Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument sépulcral du recteur Jean-Baptiste Dijon

Dossier IA80006515 inclus dans Plaine D réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsJean-Baptiste Dijon
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationsmonument sépulcral
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 4 plaine D
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en novembre 1832, par Augustin Dijon-Dubrulle, négociant, domicilié à Amiens, rue du Bloc. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que le monument du recteur de l'académie d'Amiens, M. Jean-Baptiste Dijon, a été réalisé en 1823 grâce aux fonds d'une société de souscripteurs et que deux cyprès ont été abattus en 1875. La sépulture de M. Dijon est signalée par H. Dusevel (1825), Caron (1833) et par H. Calland (1855) comme l'une des plus remarquable du cimetière. Elle est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'un "piédestal qui supporte un cénotaphe surmonté d'un chapiteau", attribué à l'entrepreneur Polart, sur les plans de l'architecte Cheussey. Le travail de sculpture est l'œuvre de Louis Joseph Duthoit (cf. annexe). Le rapport de l'architecte communal du 20 avril 1925 préconise la conservation de ce monument qui présente "un intérêt d'art et d'histoire locale". Le monument a été restauré par l'Association des Amis de la Madeleine.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Dates1823, daté par source
Auteur(s)Auteur : Cheussey François Auguste
Cheussey François Auguste (1781 - 1857)

Architecte de la ville d'Amiens. Nomination provisoire le 26 août 1814. Nomination définitive le 8 septembre 1815, puis le 26 avril 1820.

Architecte du Département. Nomination 20 avril 1816, puis le 19 avril 1820.

Rapporteur au conseil des Bâtiments civils en 1819.

Fin d'activité le 1er août 1848.

http://viaf.org/viaf/95890648.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Duthoit Louis Joseph
Duthoit Louis Joseph (1766 - 1824)

Sculpteur. Né à Lille en 1766 et établi à Amiens en 1796, rue des Orfèvres. Il épouse Félicité Potel en 1803.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par travaux historiques
Personnalité : Dijon Jean-Baptiste
Dijon Jean-Baptiste (1769 - 1823)

Recteur de l'académie d'Amiens.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre attribution par source
Auteur : Polart-Surhomme Alexandre Fortuné
Polart-Surhomme Alexandre Fortuné (1787 - 1844)

Entrepreneur de bâtiments actif à Amiens. Déclaré maçon dans la liste des électeurs de la Somme de 1839.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par travaux historiques

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille en fonte à barreaux rayonnants, fixée sur un mur-bahut en briques appareillé de pierre de taille. Le sol, rehaussé et auquel on accède par trois marches, est tapissé de lierre. Elle contient un cippe monumental couronné en calcaire, de plan quadrangulaire et coiffé d'un fronton cintré à volutes, dont la face antérieure du socle est agrémentée d'une table en marbre. Une plaque commémorative en marbre noir poli est déposée sur la gauche au pied du monument.

Inscriptions :

Date du décès : 1823.

Épitaphe (socle, face antérieure) : A la mémoire de Jean-Baptiste DIJON / recteur de l'académie d'Amiens / chevalier de l'ordre royal de la Légion d'Honneur / Né à Amiens le [17 mai 1769] / décédé le 15 mars 1823 / - / Ses concitoyens / ses amis / les fonctionnaires et les élèves de son académie.

Inscription (plaque commémorative) : Le recteur et le Conseil / des Établissements / d'Enseignement supérieur / de l'académie d'Amiens / en hommage / au recteur Dijon / 13 juin 1967.

Murscalcaire
marbre
brique
fonte
Typologiescippe
Techniquesfonderie
sculpture
Précision représentations

Le fronton cintré du pilier est sculpté d'un sablier ailé et les volutes sont gravées d'une fleur. Les quatre faces du monument sont sculptées. La face antérieure représente le portrait du recteur Dijon encadré de deux flambeaux reliés par une guirlande végétale (laurier) entrelacée de rubans. La face postérieure représente la croix de la Légion d'Honneur en médaillon, encadrée de deux flambeaux reliés par une guirlande végétale (laurier) entrelacée de rubans. La face gauche représente une lampe sépulcrale fumante en médaillon encadrée de deux grandes palmes reliées par une guirlande végétale (laurier) entrelacée de rubans. La face droite représente deux branches de lauriers entrecroisées en médaillon encadrées de deux grandes palmes reliées par une guirlande végétale (laurier) entrelacée de rubans. Enfin, la table antérieure en marbre est soulignée d'une frise géométrique.

