Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Vast de Camon

Dossier IA80002294 réalisé en 2002

Fiche

Œuvres contenues

L'église de Camon, récemment restaurée, constitue un intéressant exemple de l'architecture religieuse, qui se caractérise par plusieurs campagnes de construction.

Comme le montrent la différence d'orientation de la nef et du chœur mais aussi du calibre des pierres de taille qui en forment l'appareillage, le chœur est sans doute le vestige de la première campagne de construction, à laquelle succède celle de la tour. La charpente pourrait être contemporaine de l'adjonction de bas-côtés, au 16e siècle.

La comparaison des plans de 1748 et de 1824 suggère une reconstruction partielle du clocher (murs sud-ouest et nord-ouest), consolidé par des contreforts, au nord-est (vers le chœur) et au nord-ouest (vers le bas-côté « sud »). Les baies de la tour sont contemporaines de cette campagne de travaux, comme l'ouverture ménagée vers le bas-côté « sud » et l'agrandissement de la baie ouvrant sur le chœur.

Le mur extérieur du bas-côté « sud » semble avoir été également remanié (suppression d'un contrefort et remaniement des baies ramenées à deux), comme le mur « ouest », consolidé par de nouveaux contreforts.

Le chevet du chœur a fait l'objet d'un percement (ouverture d'une baie axiale), à la fin du 18e siècle (?), puis d'un nouvel aménagement au début du 19e siècle, pour y placer un nouveau retable.

Enfin, en 1836, l'église est agrandie d'un bas-côté « nord », sur les plans de l'architecte Marest et partiellement restaurée (construction du contrefort adossé au centre du chevet). La construction de la sacristie a entraîné la reconstruction de la partie supérieure de la deuxième travée du chœur et la suppression de la baie qui l´éclairait initialement, au nord-est.

La réalisation diffère de celle prévue sur le plan de 1824 ; comprenant l'ouverture d'une porte dans le bas-côté « nord » et d'une baie dans le mur « ouest », au lieu de celle prévue dans le mur « est ». Enfin, la sacristie sera construite au nord du chœur et non au sud.

L'aménagement intérieur est rénové vers 1868, date de la bénédiction de la chapelle Saint-Joseph (disparue), qui avait entraîné la fermeture de la baie reliant la tour au bas-côté « sud », et de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur, dont il ne subsiste que la plaque de fondation, auxquelles succède l'agrandissement de la tribune (1869).

Vocables Saint-Vast
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Amiens
Adresse Commune : Camon
Cadastre : 2003 AI 158

Documents figurés : Un plan réalisé en 1744 (doc. 1) donne une disposition de l'église à cette date ; elle comprend une nef et un bas-côté sud, prolongeant la tour de clocher qui se situe au sud du chœur. Le bas-côté sud est éclairé par trois baies, dont deux plus rapprochés à l'est, faisant pendant aux baies du mur nord de la nef. Le chœur, à chevet plat, est éclairé par deux baies au nord et une au sud. On peut observer que le mur nord de la nef et le mur ouest sont plus épais que ceux du chœur, de la tour et du bas-côté sud, ainsi que le désaxement du chœur et de la nef, l'absence de contreforts sur les murs nord et ouest de la nef, enfin la position décentrée de la porte occidentale, au bas de la nef. Le plan de 1824 (doc. 2), dessiné par l'architecte Marest, prévoit la construction d'un bas-côté éclairé par trois baies au nord et une baie à l´est et celle de la sacristie, au sud du chœur, ainsi que quelques modifications (adjonction d'un contrefort sur le chevet et réduction de la baie éclairant l'avant-chœur). Ce plan assez précis montre que les murs sud du chœur et ceux du bas-côté sud sont plus étroits. La différente orientation de la tour et du chœur, avec celle de la nef et du bas-côté sud. Ainsi que le décrochement au niveau des colonnes adossées aux murs du chœur. On constate également la présence d´une tribune au bas de la nef. Sources : Les sources conservées aux archives départementales (série G) indiquent que le clocher menace ruine en 1744, date à laquelle le curé de Camon demande au chapitre, propriétaire du chœur de l'église auquel il est accolé, de prendre en charge les réparations nécessaires. Un plan, réalisé en 1748 (doc. 1), indique les zones de jonction de la tour du clocher et de l´église. Les sources conservées aux archives départementales (série O) indiquent que l'église desservant Camon et Lamotte-Brébière, fait l´objet de réparations en 1818 (couverture). Une première demande d'agrandissement de l´église est adressée à la préfecture en 1825, au motif du mauvais état du mur nord, de l'exiguïté de l'église pour une commune de 1400 habitants, du défaut d'air et de l'insalubrité qui en résultent. La demande est réitérée en 1829, l'église d'une contenance de 450 places servant aux 1400 habitants de Camon et aux 172 habitants de Lamotte-Brébière. L'architecte Marest dresse alors un état des lieux, le mauvais état du mur justifiant à ses yeux la restauration et l'agrandissement de l´édifice. En 1830, il préconise la construction d'un second bas-côté et réalise un devis en juin 1831, comprenant également la reconstruction du chevet, la réfection de la façade nord et l'adjonction d'un porche. Le projet est partiellement rejeté par la commune qui opte pour une solution économique. En 1833, la commune demande à nouveau l'autorisation d'agrandir l'église et de l'ériger en cure de 2e classe. L'architecte Lecointe préconise alors la construction d'une tribune, dont la construction est autorisée. Le menuisier Lejeune est adjudicataire du projet conçu par l'architecte Marest. Un débat oppose alors les tenants de la construction d'une nouvelle tribune, plus spacieuse et plus économique, et les partisans de la construction d´un second bas-côté. La fabrique s'oppose au choix de la tribune pour trois raisons : l'accroissement de l'insalubrité de la nef trop étroite, le manque de solidité des murs et "le trouble et le désordre qui en résulterait durant l'office". Le maire juge inutile la construction d'un second bas-côté, dont la construction est cependant réalisée, en 1835, sur les plans de l'architecte Marest. L'église est à nouveau réparée en 1846 (vieux bas-côté), en 1848 (couverture), en 1857 (consolidation de deux piliers et deux arches du vieux bas-côté), en 1859 (clocher), en 1868 (restauration de la chapelle Saint-Joseph), enfin en 1869 (prolongement de la tribune). Travaux historiques : Selon le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1909), l'église à 3 vaisseaux et chevet plat est élevée en pierres à la fin du 16e siècle ; elle a été agrandie d'un bas-côté en briques en 1836. La tour carrée est plus ancienne que la nef.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle, milieu 18e siècle, 2e quart 19e siècle
Dates 1635, daté par source
1824, daté par source
1835, daté par source

