Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale et de l'Assomption-de-la-Vierge à Villers-sur-Authie

Dossier IA80010374 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Asssomption-de-la-Vierge
Dénominations église paroissiale, cimetière
Aire d'étude et canton Trois Vallées - Rue
Adresse Commune : Villers-sur-Authie
Adresse : rue de l' Église
Cadastre : 2014 D2 157

La première mention de l'église, dans un acte de la fin du 11e siècle, reconnaît l'appartenance de la paroisse aux moines de Marmoutiers à la suite d'une donation de Gervin, évêque d'Amiens. Au Moyen Âge, la dîme était partagée entre les prieurés de Maintenay et de Saint-Pierre d'Abbeville, et l'abbaye de Saint-Josse-sur-Mer. Plus tard, le seigneur du village devient le gros décimateur.

Comme le montrent l'appareil du clocher-porche et les éléments subsistants du portail occidental et de l'élévation nord de la nef, l'église actuelle a été construite dans la seconde moitié du 13e siècle.

Comme en de nombreuses églises du Ponthieu et du Vimeu, le chœur polygonal a été reconstruit dans la première moitié du 16e siècle, et couvert d'une belle voûte nervurée à arêtes multiples de style gothique flamboyant. La famille de Gouy, qui tenait à cette époque la seigneurie de Villers, et dont les armoiries sont sculptées sur une clef de la voûte, peut laisser penser que cette famille est à l'origine de ce chantier, parachevé par la pose des verrières du chœur. De cette époque datent également le couronnement et les contreforts du clocher.

L'élévation sud de la nef a été reprisse à l'époque moderne, probablement au 18e siècle, et des contreforts de briques élevés sur l'élévation nord de la nef et aux angles de la façade occidentale. Le couvrement de la nef a été repris à une époque récente.

Période(s) Principale : 13e siècle
Principale : 1ère moitié 16e siècle
Secondaire : 18e siècle, 20e siècle
Auteur(s) Personnalité : Gouy Philippe de,
Philippe de Gouy

Appartenant à une famille Implantée au 16e siècle et à l'époque moderne dans le Vimeu et le Ponthieu, Philippe de Gouy, seigneur de Villers, est le parrain de la cloche de l'église bénite en 1538 et peut-être le commanditaire des travaux de reconstruction du chœur de l'église et des verrières, dont certaines portent la date de 1515.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques

L'église est située dans l'enclos du cimetière. De plan allongé, elle comprend un clocher-porche, une nef à vaisseau unique de quatre travées, et un chœur de deux travées à abside polygonale à trois pans. Elle est principalement construite en pierre de taille, mais l'élévation sud de la nef et les contreforts ont a été repris en brique. L'édifice est couvert de toits à longs pans en ardoise, avec croupe polygonale sur l'abside et toit en pavillon assez plat sur le clocher.

La portail occidental est ouvert entre les deux contreforts du clocher-porche. La baie a été en partie murée en brique jusqu'au tympan trilobé, afin de ménager une porte plus petite. Les colonnettes d'ébrasement on disparu, mais quelques chapiteaux subsistent. Le clocher s'élève sur quatre étages matérialisés en élévation par des larmiers. Une arcade de décharge, aujourd'hui éclairée d'une petite baie cintrée, éclaire le premier niveau. Le dernier niveau, moins élevé que les autres, est éclairé d'une baie couverte d'un arc en tiers-point flanquée de deux colonnettes.

L'élévation nord de la nef comporte de nombreuses reprises et des contreforts en brique. Les baies forment des lancettes couvertes d'un arc en tiers-point. L'élévation sud est en brique avec soubassement de silex. Les baies, plus larges, sont en plein cintre. Le chœur est épaulé de contreforts de calcaire entre lesquels s'ouvrent les sept hautes baies en tiers-point à remplage. Le mur du chevet repose par endroits sur un soubassement en damier de grès et silex.

Le porche du clocher est couvert d'une voûte d'ogives. Des vestiges de colonnettes fasciculées sont visibles dans les travées latérales dont celle du sud où est aménagée la chapelle des fonts baptismaux. Elles sont accessibles par deux petites baies à boudins.

La nef est séparée du porche et du chœur par haut mur simplement percé d'un arc diaphragme. Elle est couverte d'une voûte de pierre à nervures multiples avec lunettes épousant la forme des arcades qui forment les travées. Le chœur est également couvert d'une voûte d'ogives à nervures multiples avec liernes et tiercerons.

Murs calcaire pierre de taille
brique
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives

voûte de type complexe

fausse voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans croupe polygonale
toit en pavillon
Typologies clocher-porche, chœur à abside polygonale
Techniques sculpture
Précision représentations

Le portail occidental est couvert d'une voussure à décor végétal stylisé. Les contreforts du chœur abritent des niches avec consoles et gâbles.

Les nervures de la voûte de la nef et du chœur reposent sur des culots ornementés et stylisés. Les clefs de la voûte d'ogives du chœur se sont sculptées en haut-relief polychrome des figures de Vierge à l'Enfant, saint Joseph et les rois mages. La clef centrale représente les armoiries de la famille de Gouy (?), un écu écartelé tenu par deux hommes et sommé d'un heaume surmonté par la colombe du Saint Esprit.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables choeur, clocher
Protections inscrit MH, 1926/02/19

Références documentaires

Documents figurés
  • Villers-sur-Authie. Plan cadastral. Section D1, dite du Marais, avant 1828 (AD Somme ; 3 P 1499/7).

Bibliographie
  • Picardie gothique. Tournai : Casterman, 1995.

    p. 256-257.
  • RODIERE, Roger. Eglise de Villers-sur-Authie. La Picardie historique et monumentale, 1904-1906, tome III.

    p. 243-252.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournis Frédéric