Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Pancy-Courtecon

Dossier IA02001938 inclus dans Le village de Pancy-Courtecon réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Jean-Baptiste
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Laonnois - Craonne
Adresse Commune : Pancy-Courtecon
Adresse : rue de Laon
Cadastre : 1958 AB 77

D'après la monographie communale, l'édifice construit au 12e siècle subit quelques modifications aux 13e et 14e siècles par suite de l'adjonction de voûtes dans la nef. L'arrivée des reliques de saint Jean-Baptiste permit la construction des parties occidentales. Pour ce faire, l´abbaye prémontrée Saint-Martin de Laon autorisa aux habitants l´extraction de pierres nécessaires à la reconstruction de l´église dans leurs carrières de Pancy dès 1267.

Autrefois, l´édifice était précédé d´un portique, dont quelques vestiges sont encore visibles. L´ancien cimetière, supprimé en 1883, était fermé d´un mur.

D'après le dossier de dommages de guerre, l´église, touchée pendant la Première Guerre mondiale, conservait encore le chevet et la partie nord du choeur, le croisillon nord, le mur nord de la nef, celui du bas-côté nord ainsi que la façade ouest (sauf le haut du pignon et sa partie correspondante au bas-côté sud). Les voûtes, les combles de la nef ainsi que la partie sud furent entièrement détruites. La flèche en charpente établie sur la première travée de la nef s´est effondrée lors de la disparition des combles. La façade fut fortement touchée. L'importance des parties restantes justifiaient la remise en état du bâtiment religieux.

Le déblaiement de l´église fut assuré par le ministère des Beaux-Arts dès le mois de novembre 1921. Le bas-côté nord fut rendu à l'exercice du culte en décembre 1922. En juin 1923, l´installation de la cloche fut exécutée par le charpentier Jacques Léon, basé à Chamouille. La commune adhéra à la fin de l´année 1924 à la coopérative de reconstruction des églises du diocèse de Soissons, dont les architectes étaient Brunet et Erwelot. Afin de pouvoir financer les travaux, la commune participa à l´emprunt contracté en mars 1922 par le groupement des sociétés coopératives de reconstruction des églises dévastées de France. Le chantier resta en attente de financement pendant plusieurs années. En janvier 1931, l'édifice subit alors une restauration complète. En 1932, la commune demanda au préfet l´approbation du projet de reconstruction de l´église, le plan ainsi que le devis étant rédigés par l'architecte Savary. En juin 1933, les travaux étaient enfin en cours (reconstruction du mur sud, du bas-côté sud et déblaiement général de l'édifice ; travaux des voûtes de la nef ainsi que ceux de la tourelle située au nord est l´année suivante) et furent achevés en 1939. Jean Trouvelot (architecte en chef des Monuments Historiques en 1920, chargé des arrondissements de Saint-Quentin, de Vervins, et de l'Aisne en 1939) dirigea le chantier dont Muller était l'inspecteur et Chouard l'entrepreneur. La maçonnerie fut effectuée par l'entreprise Pierre Turbil à Laon.

Une bombe tomba en juin 1940 près de l'église, à quelques mètres du portail ouest (celui-ci porte encore les traces de criblage), et une seconde dans l'angle entre le choeur et le croisillon sud.

En mars 1962, l'église subit une ultime restauration (porte d'entrée et couverture du collatéral nord).

Période(s) Principale : 13e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Turbil, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Trouvelot Jean, architecte des Monuments historiques, attribution par source

Construite au bord de la rue principale, parallèlement à celle-ci, l´église est entièrement construite en pierre de taille. Pourvue d´un plan en croix latine, elle comporte un narthex, une nef de deux travées traversée par un transept, un choeur d'une travée s'achevant sur un chevet plat. Le portail en arc brisé à plusieurs voussures de la façade ouest est supportées par des colonnettes à chapiteaux ornés de feuillages. Le narthex est sumonté d'un clocher muni d'une flèche octogonale. Les contreforts sont coiffés de pinacles. Une tour basse garnie d'une flèche en charpente est visible à l'angle sud-ouest de l'édifice. La porte présente dans la deuxième travée du mur nord est pourvue d'un fronton de style renaissance. Eclairée de fenêtres hautes et étroites, la nef est séparée des collatéraux plus bas, entièrement voûtés d'ogives, par six piliers cruciformes à colonnettes cantonnées formant entre eux des arcades ogivales. Les bas-côtés sont percés de baies à arc brisé et remplages. Le transept bas s'achève par un croisillon sud, plus développé que son pendant nord. Le chevet plat, plus bas que la nef, est ajouré de baies en plein cintre sur le mur est et de fenêtres à arc brisé et remplages sur les murs nord et sud.

Murs enduit
pierre de taille
Toit tuile
Plans plan en croix latine
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit en bâtière
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1921/02/04

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Aisne. Série R ; 15 R 1987. Dommages de guerre de la société coopérative de reconstruction des églises du diocèse de Soissons.

  • AD Aisne. Fonds Piette : Monographie d'instituteur, s.d. [fin 19e siècle].

  • AC Pancy-Courtecon. Cahier de délibérations du Conseil Municipal (1919-1937).

  • Médiathèque du Patrimoine. Dossier de reconstruction de l'église de Pancy-Courtecon, archives du Comité technique de la société coopérative de reconstruction de l'Aisne : 80/02/316.

Documents figurés
  • Eglise de Pancy, dessin aquarellé, par Amédée Piette, 10 septembre 1850 (AD Aisne : 8 Fi Pancy 1).

  • Pancy - Plan d'ensemble de l'église, plan, par Jean Trouvelot architecte, 1922 (Méd. Pat. : 81/01/316/1).

  • Pancy - Coupe longitudinale, dessin, par Jean Trouvelot architecte, 1922 (Méd. Pat. : 81/01/316/1).

  • Pancy - Coupe transversale, dessin, par Jean Trouvelot architecte, 1922 (Méd. Pat. : 81/01/316/1).

  • Environs de Colligis - Pancy - l'Eglise, carte postale, par F. Barnaud éditeur, 1er quart 20e siècle (AP).

  • Dans l'Aisne dévastée, ce qu'il reste de l'église et du château de Pancy, en bordure du Chemin des Dames, carte postale, par L. Delaporte photographe, 1er quart 20e siècle (AP).

  • Photographie ancienne, [s.n.], 2e quart 20e siècle (AP).

Bibliographie
  • SANDRON, Dany. Picardie Gothique, autour de Laon et Soissons, l´architecture religieuse. Paris : Editons Picard, 2001.

    p. 305-310
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de l'Aisne (c) Département de l'Aisne ; (c) AGIR-Pic (c) AGIR-Pic - Guérin Inès