Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église du Coeur-Immaculé-de-Marie d'Amiens

Dossier IA80000156 réalisé en 1996

Fiche

L'église paroissiale du Coeur-immaculé-de-Marie remplace une église provisoire élevée en 1930 pour desservir la nouvelle paroisse. Commencée en 1934, sur les plans des architectes Mallet et Carpentier, par l'entreprise Antoine frères, les travaux se limitent à la construction de la crypte par manque de financement.

Une souscription permettra son achèvement en 1955 avec une tour de clocher qui n'atteindra cependant que la moitié de la hauteur prévue.

Outre l'intérêt constructif de l'édifice avec la réalisation de voûtes porteuses en brique, suivant le procédé Fabre également utilisé à Longavesne (1926) et Moislains (1929) dans la Somme, le parti architectural qui rappelle les réalisations des années 1930 est tout à fait remarquable.

Vocables Coeur-Immaculé-de-Marie
Parties constituantes non étudiées crypte
Dénominations église
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Lieu-dit : Saint-Acheul
Adresse : 564 rue de Cagny
Cadastre : 1990 DO 168

Une chapelle provisoire en bois est construite en 1930, à l'initiative du curé de la paroisse Saint-Acheul. L'édifice fut érigé sous le vocable du Coeur-Immaculé-de-Marie, en 1932. En 1934, l'église est construite par l'entreprise de bâtiments Antoine frères, sur les plans des architectes Mallet et Carpentier. Le manque de financement limita la construction de l'édifice à la crypte. Grâce à une souscription publique lancée dans le diocèse d'Amiens, les travaux reprirent en 1955, sous la direction de l'architecte Carpentier, et s'achèvent avec la bénédiction solennelle le 4 novembre 1956. L'édifice est le lieu d'une expérimentation dans l'utilisation de voûtes porteuses en brique suivant le procédé de l'entrepreneur parisien Fabre. Le clocher n'atteindra que la moitié de la hauteur prévue.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle
Dates 1930, daté par travaux historiques
1934, daté par travaux historiques
1955, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Mallet J.,
J. Mallet

Architecte associé à Z. Carpentier, dans les années 1920-1930.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Antoine frères, entrepreneur, attribution par travaux historiques
Auteur : Pasquier Pierre, verrier, attribution par travaux historiques
Auteur : Carpentier Z.,
Z. Carpentier

Architecte associé avec J. Mallet, dans les années 1920-1930.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'édifice orienté, implanté en parcelle d'angle, est construit en brique sur ossature en béton armé et couvert d´ardoises. En rez-de-chaussée surélevé sur sous-sol (crypte), il présente un plan allongé à chevet plat avec une tour de clocher indépendante accolée à l'angle sud-ouest. Un large emmarchement y donne accès à l'ouest. Sur la façade ouest à pignon couvert, qui compte trois accès, deux contreforts en béton montant de fond encadrent la porte occidentale principale surmontée d'une fenêtre haute. Un accès secondaire est visible dans le mur nord. Le transept non saillant est signalé par un pignon en façade latérale et une fenêtre plus large. La crypte (désaffectée) est accessible par une porte secondaire (mur nord). La nef couverte d'une voûte en berceau brisé est éclairée par des fenêtres basses également en arc brisé. Le choeur est matérialisé par un emmarchement, ainsi que le sanctuaire à pans coupés. Deux portes latérales, au nord et au sud du sanctuaire, donnent accès aux sacristies. La tribune, au bas de la nef, est accessible par un escalier en vis. Une porte placée sous la tribune, au sud, donne accès à la chapelle des Fonts située dans la tour.

Murs brique
béton armé
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 vaisseau
Typologies parti bas, clocher accolé, crypte

Ce dossier établi par Nathalie Mette en 1996 lors d'une enquête thématique sur les édifices religieux d'Amiens a été mis à jour et enrichi par Isabelle Barbedor en 2002 dans le cadre de l'inventaire topographique d'Amiens métropole.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 50-52
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mette Nathalie