Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Monument sépulcral du chimiste Léonce Lapostolle (ancien enclos funéraire)

Dossier IA80005095 inclus dans Plaine K, anciennement plaine G réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Appellations Léonce Lapostolle
Parties constituantes non étudiées clôture
Dénominations monument sépulcral
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue Saint-Maurice , 48 plaine K Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en juin 1832, par Marie Anne Cailleret, domiciliée à Amiens, rue Basse-Saint-Martin.

La sépulture du chimiste Lapostolle est signalée par Caron (1833) et H. Calland (1855) comme l'une des plus remarquable du cimetière.

Elle est décrite par S. Comte (1847), qui y signale également la présence de trois dalles funéraires surmontant les tombes individuelles du chimiste, de sa sœur et de sa femme (cf. annexe).

Le monument sépulcral porte la signature des sculpteurs Duthoit fils (fig. 8).

Il a été restauré par l'association "Les Amis de la Madeleine".

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle , (détruit)
Auteur(s) Personnalité : Lapostolle Léonce Alexandre,
Léonce Alexandre Lapostolle (1749 - 1831)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre, attribution par source
Auteur : Duthoit Louis, dit(e) dit Duthoit fils,
Louis Duthoit , dit(e) dit Duthoit fils (1807 - 1874)

Sculpteur. Fils de Louis Joseph Duthoit.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature

Cette concession, adossée au premier mur d'enceinte, est délimitée par une clôture en palis (sur les côtés) et par une grille antérieure en fonte (fig. 2). Le sol est recouvert de dalles en pierre, en dévers, dont les jointures sont protégées par un couvre-joint. Elle contient un monument en pierre de Senlis (fig. 3), composé d'un cippe (fig. 9) placé sur un socle en forme de catafalque (fig. 4), tous deux ornés d'un décor figuré en bas-relief (étudié).

Inscriptions :

Inscription concernant l'identité du destinataire : LAPOSTOLLE.

Inscription concernant l'iconographie : Paragrêle et parafoudre.

Signature (base) : Duthoit fils.

Une plaque fixée sur l'un des piliers de la clôture antérieure indique que le monument a été restauré par les Amis de la Madeleine.

Murs pierre
marbre
fonte
Typologies tombeau-monument
Techniques sculpture
fonderie
Précision représentations

La grille est ornée de sabliers ailés sur ses trois panneaux (fig. 2). La première partie du monument est sculptée d'un bas-relief de chaque côté duquel se trouve un génie, tenant en mains, sur la gauche, les attributs de la chimie (fig. 6), et sur la droite, ceux de l'électricité et un paragrêle (dont Lapostolle est l'inventeur) (fig. 7). Au centre, le décor représente un paysage, au premier rang duquel l'on remarque un champ de blé battu par l'orage et planté de paragrêles. Au premier plan, deux paysans s'abritent sous les arbres (fig. 5). La deuxième partie est ornée, dans son élévation supérieure, d'un médaillon dans lequel est incrusté en marbre blanc le portrait de profil de Lapostolle (fig. 10 ; voir fiche Palissy). Deux flambeaux renversés, auxquels est suspendue une guirlande de cyprès entrelacée de rubans, sont placés de part et d'autre.

Ce tombeau, remarquable par sa typologie et son décor, est dédié au chimiste Léonce Lapostolle (1749-1831). Le monument est signalé par Caron (1833) et H. Calland (1850) comme l'un des plus remarquable du cimetière et décrit par S. Comte (1847), qui y signale également la présence de trois dalles funéraires surmontant les tombes individuelles du chimiste, de sa sœur (morte en 1829) et de sa femme (morte en 1824), qui ont aujourd'hui disparu.

On peut situer la réalisation du monument par les frères Duthoit, dont la signature apparaît sur la base du tombeau, en 1832 ou 1833, date à laquelle est publié l'ouvrage de Caron.

On signalera en outre, la très belle clôture en palis et en fonte (fig. 2) et le décor sculpté comprenant un ensemble de trois reliefs (étudié) et un portrait du chimiste (étudié).

Ce tombeau, inscrit au titre de Monuments Historiques en 1986, a été restauré par l'association des Amis de la Madeleine.

