Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA80010034 inclus dans Le village de L'Étoile réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées cour, dépendance, jardin
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Picquigny
Adresse Commune : L'Étoile
Adresse : 97 rue du 8-mai-1945 , ancienne rue d' Amiens
Cadastre : 1833 C 55 à 58 ; 1978 AE 222, 223

L'actuelle propriété occupe l'emplacement de deux propriétés visibles sur le plan cadastral napoléonien de 1833 et réunies à une date inconnue.

Le logis, construit perpendiculairement à la rue, occupe une parcelle non bâtie. L'alignement et le mode de construction suggèrent une datation au milieu du 19e siècle mais il a été très modifié lors de sa rénovation au 20e siècle.

L'étable ou ancienne écurie, qui se trouve à l'ouest de la parcelle est reconstruite à l'emplacement d'un bâtiment représenté sur le cadastre napoléonien. Elle porte la date de 1887 sur son pignon.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle, 4e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1887, porte la date

La propriété comprend plusieurs bâtiments construits sur la limite nord du terrain et implantés perpendiculairement à la voie.

Le logis est implanté sur un terrain en forte déclivité dans le sens est-ouest, qui se traduit par la présence d'un étage de soubassement. Il est bâti en pan de bois et torchis sur un étage de soubassement en brique abritant une cave à deux entrées. Le pignon sur rue ainsi que la façade sur cour ont reçu un enduit d'imitation, de fausse pierre pour le soubassement, et de bandes peintes simulant la structure de pan de bois, pour le rez-de-chaussée surélevé. Le pignon ouest est protégé par un essentage de tôle, qui pourrait avoir été posé après la démolition de la petite dépendance qui prolongeait le logis, à cet emplacement.

Le toit, en matériau synthétique imitant l'ardoise, est à longs pans et pignons couverts.

Le comble est éclairé de deux lucarnes ; la plus importante, qui surmonte la porte d'entrée et la fenêtre de la salle, de forme triangulaire, est ornée de lambrequins découpés. L'emplacement des souches de cheminée et des ouvertures indique la présence de trois pièces.

A l'ouest, en contrebas du terrain, se trouvent les dépendances (remises, clapier et petite étable, construites en brique et couvertes d'une toiture en tuile flamande mécanique, à longs pans et pignons découverts. L'étable ou ancienne écurie porte la date de 1887 sur le pignon est. Ses rampants présentent un appareillage des pignons en couteaux, selon un mode constructif traditionnel de la région. La façade de l'étable compte cinq ouvertures cintrées au rez-de-chaussée : trois portes alternant avec des ouvertures en demi-lune, et deux ouvertures superposées dans le comble, qui abritait la remise à fourrage. Un petit pigeonnier est fixé dans l'encadrement de la lucarne supérieure.

Murs brique
bois pan de bois
torchis enduit
ciment enduit d'imitation
Toit tuile flamande mécanique, matériau synthétique en couverture
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
pignon découvert
Typologies pignon à couteaux
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 296/8. L’Étoile. Matrice des propriétés bâties.

Documents figurés
  • [Plan des deux propriétés mitoyennes (parcelles 55 à 61)], extrait du plan parcellaire de l'atlas commmunal de l'Etoile, sections B et C développé, dites du Chef-lieu, 1/1250e, 1833 (AD Somme ; 71E_DEP_CP_37).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand