Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les anciens casinos du Bourg d'Ault

Dossier IA80001225 inclus dans Le front de mer du quartier balnéaire du Bourg-d'Ault réalisé en 2002

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Précision dénomination casino municipal
Dénominations casino
Aire d'étude et canton Bresle Yères - Ault
Adresse Commune : Ault
Lieu-dit : Bourg-d'Ault
Adresse : digue de la Plage
Cadastre : 1983 AC 669

En 1858, le conseil municipal de la commune d'Ault décide l'édification d'une tente casino ou d'une cabane mobile en bois sur les galets, de 12 mètres de long sur 4 mètres de large, pour la somme de 500 francs (Monborgne et délibération du conseil municipal du 16 juin 1858). Cette construction avait alors pour fonction d'abriter les baigneurs en cas de mauvais temps ou par forte chaleur.

En 1879, la municipalité décide d'investir dans de nouveaux équipements pour la plage du Bourg d'Ault : casino et établissement de bains. Au plan et devis (non retrouvés) de l'architecte Morice, la municipalité préfère ceux de l´architecte Léon Käppler, installé à Eu. Son projet (ill.), qui comprend également la construction d'un établissement de bains, est en effet moins coûteux (9564,14 francs) que celui de Morice (9528,30 francs pour le casino seul).

Les travaux sont adjugés le 15 février 1880. A des fins d'économies, il est prévu de remployer certains matériaux de l'ancien casino (gouttière, couverture, fenêtres). Les premiers plans de Léon Käppler (janvier 1879) sont rectifiés en novembre 1879 : les dimensions sont diminuées afin d'achever la construction de l'édifice dans le délai imparti par le cahier des charges (2 mois et demi à partir du jour de l'adjudication pour assurer une ouverture pour la saison des bains). Ainsi, la longueur est réduite de 25 à 20,8 mètres et la profondeur de 10,39 à 8,36 mètres). Les water-closets, l´office du café et le dépôt des costumes sont supprimés. Les élévations ne sont par contre pas modifiées. L'édifice, en rez-de-chaussée surélevé, comprend un corps central et deux pavillons latéraux en légère saillie. Une terrasse dont la couverture présente une ferme débordante ornée de lambrequins découpés, devance le corps central. Le casino comprend une grande salle de concert dans le pavillon central, le cabinet du médecin et un café, dans le pavillon de gauche, enfin un salon de lecture et le bureau de la direction, dans celui de droite.

Les travaux sont achevés en août 1880 et le casino est inauguré pendant la saison des bains (AD Somme, 99 O 452). En août 1883, le concessionnaire Louis Dupont, demeurant à Levallois (Seine) obtient l'autorisation ministérielle d'installer le jeu des petits chevaux (AD Somme, 4 M 98017/2).

Le 5 novembre 1891, le Conseil municipal vote le projet d'agrandissement du casino (ill.), confié à Jules Mesnard, architecte à Paris. Les premiers plans datent de 1889 mais en novembre 1892, un nouveau projet est demandé par la municipalité. La construction à usage de grande salle de bals et de concerts est accolée au nord de l'ancien casino, dans lequel restent installées les salles de jeux. A la fin du 19e siècle, les constructions de la plage se trouvent menacées par les assauts des vagues. Ainsi, en 1895, une tempête détruit la salle des petits chevaux et la terrasse du casino qu'il est nécessaire de reconstruire en urgence, de même que l'établissement de bains chauds proche et les brise-lames.

En novembre 1910, le conseil municipal vote le projet d'un nouvel agrandissement du casino (ill.), confié à Jacques Robichon, architecte à Ault-Onival, pour un coût de 40.000 francs. Elevé au nord des deux anciennes constructions encore en place, il est achevé en 1912 (date du procès verbal de réception des travaux), et fait l'objet de plainte pour malfaçon, des fuites d'eau ayant été constatées au niveau du toit. Le guide Joanne de 1912 indique qu'il "comprend une salle des fêtes et de théâtre, un salon de lecture, une salle de petits chevaux et de baccara, un café avec terrasse, etc".

En 1926, une tempête détruit l'épi de protection situé au droit du nouveau casino, ainsi que son mur de protection : le casino est rapidement atteint par les vagues et détruit. Il est remplacé pendant quelques années par un édifice provisoire en bois. Le garde-corps en bois, détruit, est remplacé en 1929 par un garde-corps en fer, comme celui du casino de Tréport, établi en 1896 et toujours en place, cité en exemple pour justifier ce choix.

