La Communauté de Communes de l'Oise Picarde - conditions d'enquête
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

  • Aires d'études
    Communauté de communes de l'Oise Picarde

I-Contexte institutionnel et objectifs

L’aire d’étude a été déterminée en juillet 2020, à la suite d’une rencontre entre Sophie Rocher, conseillère régionale déléguée à l’Inventaire général du patrimoine, et Jean Cauwel, président de la Communauté de Communes de l’Oise Picarde (désormais "CC Oise Picarde"). Le développement touristique et la valorisation du patrimoine de cet Établissement Public de Coopération Intercommunale (désormais "EPCI") est inscrit dans le projet de territoire de la CC Oise Picarde, dans la perspective d'un projet de labellisation "Pays d'Art et d'Histoire". Cette étude d’inventaire du patrimoine pourra donc s’y intégrer. Il s’agira de produire de la connaissance patrimoniale sur les 52 communes de la CC Oise Picarde.

En outre, en portant sur un territoire au caractère rural, le choix de cette étude permet à la fois de diversifier les types d’enquêtes en cours dans le service, et de relancer l’approche topographique des études d’inventaire (seul le canton de Noyon a été couvert selon cette méthodologie dans l’Oise).

II-Descriptif de l’opération

A-Délimitation de l’aire d’étude

L’aire d’étude couvre l’ensemble des 52 communes de la CC Oise Picarde. Ce territoire est situé au nord du département de l’Oise entre Amiens et Beauvais. Le bourg de Breteuil est le chef-lieu de cet EPCI.

B-Les modes d'approche et leur application

1-Un approche globale à l'échelle d'un territoire

Une démarche d’inventaire topographique considérant l’ensemble des types et des formes de patrimoines sera appliquée. La période chronologique prise en compte s’étend du Haut Moyen Age, lors de la structuration des paroisses et donc des premiers villages, aux années 1950 environ, qui marquent une période de grandes transformations pour le bâti des villages ruraux (abandon des édifices agricoles, constructions de pavillons modernes…).

L'approche se situe à différentes échelles. Elle implique tout d’abord de se placer au niveau de l’aire d’étude en caractérisant les formes de paysages (nature des sols, géologie, hydrographie), le maillage des villages, le réseau des voies de communications. À ce stade, il s’agit également d’identifier les lieux polarisateurs du territoire considéré (bourgs, châteaux, abbayes, usines…). En parallèle, une étude monographique sera proposée à l’échelle de chaque village, replacé dans un contexte spatial plus large, à commencer par le lien avec son environnement. Les lieux structurants du village seront alors définis (aménagements hydrauliques, pôles religieux, équipements publics). Ils permettent de comprendre la morphologie du village qui sera également caractérisée. Cette dernière étude implique une analyse du parcellaire et des axes de circulation (présence d’un usoir ? d’un tour de ville ? d’une place plantée ?).

L’étude des sources textuelles en archives et en bibliothèques permettra de compléter la documentation des édifices patrimoniaux repérés dans les villages en renseignant des éléments sur leur origine et leur évolution. Elle se limitera toutefois à une documentation généraliste. Pour la bibliographie, les ouvrages d’histoire et de géographie régionale et d’architecture rurale seront consultés. Des revues locales viendront les compléter. Concernant les archives, seul environ un quart des cadastres napoléoniens est conservé. La carte d’état-major sera alors dans la plupart des cas le seul échelon cartographique pour le 19e siècle. Annuaires et statistiques seront également étudiés. Pour les ressources contenues dans la série O, les recherches se feront sur le base de l’Inventaire détaillé du fonds des Archives départementales de l’Oise qui fournit de précieuses informations sur le contenu des liasses par communes en déterminant des fourchettes chronologiques pour les constructions des mairie-écoles ou le déplacement des cimetières.

2-L'organisation des données produites

Plus concrètement, un dossier "village" sera ouvert pour chaque agglomération du territoire étudié. S’y trouveront les informations essentielles sur l’histoire et le patrimoine d’une commune : données administratives, paysagères, historiques, morphologie du village, forme du parcellaire, lieux structurants, activités anciennes, matériaux de construction. Les éléments structurants du village (édifices remarquables, aménagements publics, croix, puits et mares) illustreront ce dossier.

Un dossier portant sur l’habitat complètera chaque dossier "village". Les édifices les plus anciens et dans un état de conservation qui permet de lire leur état d’origine illustreront les dossiers.

Des dossiers individuels complèteront les dossiers "villages" : église et cimetière systématiquement, et plus ponctuellement, selon le village, fermes remarquables, châteaux, usines…

Pour l’étude des églises, chaque dossier de type "architecture" sera complété par un dossier "présentation du mobilier" qui contiendra un historique évoquant les objets mobiliers majeurs et, lorsqu’elles peuvent être déterminées, les périodes d’acquisition. Compte tenu des délais de l’étude, les datations s’appuieront avant tout sur l’observation de terrain, les recherches en archives se limiteront aux inventaires réalisés autour de 1905.

3-Le calendrier

L'étude se déroule en trois ans. Durant les six premiers mois, la documentation préalable ainsi que le Cahier des Clauses Scientifiques et Techniques, définissant les conditions de l'enquête et ses problématiques, ont été établis. Chaque année, le travail porte sur un ancien canton. En 2021, l'étude concerne les 11 communes de l'ancien canton de Crèvecœur-le-Grand. En 2022, l'ancien canton de Froissy sera étudié et enfin celui de Breteuil en 2023.

La diffusion des données produites pour les 5 premiers villages de l'ancien canton de Crèvecœur-le-Grand aura lieu dans la première quinzaine du mois de décembre 2021.

Une conférence de restitution aura lieu chaque année au mois de décembre. Elle clôturera l'étude d'un canton et permettra de la présenter aux habitants.

III-Moyens scientifiques et techniques

Les prises de vues et leur immatriculation sont réalisées par un photographe du service de l'Inventaire. L’usage d’un drone sera fortement apprécié dans le cadre d’une étude à l’échelle de la commune (vues paysagères, vues générales de rues, des places publiques…). Ponctuellement, des photographies produites par la chercheuse en charge de l'étude pourront illustrer certains dossiers.

La chercheuse en charge de l'étude est aidée dans ses recherches par M. Tribout, vice-président à la culture et au patrimoine de l'Oise picarde. Il lui fournit de précieuses données sur l'histoire des villages et de certains éléments patrimoniaux remarquables.

La relecture des dossiers, préalable à leur diffusion, est réalisée par des membres du service de l'Inventaire.

IV-Suivi et évaluation

Une réunion annuelle sera organisée chaque printemps pour faire un point d’étape avec M. Tribout, vice-président à la culture et au patrimoine de la CC Oise picarde, et Mme Koslowzki, directrice du musée archéologique de l’Oise.

Date d'enquête ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général