976.

  • AD Oise. Série W ; 1191W 3. Etablissements classés : construction d'une quatrième colonne de distillation de zinc, 1970.

    Dépôt de la société Drye et Boulanger, 1966.
Documents figurés
  • Plan figuratif de la propriété de Mauroy, fabricant de limes demeurant à Mello, sur laquelle il sollicite l'autorisation d'établir une machine à vapeur et un marteau pilon. Plan dessiné, couleur, échelle 0,001 mm/m, 1856 (AD Oise ; 9Sp181/2).

  • Creil, quartier des Usines. Impr. photoméc. (carte postale), n. et b., sans date [vers 1900] (AC Creil ; fonds local).

  • Creil. Sortie des usines Daydé et Pillé, rue de Montataire. Impr. photoméc (carte postale), couleur (AC Creil ; fonds local).

  • [Le pont de Creil sur l'Oise construit par les établissements Daydé-Pillé et détruit en 1914]. Photogr. pos., n. et b., sans date [avant 1914], Merlette (auteur) (AC Creil ; fonds Merlette).

  • Etablissements insalubres et incommodes : établissements Daydé. Plan général des usines du Marais, échelle 1/500e. 1920 (AC Creil ; 5I9).

  • [Installation d'un dépôt d'huile lourde en 1924]. Plan imprimé, sans échelle, 1920 (AD Oise ; 5Mp2457).

  • Etablissements Daydé. Ateliers de construction de Creil. Plan masse de l'établissement reconstitué. Plan imprimé, couleur, échelle 1/1000e, 1946 (AD Oise ; 753W28836).

  • Extrait du plan général des établissements Daydé. Plan imprimé, couleur, échelle 1/200e. Varenne (architecte), 1946 (AD Oise ; 753W28836).

  • [Plan du bâtiment de pointage et des douches, élévation]. Plan imprimé, couleur, échelle 1/100e, Varenne (architecte), 1946 (AD Oise ; 753W28836).

  • [Treuil de manoeuvre et vanne amont. Centrale EDF de Marckolsheim]. Photogr. pos., n. et b., 1960 (Collection particulière).

  • [Lorry de stockage des batardeaux. Centrale EDF de Marckolsheim]. Photogr. pos., n. et b., 1961 (Collection particulière).

  • [Chariot de 60 tonnes réalisé pour la centrale EDF de Champagne-sur-Oise (Val d'Oise)]. Photogr. pos., n. et b., 1962 (Collection particulière).

  • [Pont-roulant d'une portée de 24 mètres réalisé pour l'Union des Consommateurs de Produits Métallurgiques et Industriels, Hagondange (Moselle)] . Photogr. pos., n. et b., 1963 (Collection particulière).

  • [Boggie réalisé pour Usinor-Dunkerque]. Photogr. pos., n. et b., 1962 (Collection particulière).

  • [Train de roulement (translation BM et galets) construit pour Usinor-Dunkerque]. Photogr. pos., n. et b., 1961 (Collection particulière).

  • [Batardeaux employés dans la chute de Baix (Ardèche) et construit par Daydé-Pillé]. Photogr. pos., n. et b., 1961 (Collection particulière).

  • [Poutre de jumelage et palonnier de 280 tonnes construits pour la centrale EDF de Vaires-sur-Marne (77) ]. Photogr. pos., n. et b., 1961 (Collection particulière).

  • [Grue à grappin de 3 tonnes construite pour la centrale EDF de Palaminy (Haute-Garonne) ]. Photogr. pos., n. et b., 1961 (Collection particulière).

  • [Appareil de manutention construit pour la centrale EDF de Marckolsheim (Bas-Rhin) ]. Photogr. pos., n. et b., 1960 (Collection particulière).

Bibliographie
  • Creil et ses industries. La gazette de Creil. Supplément de janvier 1898.

    p. 2-5.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de l'Oise (c) Département de l'Oise ; (c) Communauté de l'Agglomération Creilloise (c) Communauté de l'Agglomération Creilloise - Lorieux Clarisse