Église paroissiale Saint-Omer
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes de Flandre Intérieure - Bailleul
  • Commune Staple
  • Adresse rue de la Mairie
  • Cadastre 1827 B 224  ; 2016 B 623
  • Dénominations
    église paroissiale
  • Vocables
    Saint-Omer

L'église Saint-Omer de Staple présente toutes les caractéristiques d'une église-halle ou hallekerke flamande. Située au cœur du village et entourée du cimetière ou kerkhof, elle comprend trois vaisseaux indépendants de même hauteur.

La généralisation de la forme de l'église-halle ou hallekerke dans le Westhoek est représentative de l'histoire mouvementée de la Flandre car liée à la reconstruction d'édifices vandalisés au 16e siècle pendant la révolte des Gueux (1566-1568).

L'église-halle de Staple connaît des campagnes d'agrandissement et de restauration sur une base romane préservée avec l'emploi de matériaux locaux (grès, brique), un vocabulaire gothique conservé par les restaurations et embellissements du 19e siècle - de belle qualité, les vitraux de Latteux et Bazin par exemple - et des formes de décor typiquement flamandes (vitraux incolores, motifs et inscriptions en brique contrastantes à l'extérieur...).

L'édifice a fait l'objet de réparations régulières au fil des siècles. Une carte postale du début du 20e siècle montre que le vaisseau central est couvert d'une fausse voûte lambrissée en berceau brisé.

  • Période(s)
    • Principale : 16e siècle , (incertitude)
    • Principale : 2e quart 18e siècle
  • Dates
    • 1737, porte la date

L'église, entourée du cimetière, se situe au centre du village. Des rues ceinturent l'ensemble. Orienté est-ouest, l'édifice a conservé sa volumétrie datant de la reconstruction du 16e siècle. C'est une église-halle comprenant une large nef à trois vaisseaux indépendants. Le vaisseau sud consiste en cinq travées régulières percées chacune d'une baie à arc brisé garnie d'une large verrière à remplage flamboyant. Il se termine par trois pans dont deux pans visibles (le premier, oblique, est percé d'une baie et d'une verrière, le second, droit, a son ouverture comblée) et un pan qui semble se fondre dans le vaisseau central. Sept contreforts épaulent son élévation.

Les travées du vaisseau nord sont plus irrégulières : sept contreforts marquent leurs séparations, mais les baies, semblables à celles du côté sud, ne sont que quatre. Cette asymétrie s'explique : la cinquième travée (en partant de l'ouest) est plus large que les autres. Enfin, comme pour l'élévation sud, deux pans complètent le vaisseau à l'est, l'un garnie d'une verrière, l'autre droit et sans ouverture.

Enfin, le vaisseau central s'avance légèrement du côté occidental et se termine par un chœur polygonal à cinq pans meublé de cinq verrières.

La façade occidentale, formée par les pignons découverts des trois vaisseaux, présente une mise en œuvre simple. Les deux vaisseaux latéraux sont garnis d'une baie meublée d'une verrière à quatre lancettes inscrite dans un arc brisé. La date de 1737 s'affiche sur le pignon du vaisseau nord. La partie centrale, en légère saillie, comprend une porte bâtarde surmontée d'un oculus.

La tour de clocher, de plan carré, se trouve au-dessus de l'entrée occidentale, sur le vaisseau central. Elle est flanquée d'une tourelle octogonale contre son angle nord-ouest, dont le dernier étage est pourvu de baies en arc plein cintre. La tour est en outre percée de quatre baies géminées surmontées d'un oculus et inscrites dans un arc brisé. Elles sont pourvues d'abat-sons. Sous la corniche de la tour, une frise d'arcatures parcourt les quatre faces de la façade. Au sommet, une galerie d'arcades ouverte permet de circuler. Enfin, une flèche octogonale la couronne. Celle-ci est percée de lancettes surmontées chacune d'un oculus trilobé et couronnées d'un arc brisé.

Les maçonneries de l'édifice sont principalement en brique. Le grès ferrugineux des Flandres est toutefois employé dans certaines parties de l'édifice, comme dans les murs du vaisseau central : à l'est pour le chœur et leurs contreforts et à l'ouest pour la façade occidentale. Ce matériau se retrouve également dans les maçonneries de la façade occidentale du vaisseau nord. La pierre se retrouve en outre dans le pignon découvert occidental du vaisseau sud ainsi que sur la flèche du clocher.

Les toitures des vaisseaux, toutes couvertes d'ardoise, sont indépendantes. Les toits sont à longs pans et pignons découverts en façade occidentale, tandis qu'ils sont à croupe polygonale côté oriental.

Il n'a pas été possible de rentrer dans l'édifice afin d'en étudier l'intérieur.

  • Murs
    • brique
    • grès
  • Toits
    ardoise
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon découvert
    • croupe polygonale
    • flèche polygonale
  • État de conservation
    menacé
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    à étudier, à signaler
  • Protections
    inscrit MH, 2022/03/25
  • Précisions sur la protection

    L’église Saint-Omer en totalité, à l’exception de la sacristie. L’ensemble est situé rue de la Mairie et Contour de l’Église, sur la parcelle n°623, figurant au cadastre section B. Inscription par arrêté du 25 mars 2022.

L'église Saint-Omer de Staple présente toutes les caractéristiques d'une église-halle ou hallekerke flamande du Westhoek.

Le service de l'Inventaire du patrimoine culturel de la Région Hauts-de-France a engagé le recensement de l'église Saint-Omer dans le cadre d'une mission d'urgence, au moment où l'édifice était menacé de destruction. Il a été finalement inscrit Monument historique en totalité en 2022.

Une mission d'urgence consiste à intervenir ponctuellement avant la transformation ou la démolition programmée d'un élément du patrimoine. Elle ne permet pas de réaliser une recherche historique exhaustive. Les éléments historiques contenus dans ce dossier sont issus d'une recherche documentaire qui reste à compléter par un dépouillement approfondi des sources.

Documents figurés

  • Staple (Nord), Intérieur de l'église, carte postale, éd. Sockel-Salomé, [1er quart du 20e siècle] (coll. part.).

  • Staple (Nord), cadastre napoléonien, section B, feuille 2, 1827 (AD Nord ; P 31 / 094).

Date d'enquête 2022 ; Dernière mise à jour en 2022
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général