Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le quartier des Quatre-Rues à Ault

Dossier IA80001273 inclus dans L'agglomération d'Ault réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Le quartier des Quatre-Rues est un ancien faubourg de la ville, qui s'est développé au nord du promontoire sur lequel s'élevait le château disparu. Le cadastre napoléonien montre son organisation d'origine, le long de la rue de Saint-Valery. Il s'étendait sur la falaise qui surplombe la plage, prolongé par le nouveau quartier du port, comme le montrent deux plans du 18e siècle.

Au milieu du 19e siècle, il est principalement habité par des serruriers.

Le développement de la villégiature balnéaire au Bourg-d'Ault, puis à Onival, provoque une évolution progressive du quartier, dans lequel des villas destinées à la location sont construites, ainsi qu'un hôtel et restaurant. L'ouverture de la rue Neuve (actuelle rue Charles-Bréhamet), qui vient doubler la rue de la Prairie, au début du 20e siècle facilite le lien avec le bourg.

Plusieurs maisons anciennes sont encore présentes, reconnaissables à leur gabarit (en rez-de-chaussée) mais généralement très transformées.

La proximité d'Onival, stimule le développement d'une offre touristique, hôtels et restaurants et quelques maisons de villégiature, principalement rue de Saint-Valery et rue de la Pèche.

Dénominations quartier
Aire d'étude et canton Bresle Yères - Ault
Adresse Commune : Ault
Adresse : quartier des Quatre-Rues

Le quartier des Quatre-Rues doit son nom aux voies principales qui le structure suivant une trame orthogonale : rue du Moulin, rue de la Corderie, rue Sainte-Cécile et rue de la Pêche.

Le plan cadastral en donne une représentation assez précise au début du 19e siècle. Il est alors desservi par une rue principale parallèle à la côte (actuelle rue de Saint-Valery) et par des rues perpendiculaires aboutissant à la plage (à l'ouest) et à la rue de la Prairie, et délimitant une dizaine d'îlots.

Les recensements de population montrent une activité de serrurerie très largement dominante : plus de 56% des ménages en 1851, plus de 80% en 1872, plus de 73% en 1881. En 1906, on constate une baisse importante (61% des ménages). L'activité de pêche y est très marginale (6 côtiers et 2 marins en 1851).

Le nombre des habitations y reste assez stable de 1851 à 1881.

Certaines maisons de villégiature sont construites ou aménagées à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, principalement rue de Saint-Valery (8 en 1906, 17 en 1911) et de la Pèche (6 en 1906, 10 en 1911).

En 1911, deux hôtels accueillent les touristes : rue de Saint-Valery et rue de la Réunion. Rue de la Pèche, un café restaurant est tenu par Malvina Petit.

Au milieu du 19e siècle, le quartier ne communique encore avec le Bourg-d'Ault que par l'actuelle rue de Saint-Valery, très pentue. La rue Neuve (actuelle rue Charles-Bréhamet), qui vient doubler la rue de la Prairie, est ouverte au début du 20e siècle pour faciliter le lien avec le bourg.

Quelques magasins de commerce sont établis dans la rue de Saint-Valery, au sein de maisons plus anciennes. L'hôtel Saint-Charles (ou Hôtel de la Plage) est construit le long de la rue de Saint-Valéry (détruit) et l'Hôtel Malvina accueille les premiers artistes peintres.

Le front de mer du quartier est particulièrement menacé depuis les années 1970, des maisons tombent de la falaise depuis la fin de la décennie. La rive ouest de la rue de Saint-Valéry a disparu.

Au début des années 1980, une digue est construite à la base de la falaise, puis au milieu des années 1980, une 'casquette' en béton, protégeant le haut de la falaise et formant promenade.

Période(s) Principale : 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle

Le quartier des Quatre-Rues, petite valleuse enserrée entre les deux stations d'Onival et du Bourg-d'Ault, a gardé sa physionomie ancienne, avec ses rues où s'alignent les maisons basses, le plus souvent très transformées (surélévation du toit, redressement des murs de façade, modification du matériau de couverture). Certaines, aujourd'hui très fragilisées, gardent cependant leurs caractère ancien, avec murs en torchis. D'autres, construites au cours du 1er quart du 20e siècle, sont des maisons dont le style et la morphologie sont influencées par les maisons de villégiature, et vraisemblablement destinées à la location saisonnière.

Références documentaires

Documents figurés
  • Commune d'Ault, développement du bourg faisant partie des trois sections, cadastre napoléonien, encre et lavis sur papier, par Cadot et Poissant géomètres, juin 1825, 1/2500e (Service du cadastre, Abbeville : non coté).

  • Onival-sur-Mer, rue de Saint-Valery, carte postale, [s.n.], 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 71, Onival, petite plage, fête sur le sable, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Onival, rue de Saint-Valery, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 62, Onival, les falaises et l'hôtel de la Plage, carte postale, par Lévêque photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 68 - Onival (Somme), rues neuves de la Prairie, carte postale, par N.D. photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault-Onival, les vieilles maisons, rue de la Corderie, carte postale, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 43 - Onival, rue Saint-Valery, carte postale, par L. Caron photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ministère de la Reconstruction et de l´urbanisme, Ault-Onival, plan topographique régulier, Bourg d´Ault, tirage sur papier, par Roullon géomètre expert à Pontoise, vérifié par le service du cadastre, 1947, 1/2000, feuille 1, partie sud (AD Somme ; ZH 39).

Bibliographie
  • MINARD, Alain. Ault et ses environs, Onival, Bois-de-Cise. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2003.

    p. 72
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de la Somme (c) Département de la Somme ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Justome Elisabeth
Elisabeth Justome

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie de 2002 à 2006, en charge du recensement du patrimoine balnéaire de la côte picarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.