En 1932-33, la municipalité décide la construction d'un troisième casino, sur les plans de l'architecte Boiret. L'édifice de style Art déco (ill.) est détruit par l'armée allemande, durant la Seconde Guerre mondiale.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1879, daté par source
1892, daté par source
1910, daté par source
1933, daté par source
Auteur(s) Auteur : Käppler Léon François,
Léon François Käppler (1845 - )

Architecte né en 1845 à Strasbourg, mentionné à Cayeux sur la liste électorale de 1910 (rue du Phare).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Mesnard Jules,
Jules Mesnard

Architecte installé à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Robichon Jacques,
Jacques Robichon (1876 - )

Architecte né à Paris en 1876, mentionné à Ault sur la liste électorale de 1910 et dans le recensement de population de 1911 (quartier des Quatre-Rues, La Falaise).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Boiret, architecte, attribution par source
États conservations détruit

Annexes

  • Devis descriptif de la première extension du deuxième casino (1892) dressé le 23 décembre 1892 par Jules Mesnard (extraits, AD Somme, 99 O 452)

    Devis descriptif de la première extension du deuxième casino (1892) dressé le 23 décembre 1892 par Jules Mesnard (extraits, AD Somme, 99 O 452)

    Ce casino, construit à la suite et à gauche (en lui faisant face) de l´ancien casino qui deviendrait un établissement public avec café, billards, petits chevaux, etc. est divisé en trois parties. Au milieu, une grande salle pour les bals, les concerts et les spectacles. Cette salle est précédée d´un balcon terrasse sur laquelle on accède par un perron en bois. Sur ce balcon, à droite et à gauche deux petites pièces formant tourelles servant l´une de bureau, l´autre de petit salon. A gauche de la grande salle, se trouvent deux petites pièces pour l´étude du piano. Ces pièces ont leur parquet à un mètre au-dessus de la grande salle et on y accède par un escalier double. Cet escalier, les cloisons séparant ces pièces l´une de l´autre et de la grande salle sont mobiles de façon à pouvoir former une scène par la réunion des ces deux pièces. A droite de la grande salle, un pavillon formant presque le symétrique de celui dont il vient d´être parlé, contient une vérandah formant vestibule servant de contrôle pour l´entrée au casino et servant de vestiaire. On accède à ce pavillon par un perron en bois donnant accès à un petit balcon terrasse précédant le pavillon.

    Ce casino est presque entièrement en bois à l´exception des piles de maçonnerie au nombre de douze et à l´exception aussi des petits murets portant le plancher bas. Chacune de ces piles en briques est construit [sic] avec des matériaux durs provenant de fours à feu continu. Chacune de ces piles est bâtie sur pilotis et plateau de béton. Ces pilotis sont en bois de chêne.

    Les revêtements intérieurs et extérieurs sont en bois, entre les deux, présence d'un 'matelas d´air'.

    Partout où les façades indiquent des revêtements en grès cérame comme décoration, les panneaux extérieurs en bois sont remplacés par de la maçonnerie de briques, sur laquelle est posée au ciment la céramique indiquée. La grande salle est couverte par un toit en zinc (...) ce toit est caché en façade par une balustrade en bois surmontant tout le bâtiment milieu. (...) Les pavillons à droite et à gauche de la grande salle sont couverts également en zinc (...) les tourelles sont couvertes en ardoises à crochets formant dessin (...). Au dessus du bureau et du petit salon se trouvent deux petites pièces de débarras auxquelles on accède par une trappe et une échelle mobile. Le plafond de la grande salle est en bois, il est en partie rampant, suivant la pente du toit, en partie droit et horizontal (...). Dans le bas de la dite pièce, lambris à une hauteur de 1,50 m. avec cimaise et plinthe. Dans les autres pièces, plinthes seulement.

  • Devis de la deuxième extension du deuxième casino (1910-1912) dressé le 12 novembre 1910 par Jacques Robichon, (extraits, AD Somme, 99 O 453)

    Devis de la deuxième extension du deuxième casino (1910-1912) dressé le 12 novembre 1910 par Jacques Robichon, (extraits, AD Somme, 99 O 453)

