Logo ={0} - Retour à l'accueil

Le territoire communal de Saint-Fuscien

Dossier IA80002508 réalisé en 2002

Fiche

Œuvres contenues

Voir

  • Amiens métropole - dossier de présentation

DESCRIPTION

La commune de Saint-Fuscien (canton de Boves) s´étend, au sud d´Amiens, sur une superficie de 992 km2 ; elle compte actuellement 1000 habitants. Située à l´extérieur de la rocade, qui isole une petite partie nord de la commune, elle est desservie par un réseau routier secondaire. L´habitat, qui comprend 354 immeubles (INSEE 1999) est concentré dans le village mais il existe quelques pôles isolés, au nord et au sud, en bordure de la route d´Amiens.

Deux vallées sèches traversent le territoire communal, l´une située au niveau de la rocade, au nord, l´autre plus importante, ceinturant le village et le séparant du hameau du Petit-Blangy, à l´ouest.

HISTORIQUE

La carte de Cassini (doc. 1), levée entre 1760 et 1789, donne une première représentation du territoire. Le village, desservi par une route secondaire, est situé sur le plateau ; le hameau du Petit-Cagny apparaît en contrebas, dans la vallée. La croix de Montjoie est visible, au nord.

Les documents conservés aux archives départementales (série O et matrices cadastrales) mentionnent la présence de carrières et argilières (lieu-dit la Terrière (G 344) et argilière appartenant à la commune G 243, dans les années 1860 et carrière communale G 196 et G 200, route de Dury à Sains), de fours à chaux, au Montjoie, appartenant à l´entrepreneur amiénois Armand Fernand Tellier, en activité jusqu´en 1939.

Un terrain d´aviation est aménagé au Mont-joie, où le propriétaire amiénois Gaston Gronier fait construire un hangar d´aviation en 1932, un second hangar en 1933 et une buvette, en 1935. L´ensemble est détruit en 1943.

Les matrices signalent également un lieu-dit le Moulin-Brûlé (D17 à 20), au sud-ouest de la commune. Elles font apparaîtrent que les terres sont la propriété de nombreux habitants des communes voisines, en particulier Amiens et Sains-en-Amiénois. Les ouvriers des métiers du bâtiment y sont nombreux ; on signalera également la présence de saiteurs et coupeurs.

La notice géographique et historique rédigée en 1899 par l´instituteur Cavillon offre une synthèse de l´état de la commune à cette date.

Le territoire, d´une superficie de 992 hectares, comprend alors le village (373 habitants) et 2 hameaux : le Petit-Cagny (42 habitants) et le Petit-Saint-Fuscien (11 habitants), soit 426 habitants.

Il est traversé par des routes secondaires reliant le village aux agglomérations voisines (Amiens, au nord, Cagny et Boves à l´est, Dury à l´ouest, Vers-sur-Selle, au sud-ouest, Sains-en-Amiénois au sud).

La commune comprend 802 hectares de labour et 153 hectares de bois. Le domaine le plus important est celui du Petit-Cagny (200 hectares), le reste du territoire étant très morcelé.

L´auteur mentionne l´absence de carrière bien que la craie soit abondante. Les ouvriers du bâtiment travaillent essentiellement à Amiens.

Selon le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1919), la seigneurie dépendant de la châtellenie de Boves appartient à l'abbaye, à partir de 1105.

La paroisse compte 256 habitants en 1698 et 187 en 1724. Seul le hameau du Petit-Cagny est cité dans cet ouvrage.

La notice consacrée à Saint-Fuscien par M. Crampon (1980) résume les principaux éléments connus par périodes. La voie romaine traversant le territoire et le village en droite ligne, un calvaire disparu au lieu-dit la Croix-Rompue, marquant le croisement de la voie romaine avec celle de la banlieue d´Amiens. Une croix de pierre au Montjoie, également disparue, marquait un emplacement duquel on pouvait voir l´abbaye de Saint-Fuscien, la cathédrale d´Amiens et l´abbaye de Corbie. La vallée de l´Enfer, était encore entièrement boisée au 18e siècle. L´auteur signale le passage d´Henri V d´Angleterre (1415) et celui de François Ier (1535).