Auteur(s) Auteur : Marest Jean-Baptiste Charles Joseph Gabriel ,
Jean-Baptiste Charles Joseph Gabriel Marest (1782 - )

Architecte actif à Amiens.

Recensement de 1836 : rue Royale.

1843-1847 : 36 rue Royale.

Recensement de 1856 : 38 rue des Rabuissons.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'église non orientée occupe une parcelle traversante, actuellement au centre du village. Elle est construite en calcaire, appareillé en pierre de taille, sur solins de grès, et en briques (bas-côté nord et sacristie). De plan allongé à trois vaisseaux (bas-côtés et nef), elle comprend un chevet plat et une tour de clocher, adossée au côté droit du chœur (escalier en vis, demi hors-d'œuvre). L'église dispose de trois accès, l´un principal au sud, les deux autres à l´ouest (actuellement muré) et au nord. Observations : Appareillage des murs du chœur : gabarit des pierre plus petit que celui de la tour et du bas-côté sud. Mur sud du bas-côté sud : contreforts moins hauts que les autres, larmier situé à une hauteur différente de celle de la tour. Collage des contreforts de la tour sur le chœur. Remaniements : l'ensemble des murs présente des traces de restauration récente. On constate en outre, la reprise des contreforts du chœur en briques ; l'occlusion de la baie axiale murée sur laquelle s´appuie un contrefort en brique (fig.), contemporain de la construction du bas-côté nord. La reconstruction en briques de la deuxième travée du mur nord du chœur, contemporaine de la construction de la sacristie. Le vaisseau (nef et chœur) est couvert d´une charpente à entrait lambris de couvrement en carène, les bas-côtés sont plafonnés. Il subsiste quatre blochets à décor figurés au sud de la nef. Le chœur, matérialisé par un emmarchement est divisé par une clôture en fonte, isolant le sanctuaire, éclairé par deux baies hautes latérales, en arc brisé. La baie axiale du chevet, qui présente une forme cintrée, a été murée pour permettre l´aménagement d´un nouveau maître-autel. La nef est éclairée indirectement par les deux baies de chaque bas-côtés. Le bas-côté nord dispose d´une fenêtre supplémentaire dans le mur ouest. La chapelle de la tour est éclairée par deux baies en arc brisé à fort ébrasement intérieur, comme celles du chœur. La nef est séparée des bas-côtés par des arcades à nervures pénétrantes reposant sur des piles rondes à base octogonale, dont certaines sont ornées d'un petit motif en relief. Fort gondolement du mur sud. La liaison entre la tour et l'église s'effectue par deux baies en arc brisé, l'une ouvrant sur le chœur, l'autre sur le bas-côté sud. Observations : décrochement entre le niveau des murs du chœur et de la nef. Collage de la tour sur le chœur. Le contrefort ouest de la tour est visible dans le bas-côté sud qui s'y appuie, comme la première pile de la nef. Le bas-côté sud comporte un larmier sur le mur sud. Inscription et date sur le linteau de la porte sud : 1635 / EN LAN 1635 LA RIVIER DE SOM / ME A DEBORDE LE XII JOVR de / FREVIER NOEL FIMOT DEV ? Date : 1845, sur le linteau de la porte ouvrant sur l'escalier de la tour de clocher. Graffitis (18e siècle) sur les murs intérieurs du clocher.

Murs calcaire
brique
pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Typologies tour de clocher décentrée
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan de l'église de Camon, dessin, 1748 (AD Somme ; 4 G 1778).

  • Projet d'agrandissement de l'église de la commune de Camon au moyen d'un nouveau bas-côté et d'une sacristie, dessin par Marest architecte, 1824 (AD Somme ; 99 O 1008).

Bibliographie
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 133-134
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 3
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.