    Cette construction sera élevée à la suite de la partie déjà existante, en se dirigeant sur le nord, elle se composera d´un seul rez-de-chaussée élevé de quelques marches au-dessus du sol et de niveau avec la salle de spectacle actuelle. (...) Toutes les terres venant des fouilles et autres terrassements seront enlevées et déposées aux endroits utilement fixés pour l´établissement d´une rampe d´accès au casino (...). Les rigoles seront remplies en béton de cailloux, hourdés au mortier composé d´une partie de ciment et chaux hydraulique de Tournai et trois parties de sable de mer (...). Les gros murs de soutènement seront en briques très dures hourdées au mortier de chaux hydraulique comme ci-dessus pour le béton, mais le sable de mer remplace en partie pour le sable de plaine (...). La salle de baccarat ainsi que tous les murs de remplissage de la grande salle de café, construits en briques armées de fers ronds. (...) L´ossature du bâtiment principal sera faite de poteaux en ciment armé de 0,30 x 0,30 de section reposant sur des massifs en béton (...). La décoration de grès flammés provenant des maisons Greber de Beauvais et Gentil et Bourdet de Billancourt près Paris, cette décoration sera indiquée par l´architecte. Le titre 'Casino municipal' sera en lettres garnies sur dessin remis en cours d´exécution par l´architecte. Tous les murs des façades seront enduits extérieurement au ciment de Portland, et pour obtenir une tonalité uniforme et sans aucune tâche, il sera passé un badigeon de laid de ciment. Seuls les murs des WC vestiaire et bureau du contrôleur (salle de baccarat) seront en briquetage apparent (...). A l´intérieur la salle des petits chevaux et le vestiaire seront formées par des cloisons vitrées.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série M ; 4 M 98017/2. Police, casinos (1885-1905).

  • AD Somme. Série O ; 99 O 452. Ault, travaux communaux (1870-1939).

    dossiers casino (1879-1929), agrandissement du casino (1891-1895), agrandissement du casino (1910-1913)
  • AD Somme. Série O ; 99 O 453. Ault, travaux communaux (1870-1939).

    dossier collectifs, emprunts (1913)
  • Bains de mer du Nord et de Belgique, du Tréport à la frontière hollandaise. Paris : Hachette, coll. Des Guides Joannes, 1912.

    p. 56
Documents figurés
  • Projet de casino à Ault, façade, encre sur calque, par Léon Käppler architecte, 10 janvier 1879 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Projet de casino à Ault, façade latérale, par Léon Käppler architecte, 10 janvier 1879 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Projet de casino à Ault, coupe sur l´axe, détail du chéneau, détail de la gouttière, par Léon Käppler architecte, 10 janvier 1879 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Projet de casino à Ault, plan du rez-de-chaussée, non réalisé, par Léon Käppler architecte, 10 janvier 1879 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Casino de la commune d´Ault, rectification de plan sur la demande du conseil municipal, encre et lavis sur calque, par Léon Käppler architecte, 20 novembre 1879 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Projet d´agrandissement du casino municipal du bourg d´Ault (Somme), façade sur mer, non réalisé, par Jules Mesnard architecte à Paris, 31 mars 1889 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Projet d´agrandissement du casino municipal du bourg d´Ault (Somme), plan du rez-de-chaussée, non réalisé, par Jules Mesnard architecte à Paris, 31 mars 1889 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Casino municipal du bourg d´Ault, Somme. Plan du rez-de-chaussée, par Jules Mesnard, novembre 1892 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Agrandissement du casino du Bourg d'Ault, façade sur la mer, tirage sur papier, par Jacques Robichon architecte, 12 novembre 1910 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Agrandissement du casino du Bourg d'Ault, façade nord, tirage sur papier, par Jacques Robichon architecte, 12 novembre 1910 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Agrandissement du casino du Bourg d'Ault, coupe, tirage sur papier, par Jacques Robichon architecte, 12 novembre 1910 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Plan du rez-de-chaussée, par Jacques Robichon architecte à Ault-Onival, 12 novembre 1910 (AD Somme ; 99 O 452).

  • Ault (Somme), le casino, tempête du 5 mars 1912, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 3 - Ault, sur le sable, carte postale, par Maurice Lévêque photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 288 - Ault, la terrasse du casino, carte postale, par N.D. photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 264 - Ault, le casino, carte postale, par L.L. photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 12 - Ault, le casino, carte postale, par Maurice Lévêque photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Intérieur du casino du Bourg-d'Ault, carte photo, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault, le casino et le brise lames, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 4115 - Ault (Somme), le casino [inscription au verso], carte postale, par A. Terrier photographe éditeur, 2e quart 20e siècle (coll. part.).

  • 23 - Ault-Onival, le casino (H.L.G. Boiret arch.) , carte postale, par L.L. éditeur, 2e quart 20e siècle (coll. part.).

Bibliographie
  • MINARD, Alain. Ault et ses environs, Onival, Bois-de-Cise. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2003.

    pp. 52-60
  • MONBORGNE, Jean. Histoire du bourg d'Ault. Luneray : Editions Bertout, 1989.

    p. 274, 278, 300, 321, 334-335
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de la Somme (c) Département de la Somme ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Justome Elisabeth
Elisabeth Justome

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie de 2002 à 2006, en charge du recensement du patrimoine balnéaire de la côte picarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.