Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

La mairie-école de Noroy-sur-Ourcq

Dossier IA00067089 réalisé en 1985

Fiche

Précision dénomination école primaire
Parties constituantes non étudiées jardin, remise, préau, cour
Dénominations mairie, école
Aire d'étude et canton Sud de l'Aisne - Villers-Cotterêts
Adresse Commune : Noroy-sur-Ourcq
Adresse : 39 rue Principale
Cadastre : 1987 B2 127 à 129

Dès le 18e siècle au moins, le village de Noroy possède une école, située au nord de la rue Principale, vis à vis du château. L'acte d'échange de cette propriété en 1824 évoque alors une maison de deux pièces, couverte en chaume et en tuile, avec une grange attenante et un jardin, construction ayant "depuis un temps immémorial, servi de maison d'école". Au début des années 1820, ce bâtiment est en mauvais état et la municipalité ne dispose pas de revenus suffisants pour l'entretenir. Aussi les propriétaires du château proposent-ils à l’administration communale un généreux échange, lui offrant, en contrepartie de l’ancienne école, une propriété située sur le côté sud de la même rue et consistant en une maison couverte en chaume, en bon état et accompagnée de dépendances plus nombreuses. Cette proposition avantageuse est accueillie favorablement et la transaction est réalisée le 14 novembre 1824. Pourtant, la nouvelle "maison commune" semble avoir rempli cet usage peu longtemps. Une délibération du Conseil municipal, datée du 1er novembre 1829, signale en effet que l’immeuble est vacant et que l’instituteur est logé dans l’ancien presbytère. Décision est alors prise de louer à des particuliers la propriété acquise en 1824. Comme l’écrit l’instituteur dans la monographie communale de Noroy, l’école va rester installée dans le presbytère pendant un demi-siècle. Néanmoins, en mars 1874, le maire est sur le point de louer une maison de la commune pour y loger l’instituteur et y installer l’école. Les raisons de ce dessein ne sont pas évoquées, mais il faut sans doute y voir - comme souvent - la conséquence d’un manque de place, autant pour les élèves de plus en plus nombreux que pour leur enseignant.

Finalement, l’administration communale décide de doter le village d’une mairie-école et de la faire bâtir sur l’emplacement de la propriété acquise en 1824. Le projet prend forme en 1876, date à laquelle la municipalité s’adresse à Narcisse-Frédéric Barbezier, agent voyer cantonal à Villers-Cotterêts. Ce dernier propose en mai 1876 une première série de plans accompagnée d’un devis s’élevant à 10000 F. Un second projet est présenté en novembre 1876. Les plans de la maison d'école avec logement d'instituteur et salle de mairie, ainsi que le devis s'élevant cette fois à 17500 F, sont approuvés par le conseil municipal au cours de sa séance du 12 décembre 1876. Les travaux, réalisés par l'entrepreneur Leguay, paraissent avoir été achevés vers la fin de l'année 1878 ou peu après. En effet, les délibérations du conseil municipal, dans lesquelles ont été recueillis ces renseignements, précisent à la date du 17 novembre 1878 que les travaux vont être prochainement terminés, et la monographie de la commune donne la date de 1879 comme date d’achèvement. Quelques ouvrages supplémentaires sont néanmoins effectués au cours des années suivantes, comprenant l’acquisition de l’horloge en 1881. Pour mener cette entreprise à son terme, la municipalité de Noroy a bénéficié de l'aide financière de l'administration - en particulier du Conseil général de l'Aisne -, mais aussi du soutien du propriétaire du château qui, entre autres manifestations de générosité, a construit les murs de clôture de la mairie-école et a établi le jardin à ses frais.

La mairie-école est endommagée par les bombardements et les combats de la Première Guerre mondiale. Les cartes postales éditées à cette époque montrent un bâtiment criblé d’éclats et à la toiture dégradée, mais aisément réparable. La restauration a sans doute eu lieu au début des années 1920, sous la direction de l’architecte de la coopérative de reconstruction. L’encadrement de l’horloge y a perdu un amortissement décoratif ; le campanile abritant la cloche a été, quant à lui, fortement raccourci. Actuellement (2016), le bâtiment n'accueille plus d'élèves.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1876, daté par source
Auteur(s) Auteur : Barbezier Narcisse Frédéric,
Narcisse Frédéric Barbezier (1836/10/23 - après 1902)

Narcisse Frédéric Barbezier est né à Soupir le 23 octobre 1836. Lors de son mariage le 21 mars 1859, il est déjà agent voyer cantonal à Villers-Cotterêts. Quand meurt son épouse, le 26 janvier 1900, il est alors agent voyer principal à la retraite, et demeure boulevard Milet à Villers-Cotterêts. Il a été directeur de la Société du Gaz de Villers-Cotterêts, du 1er juillet 1896 au 31 mai 1901.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
agent voyer, attribution par source
Auteur : Leguay, entrepreneur, attribution par source