Alexandre Léonce Lapostolle, originaire de Maubeuge, s'installe à Amiens en 1773.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1986/06/25

Annexes

  • Extrait de : Promenades au cimetière de la Madeleine [Lapostolle]

    "Nous touchons au monument de M. LAPOSTOLLE, qu'on peut appeler le chef d’œuvre de MM. Duthoit, pour l'exécution duquel ils ont déployé tout leur savoir et ouvert tous les trésors de leur génie. Il ne s'agit point ici de ces ornements et symboles vulgaires, qu'on rencontre sur la plupart des monuments, un peu mieux, un peu plus médiocrement exécutés ; il s'agit de toute une composition, d'une perspective du plus bel effet, et d'une composition qui vienne rappeler, au plus ignorant des connaissances scientifiques de l'homme en l'honneur duquel a été érigé ce monument, qu'elles ont été ses études principales et ses expériences pendant sa longue carrière. On ne pouvait être plus heureusement inspiré, en reproduisant, dans un bas-relief, un de ces évènements dont les effets désastreux ont été l'objet de toute la sollicitude de M. Lapostolle, afin de les combattre. Ce bas-relief représente un paysage, sur le premier plan duquel on remarque un champ de blé battu par l'orage. Des paragrêles sont plantés de distance en distance pour en combattre les effets ; quelques personnages, placés près d'un arbre, paraissent se courber sous les coups de l'ouragan qu'on voit, par un effet de perspective, s'éloigner comme cédant à l'influence des paragrêles et parafoudres.

    Cette composition, nous le répétons est poétique, savante, et digne d'artistes de premier ordre.

    Le monument n'est pas moins remarquable. Il se compose d'un mausolée supporté par un socle. Il est divisé en deux parties ; sur la première, est sculpté le bas-relief dont nous venons de parler, de chaque côté duquel on remarque un génie : celui de droite, tient en mains les attributs de la chimie ; celui de gauche, les attributs de l'électricité et un paragrêle dont M. Lapostolle fut l'inventeur. La seconde partie, d'une proportion inférieure à la première, offre, sur la face principale et à l'élévation supérieure, un médaillon dans lequel est incrusté le portrait en marbre blanc de M. Lapostolle. Deux flambeaux renversés, auxquels est suspendue une guirlande de cyprès entrelacée de rubans, sont sculptés, l'un de chaque côté. Le chapiteau est formé, sur les quatre faces, de deux consoles en volutes et ornées. Sur le socle de cette seconde partie est gravé en creux le nom de M. Lapostolle, et au-dessous du bas-relief, on a gravé, également en creux, les mots "paragrêle et parafoudre".

    Sur le devant du monument, sont placées horizontalement trois pierres portant les inscriptions de la sœur et de l'épouse de M. Lapostolle, ainsi que la sienne ; elles sont ainsi conçues :

    "Ici repose / Marie-Ursule-Josephe-Nathalie / LAPOSTOLLE / décédée le 21 mai 1829 / âgée de 84 ans."

    La deuxième : "Ici repose / Marie-Jeanne VALOT / décédée le 28 janvier 1824 / à l'âge de 73 ans / épouse de M. Léonce LAPOSTOLLE."

    Enfin, la troisième : "Ici repose / Alexandre-Ferdinand-Léonce / LAPOSTOLLE / officier de l'Université, professeur de physique / et de chimie à l'école de médecine d'Amiens / membre de l'académie et de la société médicale d'Amiens / président du conseil de salubrité de la même ville / membre du jury médical du département de la Somme / associé correspondant de la société de médecine / de Paris, et de plusieurs autres sociétés savantes / ancien conseiller municipal et administrateur / des hospices civils / décédé le 9 décembre 1831 / âgé de 82 ans."

    [...] La sépulture de M. Lapostolle est fermée par une grille en fer sur le devant, et de chaque côté par un parapet de pierre."

    Stéphane C[omte], 1847, pp. 216-225.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

Documents figurés
  • Le tombeau de Lapostolle au cimetière de la Madeleine, dessin des frères Duthoit,vers 1850 (Musée de Picardie, Amiens ; MP Duthoit VI-105).

Bibliographie
  • CALLAND, H. Guide de l'étranger à Amiens. Description de ses monuments anciens et modernes suivie d'une biographie des hommes remarquables qui sont nés dans cette ville, augmenté par A. Dubois. Amiens : typographie Lambert-Caron.

    1855, p. 58.
  • CARON, C. A. N. Amiens en 1833 ou guide de l’étranger dans cette ville. Amiens : Caron-Vitet, 1833.

    p. 93.
  • GILLMANN, Raymonde. La grande Madeleine d'Amiens. Amiens : éditions Martelle, [1988].

    p. 32.
  • GILLMANN, Raymonde. La Madeleine à Amiens. Un jardin romantique. Amiens, [1986].

  • La Madeleine et les contemporains de la Révolution. Amiens : Imprimerie I. & R. G., [1989].

    p. 30-31.

Liens web

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.