Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes du Val de Nièvre

Dossier IA80009794 réalisé en 2010

Fiche

Voir

Les maisons et les fermes, qui forment l'essentiel de l'habitat, ont été repérées systématiquement dans les communes rurales, et une sélection pertinente en a été étudiée. Une grande partie d'entre elles ont conservé des caractères d'origine (structure, disposition, matériaux). On distingue les maisons et les fermes de village, et les importantes fermes ecclésiastiques isolées ou formant un écart.

Dans les communes bénéficiant de l'activité industrielle et immobilière de Saint Frères, et qui ont connu pour cette raison une réelle transformation à partir du milieu du 19e siècle, une sélection de l'habitat a été étudiée, qui a permis de saisir la continuité avec le bâti traditionnel d'un territoire rural, mais aussi et surtout les nouvelles formes lieés à des agglomérations dont la population et les activités, plus importantes que pour les villages ruraux, sont également plus variées.

L'habitat villageois

Aligné le long des rues des villages, l'habitat rural est le plus souvent structuré autour de la cour, accessible par un portail ou un passage charretier traversant parfois la grange établie sur la rue. Le logis est situé sur la rue ou précédé de la cour bordée par les bâtiments d'exploitation.

Jusqu'au milieu du 19e siècle, la maison de village ou le logis de ferme sont construits en rez-de-chaussée, en pan de bois et torchis sur solin de brique, la brique ou les assises alternées de brique et de pierre étant réservées aux murs-pignons. Les bâtiments d'exploitation sont également élevés en pan de bois et torchis, ou en pan de bois et essentage de bois, sur solin de brique. A partir du milieu du 19e siècle, les logis à étage, qui abritent souvent un commerce, deviennent plus nombreux.

L'habitat traditionnel formait à l'origine une certaine unité, mais si les fermes d'une certaine importance sont aisément identifiables aujourd'hui, la différence entre les maisons et les petites fermes est ténue, toutes les maisons rurales étant en effet complétées de dépendances agricoles (étables, remises). Les modifications, les remaniements, ou les destructions que ces bâtiments ont connus rend malaisée leur identification, et la différence entre les maisons et les fermes encore plus difficile à discerner aujourd'hui. Seules les archives officielles (matrices cadastrales, états de sections et recensements de population) permettent de représenter aujourd'hui une réalité disparue. La nature de cet habitat renvoie parfois à une certaine catégorie de population, comme les ménagers ou manouvriers, petits propriétaires employés chez les exploitants agricoles pour les travaux des champs, tout en exerçant eux-mêmes une activité agricole vivrière (petit élevage et maraîchage), ou artisanale (rouissage, teillage, voire tissage du lin et du chanvre). Des maisons de tisserands ont conservés des caractères originaux à Beauval, L'Étoile et Pernois.

L'habitat le plus ancien ne semble guère remonter au-delà du début du 19e siècle. Les quelques unités plus anciennes repérées ou étudiées ont été remaniées au 19e ou au 20e siècle, et ne peuvent donc pas être posées comme jalons d'une quelconque évolution.

Durant la seconde moitié du 19e siècle, l'ardoise et la brique industrielle supplantent peu à peu le chaume, le pan de bois et le torchis dans l'habitat. Parallèlement, la publication de nombreux manuels de construction rurale fournit des modèles facilement utilisables par les maçons et entrepreneurs locaux. Les maisons ou logis de ferme arborent des façades ordonnancées et moulurées, souvent à deux niveaux, tandis que certaines fermes sont entièrement reconstruites avec un portail et parfois un petit colombier ornemental. La brique répond aussi à cette époque à la demande pressante de logements, principalement dans les communes qui connaissent un développement rapide grâce à l'implantation des activités Saint Frères.

Le 20e siècle connaît de nombreuses variations, qu'il s'agisse de maisons de briques alignées sur la rue, puis durant l'entre-deux-guerres des maisons de type "villa" traitées dans le style régionaliste, avec enduit peint et faux pan de bois. À partir des années 1950 apparaissent les lotissements concertés, qui font preuve d'une certaine homogénéité dans les premiers temps, avant de voir triompher jusqu'à nos jours toutes les variétés et les stéréotypes de la maison individuelle en milieu de parcelle.

Les fermes ecclésiastiques

Les fermes ecclésiastiques appartiennent à une typologie bien identifiée en Picardie. Possession d'un chapitre cathédral, de la mense épiscopale (Bélettre) ou d'abbayes (le Bois-Riquier), elles apparaissent souvent dès le Moyen Âge mais les premières mentions documentées datent seulement du 18e siècle et ces biens sont alors affermés. Des deux fermes ecclésiastiques identifiées sur l'aire d'étude, seule la ferme de Bélettre a conservé l'essentiel de ses caractères du 18e siècle, celle du Bois-Riquier ayant été reconstruite au 19e siècle.

