Logo ={0} - Retour à l'accueil

Le territoire communal de Saleux

Dossier IA80002506 réalisé en 2002

Fiche

Œuvres contenues

Voir

  • Le territoire communal de Salouël
  • Amiens métropole - dossier de présentation

DESCRIPTION

La commune de Saleux (canton de Boves) s´étend dans la vallée de la Selle, au sud-ouest d´Amiens, sur une superficie de 802 km2 ; elle compte actuellement 2500 habitants.

Divisée par la rocade qui isole les terres agricoles des plateaux à l´ouest, elle est traversée par la route nationale N 29 et desservie par un réseau routier secondaire et par la voie ferrée Amiens-Rouen. Le village, à l´intérieur de la rocade, s´étend dans la vallée de la Selle, le long de la rivière. L´habitat est concentré dans le village mais il existe quelques pôles isolés, à l´ouest de la rocade : la ferme des Monts-de-Saleux, une maison de garde et deux pavillon de chasse, dans les bois des Monts-de-Saleux, qui constituent le point culminant de la commune (109 m).

HISTORIQUE

Selon le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1919), la paroisse de Salcosi est attestée en 1105. La seigneurie, dont il est fait mention à la fin du 8e siècle, appartient en partie au chapitre de la cathédrale, en 1165, date à laquelle Hugues, seigneur de Salouël et de Saleux (voir Salouël) lui en fait donation. Charles le Téméraire établit son camp à Saleux, lors du siège d'Amiens en 1470. Un cimetière gallo-romain est également signalé dans cet ouvrage (son emplacement reste à déterminer).

La carte de Cassini (doc. 1), levée entre 1760 et 1879, représente le village de Saleux, établi dans la vallée de la Selle, à l´écart des voies de grande communicatio

Les matrices cadastrales conservées aux archives départementales font état de maisons de villégiature implantées à l´écart du village : un pavillon de chasse construit vers 1925 pour un médecin de Saleux (F 321) et une maison construite vers 1935 pour un industriel amiénois (H 1).

Les matrices signalent également une fabrique d´engrais (E 212) appartenant à un lillois, puis à la société parisienne Desmarais et frères en 1928, avant sa suppression en 1931.

Les sources de la série O indiquent que la commune de Saleux est séparée de celle de Salouël en 1866.

La notice géographique et historique rédigée en 1899 par l´instituteur Bioux offre une synthèse de l´état de la commune à cette date.

Le territoire, d´une superficie de 798 hectares, comprend alors le village (1416 habitants) et 3 hameaux la gare (25 habitants), la ferme du Bas-de-Guignemicourt (8 habitants) et les Prés-de-Saleux (7 habitants), soit 1451 habitants. Il est traversé par les routes Amiens-Poix.

Les 715 hectares de labour (céréales) sont répartis entre 600 propriétaires. L´auteur mentionne une carrière de pierre à chaux et des eaux ferrugineuses non exploitées.

Lieux-dits : la Fosse-à-Ladre, le Sépulcre.

CONCLUSION

La commune de Saleux se rattache à l´ensemble historique issu de la châtellenie de Picquigny et de la seigneurie de Vignacourt. Un seigneur de Saleux est mentionné en 790. La vicomté de Vers et de Saleux est attestée au milieu du 10e siècle (Hildevert VI est seigneur de Vers et de Saleux en 951). Au 12e siècle, Hugues de Salouël est marié à Adeline de Vers ; il fait don de la moitié des vicomtés de Vers et de Saleux au chapitre de la cathédrale entre 1165 et 1169. Aux 15e et 16e siècles, la seigneurie regroupe Pont-de-Metz et Saleux ; elle est acquise par un bourgeois d´Amiens, Guillaume de Béry, au 18e siècle. Jusqu´en 1866, la commune comprend les territoires de Saleux et de Salouël.

Le développement très important de Saleux, c´est l´une des communes les plus peuplées de l´aire d´étude au 19e siècle, est du à la présence de plusieurs établissements industriels et d´une station de chemin de fer, au milieu du 19e siècle, malgré le rôle marginal de la route de grandes communications. Elle se distingue de la commune voisine de Salouël par sa prééminence sur celle-ci jusqu´en 1866, par la présence de bois, sur les plateaux, qui explique les constructions isolées (plus tardives) et par l´importance des sites industriels, plus nombreux.

Aires d'étudesCommunauté d'agglomération Amiens Métropole
AdresseCommune : Saleux

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 724/2. Saleux-Salouël. Etat de sections, [s.d].

  • AD Somme. Série P ; 3 P 724/3. Saleux-Salouël. Matrices des propriétés foncières 1827-1914.

  • AD Somme ; Série P ; 3 P 724/4. Saleux-Salouël. Matrices des propriétés foncières 1827-1914.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 724/5. Saleux-Salouël. Matrices des propriétés foncières 1827-1914.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 724/8. Saleux. Matrices des propriétés bâties 1882.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 724/9. Saleux. Matrices des propriétés bâties 1911.

  • AD Somme ; 99 T 3807 726/2. Saleux. Plan de l'école de garçons (questionnaire de 1878).

  • AD Somme. Monographies communales. Notice géographique et historique.

    Saleux, par Bioux, 1899
Documents figurés
  • Carte de Cassini, planche 5 H, imprimé, d'après Cassini, 1760-1789.

  • Saleux. Plan par masses de cultures, dessin, Cardinet géomètre, 1805 (AD Somme ; 3 P 1109).

Bibliographie
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 246-249 ; 250
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.