Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Firmin-le-Martyr d'Amiens

Dossier IA80000142 réalisé en 1996

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • presbytère
    • école
    • monument aux morts

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Voir

  • L'architecture de l'enseignement des communes d'Amiens métropole

Témoin de l'extension du faubourg industriel de Hem, à partir de 1830, l'église Saint-Firmin-le-Martyr est construite dans le faubourg de Hem, à l'initiative de l'évêque d'Amiens, qui en fait dont à la ville en 1844, date de la demande de son érection en succursale ; en 1846, elle est dotée d'un presbytère (reconstruit en 1847) et d'une école.

La façade principale est modifiée en 1859, à l'initiative du curé qui fait déplacer les deux portes secondaires initialement situées sur les murs latéraux. Comme l'indique une plaque commémorative (fig. 14), l'église est restaurée de 1919 à 1927.

L'église Saint-Firmin est la dernière des quatre églises néo-classiques construites à Amiens dans la 2e quart du 19e siècle, sur les plans de l'architecte départemental Auguste Cheussey, qui était également l'auteur des plans des églises Sainte-Anne (1834), Saint-Jacques (1837) et Saint-Maurice (1840). Comme plusieurs églises d'Amiens, son vocable rappelle celui d'une ancienne église paroissiale détruite.

Vocables Saint-Firmin-le-Martyr
Parties constituantes non étudiées presbytère, école, monument aux morts
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Lieu-dit : faubourg de Hem
Adresse : 137 rue du Faubourg-de-Hem
Cadastre : 1989 BC 84, 85

Documents figurés : Les plans dressés en 1846 par l´architecte Cheussey (doc. 1 à 3) montrent qu´il n´existe alors ni école ni presbytère. Le cadastre de 1852 (doc. 4) figure l'église paroissiale Saint-Firmin, le presbytère accolé à la sacristie au sud-est et une école, à l'est. Sources : Les sources conservées aux archives départementales (série O) indiquent que l´église a été donnée à la commune par l´évêque. L´école de filles et le presbytère sont construits en 1846 ; le presbytère est reconstruit l´année suivante, par l´entrepreneur Leroy-Digeon. En 1859, pour faciliter l´accès à l´église et libérer l´espace rétréci par les porches intérieurs, le curé fait ouvrir deux portes latérales "comme accompagnement du grand portail", dans la façade principale qui "y gagnera un aspect plus satisfaisant à l´œil". Des réparations ont lieu en 1883 (consolidation des formes du comble, réfection de l´enduit des voûtes et des cintres des petites portes). Les sources de la série V indiquent que l´église récemment reconstruite est donnée à la commune par l´évêque en 1844, à la condition qu´elle soit « consacrée à perpétuité à l´exercice du culte romain seul ». Le don est accepté par la commune fin 1843. En 1844, les habitants du faubourg de Hem demandent son érection en succursale. Devis de restauration effectué en 1920 par l'architecte Vivien. Dans l'église, une inscription signale la restauration et embellissement de l´église de 1919 à 1927 (fig. 14). Travaux historiques : Selon A. Goze (1861), l´édifice de style gréco-romain est "lourd, mal éclairé, et [...] peu solide, car on a été obligé de consolider le bas des murs au moyen d´un chaînage. Le clocher n´est qu´en charpente couverte d´un enduit de mortier blanc". A. de Calonne (1906) indique que la construction de l´église de 1841 à 1843 est réalisée aux frais de l´évêque pour les habitants du faubourg de Hem. Selon le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1909), l'église Saint-Firmin est construite en 1843. Selon le dossier établi par Nathalie Mette en 1996, l'église paroissiale Saint-Firmin-le-Martyr est construite vers 1842, sur les plans de l'architecte départemental Auguste Cheussey. En 1859, les deux portes latérales sont placées sur la façade occidentale, de part et d'autre du portail principal. Des travaux seront réalisés en 1883 pour consolider les fermes de la nef et les cintres des portes d'entrée. Le presbytère est construit en 1849.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Dates 1846, daté par source
1847, daté par source
1859, daté par source
1883, daté par source
1919, daté par source
Auteur(s) Auteur : Cheussey François Auguste,
François Auguste Cheussey (1781 - 1857)

Architecte de la ville d'Amiens. Nomination provisoire le 26 août 1814. Nomination définitive le 8 septembre 1815, puis le 26 avril 1820.

Architecte du Département. Nomination 20 avril 1816, puis le 19 avril 1820.

Rapporteur au conseil des Bâtiments civils en 1819.

Fin d'activité le 1er août 1848.

http://viaf.org/viaf/95890648.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source

L'église non orientée est construite en briques et couverte d'ardoises. A l'est de l'église s'élève un bâtiment à étage carré (école) construit en briques et couvert d'ardoises, qui présente cinq travées en façade. Au sud-est, se trouve un second bâtiment à étage carré (presbytère) contemporain de l'église, construit en briques et couvert d'ardoises, à quatre travées en façade. L´église présente un plan allongé à deux bas-côtés et un chevet en hémicycle ; le clocher s´élève au bas de la nef. Elle dispose de trois accès en façade ; l´accès principal, au centre, étant précédé d´un porche, dont l´entablement reposant sur deux colonnes à chapiteaux corinthiens est surmonté d´un fronton à volutes et d´une croix. Deux pilastres à chapiteaux corinthiens habillent les angles du corps central à entablement et fronton triangulaire. La nef, couverte d´une fausse voûte en berceau, est éclairée indirectement par les bas-côtés, dont elle est séparée par des arcades cintrées. La sacristie est disposée au sud-est. Inscription : RESTAURATION / ET EMBELLISSEMENT DE L'EGLISE / 1919 A 1927 / HOMMAGE DE RECONNAISSANCE / A TOUS NOS BIENFAITEURS.

Murs brique
Toit ardoise
Étages 3 vaisseaux
Typologies style néoclassique, abside semi-circulaire
États conservations remanié

Ce dossier établi par Nathalie Mette en 1996 lors d'une enquête thématique sur les édifices religieux d'Amiens a été mis à jour et enrichi par Isabelle Barbedor en 2002 dans le cadre de l'inventaire topographique d'Amiens métropole.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 222. Amiens. Églises avant 1869.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 303. Amiens. Églises.

  • AD Somme. Série R ; 10 R 39. Dommages de guerre.

    (Eglise Saint-Firmin)
  • AD Somme. Série V ; 2V 18. Érections de cures de deuxième classe, succursales, vicariats et chapelles de secours (an XII-19000).

Documents figurés
  • Plan, coupe et élévation de l'église Saint-Firmin, dessin, par Cheussey architecte, 28 janvier 1846 (AD Somme ; 2 V 18).

  • Section E, dite du faubourg de Hem, 5e feuille, dessin par Hazard géomètre, 1852 (DGI).

Bibliographie
  • GOZE, Antoine. Histoire des rues d'Amiens. Amiens : Alfred Caron imprimeur éditeur, 1854-1861.

    tome 4, p. 164
  • CALONNE, A. de. Histoire de la ville d'Amiens au XIXe siècle. Bruxelles : éditions culture et civilisation, [1906] réed. 1976.

    p. 230
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 85
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 10-13
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mette Nathalie