Logo ={0} - Retour à l'accueil

Jardin d'un anonyme

Dossier IA59005084 réalisé en 2014

Fiche

Parties constituantes non étudiéesmaison
Dénominationsjardin
Aire d'étude et cantonCommunauté urbaine de Dunkerque
AdresseCommune : Gravelines
Adresse :

Cette maison aux aménagements inspirés par le thème de la piraterie, située dans la région de Dunkerque, a été découverte par hasard. Son créateur souhaite conserver l’anonymat.

Le décor qui se remarque de l'extérieur est accolé à une habitation constituée de murs de pierres, ce qui est plutôt inhabituel dans notre région. Une partie de ce qui devait être un jardin ou une grande cour est totalement dédiée au monde et à l’imagerie des flibustiers. Le travail a commencé il y a environ 20 ans, quand le propriétaire a décidé de refaire la façade de sa maison qui ne lui plaisait pas en recouvrant de pierres les murs construits à l’origine en brique traditionnelle, pour donner à la bâtisse ce style breton.

La transformation de sa maison a duré 7 ans. Une fois ce travail achevé, « l’artisan-artiste » a commencé à investir l’espace autour de la maison, emporté par la passion admirative qu’il voue, depuis son enfance, à la Royale, prestigieuse ancêtre de la Marine Nationale qui lui vient d’un parent marin au long cours. Il s’est « attaqué » à l’extérieur il y environ 14 ans et a consacré tout son temps libre à sa mise en œuvre.

Poussé par sa passion de la mer, de l’histoire de la marine, très attaché à son quartier, cet anonyme volontaire se donne les moyens de réaliser son rêve et est très conscient de la curiosité que suscite son travail. En effet, de nombreux passants, qui viennent quelquefois de très loin, s’arrêtent pour photographier cette reconstitution insolite digne d’un décor de cinéma dédiée au monde des pirates.

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle , daté par tradition orale
Dates1996, daté par tradition orale

Les pavés qui constituent la maçonnerie de la maison ont été fabriqués à l’ancienne un par un, comme le sont les bordures de trottoir, avec des moules en plomb coulés dans un chaudron, ce qui leur procure des formes variées. Les pierres ont été réalisées avec du grès et du ciment auxquels il a été ajouté des pigments de couleurs (noir, blanc, gris) et elles ont été assemblées entre elles avec un joint traditionnel mêlé à la chaux.

La majorité des matériaux et objets utilisés pour le décor, essentiellement du bois (dont du bois de palette), des cordages et de la ferraille et autres objets a été ramassée sur la plage. Le verrou du coffre a été confectionné à la main à partir de laiton récupéré ; les bouées sont elles aussi récupérées, échouées sur la plage, et coupées en deux. Il a cependant fallu faire quelques achats comme de la colle, du vernis ou de la lasure ainsi que certains éléments qui ne sont pas en bois car cette matière a tendance à travailler, gonfler, rétrécir et donc se casser aussi. Pour le toucan, le pirate, le kayak, le coffre, le requin ou les mouettes il a donc préféré utiliser de la mousse en polyuréthane qui ne se dilate pas, achetée sous forme de bloc, sculptée et modelée à l’aide d’un couteau de cuisine et d’une râpe. C’est en revanche une matière très fragile au toucher qu’il faut enduire de peinture et de vernis pour la protéger de la pluie par exemple. Le tissu de la voile a, lui, été acheté chez Emmaüs puis entièrement cousu. Tout est calculé pour être à la fois le plus réaliste possible et ne pas demander trop d’entretien, car l’artiste a encore des projets plein la tête et prévoit de peaufiner un peu plus la mise en scène.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Van Bost Nathalie