Église paroissiale Saint-Denis de Catheux
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes de l'Oise Picarde
  • Commune Catheux
  • Adresse rue Principale
  • Cadastre 2020 B 56

Sous l'Ancien Régime, la cure de Catheux, dont l'érection semble remonter au 12e siècle, était conférée par le chapitre cathédrale d'Amiens.

D'après ses formes et la facture de ses maçonneries, l'église a dû être construite dans le dernier quart du 12e siècle. Les murs de la nef remontent à cette période. Dans le chœur, des piliers surmontés de chapiteaux à motifs végétaux, ainsi que le chevet plat, percé d'une baie en arc brisé, se rattachent également à ce premier chantier de construction.

Probablement endommagée par les guerres du 15e siècle, l'église est restaurée au cours du 16e siècle. La charpente est alors reconstruite dans le dernier quart du 15e ou premier quart du 16e siècle. Le style des coiffes des personnages figurés sur les blochets sculptés se rattache à cette période. Le chœur est quant à lui fortement remanié. Les baies percées sont typiques du gothique flamboyant.

La sacristie qui flanque le côté nord du chœur a été édifiée en 1854 (AD Oise, archives communales de Catheux). Elle remplace alors celle se trouvant côté sud.

D'après la plaque posée à l'entrée de la nef en 1893, l'abbé Paul Émile Debergne a été à l'initiative de la restauration de l'église dans le dernier quart du 19e siècle.

En 2013, l'église est inscrite au titre des monuments historiques.

  • Période(s)
    • Principale : 4e quart 12e siècle
    • Principale : 16e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1854, daté par source

L'église est implantée au cœur du village, juste au nord de la place publique. Orienté, l'édifice a un plan simple : une nef à trois vaisseaux (un vaisseau central et deux collatéraux), complétée par un chœur, plus étroit, à chevet plat. La nef se décompose en quatre travées à deux niveaux d’élévation : les grandes arcades et les fenêtres hautes. Les arcades, en arc brisé, retombent sur des piliers cruciformes. Les baies des collatéraux sont en plein cintre.

Une première sacristie flanque le côté méridional du chœur, tandis que la seconde, en brique, est accolée à son élévation septentrionale. Dans l'angle sud-ouest de la nef, un escalier métallique dans-œuvre en vis à cage ouverte permet d'accéder au clocher.

La façade occidentale est surmontée d’un clocher de plan carré et d’une flèche polygonale. Elle est percée d’une porte bâtarde, surmontée d’une plate-bande appareillée et d’une corniche. Au-dessus de la porte se trouve une lancette.

Les maçonneries sont en moyen appareil de pierres de taille calcaire. Quatre contreforts épaulent l'élévation septentrionale de la nef, tandis qu’ils sont trois au sud. Le chœur en est également pourvu de cinq.

Le vaisseau central est couvert d’une charpente lambrissée en berceau brisé. Seul le chœur, à deux travées, est voûté d’ogives quadripartites.

Les toits du vaisseau central sont à longs pans, terminés par une croupe côté façade occidentale et un pignon couvert côté chœur. Ceux des bas-côtés sont en appentis. L'ensemble est couvert d'ardoise. La chambre des cloches est également essentée avec ce matériau.

À l’intérieur, un décor peint de faux appareil a été appliqué sur l’ensemble des murs. Seul le mur de remplissage de la charpente entre le vaisseau central et le chœur est orné d'un décor peint polychrome.

Des blochets sculptés ornés de représentations figurées, se répartissent le long de la poutre sablière de la charpente.

  • Murs
    • calcaire moyen appareil
    • essentage d'ardoise
    • brique
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    3 vaisseaux
  • Couvrements
    • fausse voûte en berceau brisé
    • lambris de couvrement
    • voûte d'ogives
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • flèche polygonale
    • appentis
    • toit à longs pans croupe
    • appentis massé
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier en vis suspendu, en charpente métallique
  • Techniques
    • peinture
    • sculpture
  • Représentations
    • IHS
  • Précision représentations

    Un décor peint de faux appareil couvre l'ensemble des murs.

    Le mur de remplissage de la charpente entre le vaisseau central et le chœur se démarque par son décor composé de pampres de vigne, épis de blé et symbole IHS associé à une croix au centre.

    Des figures humaines et de fleurs ornent les blochets sculptés de la poutre sablière de la charpente.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 2013

Documents d'archives

  • AD Oise. Série J ; sous-série 49 J : 49 Jp 13. Catheux, inventaire des croix et calvaires. Archives de l'association pour la connaissance et la conservation des calvaires et croix du Beauvaisis, 2007.

Bibliographie

  • AD Oise. Répertoire méthodique détaillé de la sous-série 2 O. Administration communale. Établi par le bureau des archives modernes, archives départementales de l’Oise, 2019.

    p. 360.
  • GRAVES, Louis. Précis statistique sur le canton de Crèvecœur, arrondissement de Clermont (Oise). Annuaire de l'Oise. Beauvais : Achille Desjardins, 1836.

    p 31-32.
  • VERMAND, Dominique. Églises de l’Oise. Oise picarde. Breteuil, Froissy et Crèvecœur. Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et Syndicat Mixte de l’Oise Picarde, 2005.

    p. 21.
Date d'enquête 2021 ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Articulation des dossiers
Fait partie de