Le champ d´aviation du Montjoie est le lieu de démonstrations importantes en 1899, 1908 et 1910.

Population : 256 habitants (1698), 187 (1724), 547 (1806), 550 (1851), 540 (1857), 426 (1896), 318 (1912), 286 (1957).

Conclusion

L´organisation du territoire paroissial puis communal de Saint-Fuscien est liée à la présence de la voie romaine qui le traversait suivant un axe nord-sud. C´est sur un site de promontoire, en bordure de cette voie, qu´est implantée l´abbaye de Saint-Fuscien, commémorant un épisode de la christianisation. La voie romaine est abandonnée au Moyen-Age, détournée aux abords de l´abbaye. La suppression de la porte sud de l´enceinte de la ville d´Amiens entraîne le déclassement de la voie qui devient une route secondaire.

A la fin du 17e siècle et au début du 18e siècle, Saint-Fuscien est une des paroisses les moins peuplées de l´aire d´étude. La croissance reprend au début du 19e siècle mais baisse à partir du milieu du 19e siècle jusqu´au milieu du 20e siècle, avec un reprise ponctuelle vers 1880. Ce que montre également la croissance de l´agglomération (voir village).

Saint-Fuscien est une des rares communes de l´aire d´étude à compter deux hameaux en contrebas du village, celui du Petit-Cagny, à l´ouest, et celui du Petit-Saint-Fuscien, au nord, aujourd´hui inclus dans l´agglomération. Cette configuration est sans doute la conséquence de la présence de l´abbaye, vendue comme bien national en 1793.

Des édicules marquant les points stratégiques du territoire ne subsistent que quelques croix, dans le village et dans le hameau du Petit-Cagny.

La présence d´un aérodrome, lieu de démonstrations importantes en 1899, 1908 et 1910, qui semble antérieur à celui de Glisy.

Le réseau de chemins qui reliait le village aux villages voisins est partiellement conservé.

La construction de l´autoroute a isolé la partie nord de la commune, en limite d´Amiens, favorisant son urbanisation.

Aires d'étudesCommunauté d'agglomération Amiens Métropole
AdresseCommune : Saint-Fuscien

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 3372. Saint-Fuscien. Administration communale (avant 1870).

  • AD Somme. Série O ; 99 O 3373. Saint-Fuscien. Administration communale (après 1870).

  • AD Somme. Série O ; 99 O 3374. Saint-Fuscien. Administration communale (1891-1939).

  • AD Somme. Série P ; 3 P 702/2. Saint-Fuscien. Matrices cadastrales. 185[?].

  • AD Somme. Série P ; 3 P 702/3. Saint-Fuscien. Matrices des propriétés foncières (1858-1880).

  • AD Somme. Série P ; 3 P 702/6. Saint-Fuscien. Matrices des propriétés bâties. 1881-1911.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 702/7. Saint-Fuscien. Matrices des propriétés bâties. 1911-1963.

  • AD Somme. Série T ; 99 T 3807 705/1. Plan de la mairie et école de garçons. (questionnaire de 1878).

  • AD Somme. 99 T 3807 705/2. Saint-Fuscien. Plan de l'école de filles (questionnaire de 1878).

  • AD Somme. Monographies communales. Notice géographique et historique.

Documents figurés
  • Carte de Cassini, planche 5 H, imprimé, d'après Cassini, 1760-1789.

  • Saint-Fuscien. Plan par masses de culture, Cardinet géomètre, 1805 (AD Somme ; 3 P 1101).

Bibliographie
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 239-241
  • CRAMPON, Maurice. Le canton de Boves. CNDP, 1980.

    p. 90-95
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.