La mairie-école est édifiée entre cour et jardin sur un terrain en pente, la cour au nord étant séparée de la rue par un mur-bahut portant une grille. Le bâtiment est construit en calcaire, matériau qui provient de la carrière du village, comme le précise l’instituteur. Toutefois, le nu du mur étant recouvert d’un enduit, il est probable que le moellon intervient en forte proportion dans la maçonnerie, la pierre de taille soigneusement appareillée n'étant alors réservée qu'aux chaînages d’angle, à l’encadrement des baies et aux moulures. Le décor des élévations est sobre et n’a été confié qu’à des pilastres, des jeux de moulures et au cadre de l’horloge. Le bâtiment est protégé par l’ardoise. Le corps central est couvert d’un toit en pavillon, sur lequel pointe un clocheton terminé par une flèche carrée. Les deux petites ailes qui le cantonnent sont couvertes d’un toit à deux pans et à croupe.

La façade, dont la partie centrale est en retrait, respecte une composition symétrique. L’élévation sud, donnant sur le jardin, est elle-aussi ordonnancée. Toutefois, et contrairement à la façade, la partie centrale a été ici conçue en saillie. L’édifice est composé d’un sous-sol et d’un rez-de-chaussée, seule la partie centrale ayant reçu un étage desservi par un escalier dans œuvre. D’après la description effectuée par l’instituteur vers la fin du 19e siècle, la mairie prenait place au rez-de-chaussée du corps de bâtiment central, tandis que la classe occupait la petite aile orientale. L’aile occidentale symétrique abritait la cuisine et la salle-à-manger de l’instituteur, dont l’appartement se complétait de deux chambres, ménagées à l’étage du corps de bâtiment central.

L’abri de la pompe à incendie, qui donne sur la rue, est édifié en moellons de calcaire et de grès et recouvert d’un enduit. Il possède un toit d’ardoise à deux pans et à croupe.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit
grès moellon enduit
Toit ardoise
Étages sous-sol, 1 étage carré
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit en pavillon
toit à deux pans croupe
noue
Escaliers escalier dans-oeuvre
Techniques maçonnerie
Précision représentations

Les angles des élévations sont ornés de pilastres corniers.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Aisne. Série E-dépôt (Archives communales déposées) ; sous-série E-dépôt 0411 (Noroy-sur-Ourcq) : 1 D 1 (Registre des délibérations du Conseil municipal : 25 mars 1821-14 juin 1835).

    Séances des 18 novembre 1821 (f° 4 r°), 18 novembre 1821 (f° 4 r°), 1er janvier 1822 (f° 4 r°-v°), copie de l'ordonnance royale du 20 février 1823 (f° 6 r°-v°), 1er novembre 1829 (f° 25 r°).
  • AD Aisne. Série E-dépôt (Archives communales déposées) ; sous-série E-dépôt 0411 (Noroy-sur-Ourcq) : 1 D 3 (Registre des délibérations du Conseil municipal : 15 août 1861-18 avril 1901).

    Séances des 16 mars 1874 (f° 86 v°), 10 janvier 1875 (f° 90 r°), 6 novembre 1876 (f° 101 r°-v°), 21 mai 1876 (f° 99 v°-100 r°), 6 novembre 1876 (f° 101 r°-v°), 12 décembre 1876 (f° 102 v°), 18 février 1877 (f° 105 r°), 17 novembre 1878 (f° 116 v°), 16 novembre 1879 (f° 123 v°), 9 mai 1880 (f° 127 r°), 24 juin 1881 (f° 136 v°-137 r°), 20 août 1882 (f° 147 v°).
  • AD Aisne. Série E (archives notariales) ; minutier 187 E : 187 E 58 (notaire Pierre-Alexandre Lebaigue, à Villers-Cotterêts).

    Acte d'échange du 14 novembre 1824, passé entre le maire de Noroy et le représentant de René-Claude Geoffroy.
  • AD Aisne. Série T (Enseignement, affaires culturelles, sports) ; Sous-série 13 T : 13 T 323 ([Anonyme]. Département de l'Aisne. Arrondissement de Soissons. Canton de Villers-Cotterêts. Commune de Noroy-sur-Ourcq. Monographie. [ca 1884], non paginé).

    Géographie historique, question n° 18.
  • AD Aisne. Série T (Enseignement, affaires culturelles, sports) ; Sous-série 13 T : 13 T 324 ([Anonyme]. Aisne. Arrondissement de Soissons. Canton de Villers-Cotterêts. Monographie de la commune de Noroy-sur-Ourcq. Monographie. [1888], non paginé).

    Géographie historique, question n° 18.
Documents figurés
  • NOROY-SUR-OURQ - La Mairie et l’École, carte postale, A. Poncelet, éditeur, [vers 1925] (coll. part.).

Bibliographie
  • Conseil général de l'Aisne. Rapport de M. le Préfet et délibérations du Conseil. Session ordinaire d'Avril 1879. Laon : Imprimerie Henry Le Vasseur, 1879.

    p. 21.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de l'Aisne (c) Département de l'Aisne ; (c) AGIR-Pic (c) AGIR-Pic - Riboulleau Christiane