Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne usine textile Desquiens puis usine de construction mécanique, dite Office du Piston Fonte

Dossier IA00076670 réalisé en 1985

Fiche

Appellations Desquiens, Office du Piston Fonte
Destinations usine textile, usine de construction mécanique
Parties constituantes non étudiées cour, conciergerie, bureau, atelier de fabrication, salle des machines
Dénominations usine textile
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Amiens
Adresse Commune : Pont-de-Metz
Adresse : 6 rue du Château
Cadastre : 1810 B 282 ; 1978 B 722 ; 1978 A 724, 727, 728, 812

Documents figurés :

Un plan joint à la demande faite par le manufacturier Desquiens en 1893 figure plusieurs bâtiments implantés en L : un atelier de polissage et fil à coudre (13 m sur 52,5 m), parallèle à la voie, prolongé au sud par un bâtiment des machines et un bâtiment abritant les chaudières ; la teinturerie (11 m sur 22) est implantée, en retour d'équerre, au sud-ouest.

Sources :

Les matrices cadastrales conservées aux archives départementales indiquent qu'une usine est construite vers 1895 (date d'imposition), pour Auguste Desquiens-Bralant, qui la fait agrandir deux ans plus tard. En 1901, la fabrique d'apprêt comporte également un logement de concierge. Elle est agrandie en 1902 (logements face à l'usine), en 1912 (bureau), en 1919 et en 1926. Auguste Desquiens-Bralant, propriétaire du château de Pont-de-Metz, possède également un magasin (B 309), sur la rive est de la rue du Château et une maison (B 262), rue de l'Eglise, acquise en 1922. Il fait également construire des logements à proximité de son usine (27-29 rue du Château) vers 1902 (date d'imposition).

Les sources conservées aux archives départementales (série M) mentionnent que le manufacturier Desquiens est autorisé à installer une teinturerie pour fil à coudre, en 1893. Auguste Desquiens est autorisé à équiper la fabrique de fils glacés d'une chaudière à vapeur (Veillet Lescure) de 18,645 m3 (1894), de deux cylindres sécheurs (Veillet-Lescure) cylindriques de 1200 X 300 (1903), puis d'un bassin à la colle de 0,100 m3 pour un tissage de velours de coton (1907).

Travaux historiques :

La notice géographique et historique, rédigée en 1899 par Jules Lambert, signale la filature de fils places pour machines à coudre et rubans.

Selon le recensement établi par B. Dufournier (1985), la filature de fil à coudre Desquiens est attestée à la fin du 19e siècle. En 1893, elle est agrandie d'une unité de teinturerie. En 1902, la manufacture de fils glacés et à coudre de toutes couleurs et tissage mécanique de velours de coton Auguste Desquiens est une usine de plan symétrique connue par un en-tête commercial (doc. 1) montrant les ateliers de fabrication en sheds, répartis de part et d'autre d'un grand bâtiment, avec fronton, servant probablement de salle des machines et dont il subsiste actuellement une suite de sheds (aile droite) remaniée, et la salle des machines ou chaufferie avec sa frise en céramique. En 1955, lui succède l'Office de Piston Fonte, mécanique de précision.

La cheminée d'usine a été démolie en 1955.

Equipement industriel et machines :

Mention d'une chaudière, en 1893, de deux cheminées, vers 1902.

Effectifs :

L'usine emploie 50 salariés en 1950 et moins de 50 salariés en 1962.

Histoire sociale :

Selon une source orale, des grèves importantes ont eu lieu en 1936, contribuant à la chute de l'affaire.

En 1950, O. P. F. s'installe à Pont-de-Metz et remplace peu à peu la fabrique de peintures en poudre Leroy, qui ferme ses portes en 1975.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle

L'édifice comprend une halle alignée sur la rue du Château, doublée à l'ouest d'une seconde halle parallèle, prolongeant un bâtiment de plan massé couvert d'un toit à croupes. Un appentis longe cette seconde halle.

Ateliers de fabrication en rez-de-chaussée pour partie en shed à baies murées en arc surbaissé.

Salle des machines ou chaufferie sous toit à longs pans et croupe.

Conciergerie : un étage carré, baies rectangulaires.

Murs brique
Toit tuile mécanique, métal en couverture
Étages 1 étage carré

Ce dossier de repérage du patrimoine industriel établi en 1985 a été mis à jour et enrichi en 2002 dans le cadre de l'inventaire topographique d'Amiens métropole.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série M ; M 81770. Déclarations et autorisations d'appareils à vapeur.

  • AD Somme. Série M ; M 96849. Déclarations et autorisations d'appareils à vapeur.

  • AD Somme. Série M ; M 96857. Déclarations et autorisations d'appareils à vapeur.

  • AD Somme. Série M ; M 96858. Déclarations et autorisations d’appareils à vapeur.

  • AD Somme. Monographies communales. Notice géographique et historique.

    Pont-de-Metz, par Jules Lambert, 1899
Documents figurés
  • Manufacture de fils glacés et à coudre de toutes couleurs. Tissage mécanique de velours de coton Auguste Desquiens, papier à lettre à en-tête, 1902 (AD Somme ; M 96857).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dufournier Benoît
Benoît Dufournier

Chercheur au service régional de l'Inventaire de 1985 à 1992, en charge du recensement du patrimoine industriel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.