Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes de l'Oise Picarde - Saint-Just-en-Chaussée
  • Commune Cormeilles
  • Lieu-dit Le cimetière
  • Cadastre 2014 AC 64
  • Dénominations
    cimetière
  • Parties constituantes non étudiées
    chapelle, croix de cimetière

La découverte au 19e siècle de sarcophages et de poteries, datés respectivement du haut Moyen Âge et de l’époque gallo-romaine atteste d’une occupation très ancienne de ce site dont la forme rappelle celle d’un tumulus. Dans la seconde moitié du 20e siècle, l’archéologue François Vasselle a identifié plusieurs enclos funéraires lors de prospections aériennes. Ainsi, ce cimetière aurait pu être celui de Curmiliaca, village mentionné dans l’Itinéraire d’Antonin au 3e siècle, dont l’emplacement est à associer au lieu-dit La Neuville, au nord-est du Cormeilles actuel.

Le développement du village de Cormeilles au sud-ouest de l'ancien Curmiliaca ne semble pas avoir entraîné un déplacement du cimetière au cours du Moyen Âge. Le plan de la terre et seigneurie de Cormeilles daté du 18e siècle atteste en effet de la permanence du site. La chapelle dédiée à saint Martin (visible sur la carte de Cassini de 1757) est reconstruite en 1827 (L. Graves, 1836). Elle est restaurée en 1899 grâce à une souscription. Le mobilier visible actuellement ne semble pas antérieur à cette période. Le portail d’entrée du cimetière est un don de M. et Mme Dhaier-Mouret (inscription portée sur le pilier droit).

Excepté la présence d’un ancien sarcophage mérovingien, les tombeaux actuels datent en majorité de la seconde moitié du 19e siècle. H. Lefranc à Tartigny, Alfred Corneau, Lesobre ou G. Bertin ont pu être identifiés comme les fabricants de plusieurs tombeaux.

Le cimetière est implanté sur un promontoire à environ 500 mètres au nord-est du village. Il est accessible par un sentier reliant la route de Blancfossé. Formant un hexagone, il est délimité par une haie vive et une ceinture arborée, et couvert de pelouses. Son accès s’effectue par un portail ouvrant sur une allée menant à la chapelle Saint-Martin. Cette dernière se situe au centre du cimetière. De plan rectangulaire, elle ne comprend qu'un vaisseau unique. L'édifice est construit en pierre de taille calcaire et couvert d'un toit en ardoise à longs pans et aux pignons découverts. À l'intérieur, le chœur est séparé de la nef par une clôture. Un autel comprenant un gradin et un tabernacle est installé dans le chœur. Il est surmonté d'un retable incrusté d'un tableau peint sur bois représentant la Charité de Saint-Martin.

Les tombeaux sont répartis de manière irrégulière sans suivre le tracé d'allées visibles. Deux rangées comptant un grand nombre de sépultures encore visibles longent les côtés nord-ouest et nord-est du cimetière. Elles sont presque toutes orientées selon l’axe est-ouest.

Les tombeaux sont fabriqués majoritairement en calcaire et en granite. Le cimetière compte un nombre très important de croix de sépulture en fonte et fer forgé.

  • Murs
    • granite
    • calcaire
    • fer
    • fonte
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • AD Oise. Série J ; sous-série 49 J : 49 Jp 13. Cormeilles, inventaire des croix et calvaires. Archives de l'association pour la connaissance et la conservation des calvaires et croix du Beauvaisis, 2007.

Bibliographie

  • GRAVES, Louis. Précis statistique sur le canton de Crèvecœur, arrondissement de Clermont (Oise). Annuaire de l'Oise. Beauvais : Achille Desjardins, 1836.

    p. 35-38.
  • WOILLEZ, Emmanuel. Répertoire archéologique du département de l'Oise. La Mée-sur-Seine : Editions Amatteis, 1997. Réédition du livre de 1862 (Paris : Imprimerie impériale).

    p. 87.

Documents figurés

  • Cormeilles. Plan de la terre et seigneurie de Cormeilles, 18e siècle (AD Oise ; plan 289).

Date d'enquête 2021 ; Dernière mise à jour en 2021
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Articulation des dossiers
Fait partie de