Ces exploitations réunissent un certain nombre de caractères, comme une position isolée au sein d'un vaste domaine agricole, et des bâtiments répartis autour d'une grande cour quadrangulaire fermée. Elles étaient également pourvues d'un colombier, privilège seigneurial, aujourd'hui disparu. Fondations prestigieuses, les fermes épiscopales se distinguaient des exploitations plus communes par la qualité de leur construction. La ferme de Bélettre possède ainsi encore un logis en rez-de-chaussée surélevé, autrefois en torchis, mais toujours épaulé par des pignons à assises alternées de brique et de pierre sur soubassement de grès. Ses bâtiments d'exploitation en brique, avec corniche moulurée, ont été surélevés ou complétés au milieu du 19e siècle.

Les maisons de bourgs ou de villes

À partir du milieu du 19e siècle, l'implantation de l'industrie dans le Val de Nièvre amène une nouvelle activité et une nouvelle population, qui contribuent à modifier radicalement la physionomie des communes concernées. Les caractères de l'habitat rural se maintiennent en périphérie de ces agglomérations. La construction en brique connaît un bel essor et l'on retrouve, comme dans les villages à caractère agricole, la petite maison en rez-de-chaussée, qui se décline aussi en maison à plusieurs unités d'habitation, sans parler des cités ouvrières qui forment une famille à part entière.

Dans les villes et les bourgs industriels les plus importants comme Beauval, Flixecourt ou Saint-Ouen, sont élévées de nombreuses maisons sur rues à deux niveaux, qui traduisent une évolution du profil de la population. Ces bâtiments peuvent, selon leur taille, abriter également des activités commerciales ou artisanales, favorisées par la présence d'une cour arrière accessible par un passage traversant.

Élevés souvent également sur deux niveaux, les presbytères des bourgs comme des villages relèvent aussi de l'architecture urbaine, sans doute parce que certains d'entre eux ont été réalisés par des architectes de premier plan : Charles Demoulins à Canaples (1828) et à Saint-Ouen (1840) ; Louis Henry Antoine à Ribeaucourt (1856) et à Saint-Léger (1866) ; Victor et Paul Delefortrie à Flixecourt (1865) et à Havernas (1881) ; Anatole Bienaimé à Beauval (1898).

Par ailleurs, dans les bourgs et les villes, la modification du tissu social s'est aussi traduite par la construction de nombreuses maisons bourgeoises en brique ou en brique et pierre, semblables à celles d'Amiens ou d'Abbeville, et qui empruntent parfois les caractères de l'hôtel urbain entre cour et jardin, avec communs et dépendances. À Beauval, les industriels du textile mais aussi les nouveaux propriétaires, enrichis par l'exploitation du phosphate à la fin du 19e siècle, font construire de belles maisons de maître, voire des villas avec jardin, qui donnent encore aujourd'hui son visage si particulier au village.

Aires d'études Grand Amiénois
Dénominations maison, ferme
Période(s) Principale : 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Antoine Louis Henry,
Louis Henry Antoine (1820 - 1900)

Architecte, président de la société régionale des architectes du nord de la France, président d'honneur de la société des Antiquaires de Picardie, membre du conseil départemental des constructions et bâtiments publics.

Arrive à Amiens en 1846 pour construire la gare.

Architecte de la ville jusqu'en 1856 (démission).

Architecte de l'arrondissement de Doullens (Somme).

Père de Georges Antoine et d'Antoine Joseph. Grand-père d'Henry.

1862 : domicilié 21 rue des Saintes-Maries (annuaire).

1881 : domicilié 10 rue des Saintes-Maries à Amiens avec son fils Joseph (19 ans) élève architecte.

chevalier de la légion d'honneur, capitaine commandant honoraire de la compagnie des sapeurs-pompiers, membre du conseil municipal,

Voir le site http://www.purl.org/inha/agorha/002/75226.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte d'arrondissement
Auteur : Delefortrie Louis Joseph Victor, dit(e) Delefortrie Victor Louis,
Louis Joseph Victor Delefortrie , dit(e) Delefortrie Victor Louis (1810 - 1889)

1862 : architecte et entrepreneur, domicilié 2 esplanade de Noyon (annuaire).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Lebon P.,
P. Lebon

Architecte d'arrondissement à Abbeville


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte d'arrondissement
Auteur : Bienaimé Anatole,
Anatole Bienaimé (1848 - 1911)

Architecte. Né à Amiens, il débute sa carrière chez Herbault et devient collaborateur d'Emile Riquier avant d'ouvrir son propre cabinet vers 1887.

Adjoint au maire d'Amiens.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Demoulins Charles, architecte
Auteur : Machy Alexis, architecte
Décompte des œuvres bâti INSEE 6377
repérées 3743
étudiées 35
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournis Frédéric