Cette concession rehaussée conserve sa grille en fonte fixée sur un mur-bahut en briques appareillé de pierre de taille et contient un cippe monumental en calcaire, qui est décrit par Stéphane Comte lors de son inventaire en 1847. Il en attribue l'exécution à l'entrepreneur Polart, sur les plans de l'architecte Cheussey et le travail de sculpture à M. Duthoit. L'édicule, élevé à la mémoire du recteur de l'académie d'Amiens, M. Jean-Baptiste Dijon, a probablement été réalisé vers 1823, grâce aux fonds d'une société de souscripteurs (autorisations de construction).

Dans son rapport du 20 avril 1925, l'architecte de la Ville signalait ce monument "à conserver comme présentant un intérêt d'Art et d'Histoire locale". Deux cyprès agrémentant cette sépulture ont été abattus en 1875 (autorisations de construction).

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Annexes

  • Extrait de : Promemades au cimetière de la Madeleine

    "Nous recommençons notre promenade par l´allée n°3 qui se bifurque à la précédente, près de la plaine F.

    Le premier monument qui attire nos regards par sa remarquable exécution et le souvenir qui se rattache à la mémoire de l´homme en l´honneur duquel il est érigé, est celui de M. DIJON, décédé recteur de l´académie, le 15 mars 1823, à l´âge de 54 ans. »

    Sur un socle en pierre s´élève un piédestal qui supporte un cénotaphe surmonté d´un chapiteau. Sur les quatre faces du piédestal sont appliquées quatre tables en marbre noir de Belgique. Sur celle de la face principale on lit cette inscription :

    A

    La mémoire de Jean-Baptiste DIJON,

    Recteur de l´Académie d´Amiens,

    Chevalier de l´ordre royal de la Légion d´Honneur,

    Né à Amiens, le 17 mai 1769,

    Décédé le 15 mars 1823,

    Ses concitoyens,

    Ses amis

    Les fonctionnaires et les élèves de son académie.

    Sur chaque face du cénotaphe est sculpté un médaillon. Celui de face renferme le portrait de M. DIJON, celui de droite deux palmes, celui de gauche une lampe sépulcrale, et le quatrième la croix de la Légion d´Honneur.

    Au fronton de la face principale est sculpté un clepsydre ailé, et sur celui opposé une urne lacrymatoire entourée d´une couronne de palmier.

    Le plan de ce monument est de M. Cheussey, architecte de la ville, l´ornementation de M. Duthoit, et la construction de Polart.

    L´Université perdit en M. DIJON un administrateur habile autant que précieux. Son zèle vivifiait tous nos établissements d´instruction publique : son esprit conciliant, ses avis plein d´aménité, une sollicitude toujours utile, étaient les moyens dont il se servait pour aplanir les obstacles, pour faire partout prospérer les études ; son mérite en administration lui a valu les faveurs de tous les chefs de l´instruction, tous lui ont témoigné une haute estime. Il fut créé chevalier de la Légion d´Honneur sous le règne de Louis XVIII.

    Une souscription fut ouverte pour lui élever un monument. La commission chargée de l´érection de ce monument était composée de MM. l´abbé Dallery, proviseur du collège ; l´abbé Voclin, curé de Saint-Jacques ; de Beaufort, ancien colonel du génie, membre du Conseil municipal et de l´Académie des Sciences et Belles-Lettres d´Amiens ; Barbier, directeur de l´école de Médecine.

    Cette souscription ne tarda pas à être remplie : durable récompense qui suit l´homme de mérite après sa mort et le signale aux générations futures."

    Stéphane C[omte], 1847, pp. 98-100.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884).

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/1. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1807-1828).

Documents figurés
  • La tombe du recteur Dijon au cimetière de la Madeleine, dessin par Aimé et Louis Duthoit, vers 1850 (Amiens, musée de Picardie ; MP Duthoit).

Bibliographie
  • CARON, C. A. N. Amiens en 1833 ou guide de l’étranger dans cette ville. Amiens : Caron-Vitet, 1833.

    p. 51.
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

  • DUSEVEL, H., MACHART, R. Notice sur la ville d'Amiens ou description sommaire des rues, places, édifices et monumens les plus remarquables de cette ville ..., par MM. H. D*** et R. M***. Amiens : Allo-Poiré libraire, 1825.

    p. 93.
  • CALLAND, H. Guide de l'étranger à Amiens. Description de ses monuments anciens et modernes suivie d'une biographie des hommes remarquables qui sont nés dans cette ville, augmenté par A. Dubois. Amiens : typographie Lambert-Caron.

    1855, p. 58.
  • GILLMANN, Raymonde. La Madeleine à Amiens. Un jardin romantique. Amiens, [1986].

  • La Madeleine et les contemporains de la Révolution. Amiens : Imprimerie I. & R. G., [1989].

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.