Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tableau commémoratif des morts de la paroisse, pendant la guerre de 1914-1918

Dossier IM02002753 réalisé en 2004

Fiche

Voir

Dénominations tableau commémoratif des morts
Appellations des morts de la paroisse, pendant la guerre de 1914-1918
Aire d'étude et canton Soissonnais - Soissons-Sud
Adresse Commune : Soissons
Adresse : Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais , place Cardinal-Binet
Emplacement dans l'édifice mur oriental du bras nord du transept

Vers la fin de 1924, à la demande du clergé de la cathédrale, l'architecte en chef des Monuments historiques, Émile Brunet, fait établir un projet de plaque commémorative, destinée à être apposée sur la paroi orientale du croisillon nord du transept. Ce projet est élaboré par l'atelier du peintre-verrier Louis Barillet qui, comme certains autres verriers de l'époque, tels Raphaël Lardeur ou Jean Gaudin, supervise également la création d'œuvres faisant intervenir la mosaïque ou des techniques apparentées, et travaille alors en décorateur. La plaque, dont le dessin a été accepté par l'évêque, doit coûter la somme de 7000F. Cette somme est couverte par une souscription à laquelle a largement participé un donateur anonyme. L'autorisation de faire réaliser et poser ce tableau commémoratif est donnée par la commission des Monuments historiques le 27 mars 1925 (d'après le dossier des travaux de restauration de la cathédrale). Le tableau est réalisé et posé au début de 1926 (il est signé et daté) et béni par l'évêque de Soissons le dimanche 14 mars de la même année.

Dans son article sur la restauration de la cathédrale, Émile Brunet précise que Louis Barillet a conçu cette plaque "dans un esprit traditionnaliste", en vue d'une parfaite association avec l'architecture qui en constitue le cadre.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1926, porte la date, daté par source
Stade de création
Lieu d'exécution Commune : Paris
Auteur(s) Auteur : Barillet Louis, atelier de, décorateur, signature

Le tableau est composé de cinq dalles de calcaire blanc (pierre de Tonnerre), verticales et juxtaposées. Les noms des défunts sont gravés, puis peints en noir ou en rouge. Le décor réalisé en creux est, soit peint en doré, soit rempli de ciment coloré noir ou rouge.

Catégories taille de pierre
Structures élévation, rectangulaire horizontal
Matériaux calcaire, blanc, en plusieurs éléments, taillé, gravé, peint, polychrome, peint faux or, impastation
Précision dimensions

Dimensions totales : h = 191 ; la = 391 ; pr = 4.

Précision représentations

L'axe du tableau est occupé par un grand Christ en croix, dont les blessures saignent et de qui partent des rayons lumineux. Il domine un entrelacs de fil de fer barbelé et plusieurs croix ornées de cocardes, allusion aux tranchées et aux tombes militaires. Dans la partie supérieure, un décor de fleurs et de feuillage entoure deux médaillons octogonaux. Celui de gauche est occupé par des canons et celui de droite, par une représentation simplifiée de la ville de Soissons en ruines, d'où se détachent les deux tours de l'église abbatiale Saint-Jean-des-Vignes et la silhouette de la cathédrale.

Inscriptions & marques signature, gravé, peint, sur l'oeuvre
date, gravé, peint, sur l'oeuvre
inscription, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

La signature et la date de réalisation sont gravées dans la bordure inférieure, sous le Christ : ATELIER L. BARILLET 1926. Une inscription, qui se détache en réserve sur l'impastation colorée, entoure les bras de la croix, et se termine par les dates extrêmes du conflit, traitées en impastation : SOUVENEZ VOUS DANS VOS PRIERES DES / ENFANTS DE/ LA PAROISSE DE / LA CATHEDRALE D/E SOISSONS / MORTS POUR LA FRANCE / 1914 1918.

États conservations oeuvre menacée
Précision état de conservation

L'humidité de l'édifice attaque le calcaire qui se désquamme en surface. Les pattes de fixation en fer ont rouillé, et cette altération du métal gagne la pierre.

Cette œuvre témoigne de l'étendue des travaux de décoration qu'effectuaient de nombreux ateliers de verriers entre les deux guerres, et de la variété des techniques qu'on y pratiquait. L'atelier de Louis Barillet a été en outre l'un des plus grands ateliers de verriers de cette époque.

Statut de la propriété propriété d'une association diocésaine (?)
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections inscrit au titre objet, 2008/09/12

Références documentaires

Documents d'archives
  • AMH (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine). Série 81 : 81/02, carton 193. Soissons, cathédrale Saint-Gervais et Saint-Protais, Correspondance : renseignements (1836-1975) ; Travaux, Subvention, mauvais état (1905-1994) ; Vitraux (1910-1992) ; Faits de guerre (1915-1918) ; Autres ; (1919-1941) ; Dégagement (1922-1930) ; Plaques commémoratives (1923-1984) ; Mobilier (1932-1941) ; Orgues (1934-1976) ; Aliénation d'un terrain (1936) ; Dégâts (1959) ; Fouilles (1970) ; Abords (1977) ; Dépôt lapidaire (1985-1993) ; Statue (1987) ; Mécénat (1994).

    Sous-dossier : plaque commémorative.
  • A Évêché Soissons. Série P (paroisses) : P Soissons-Cathédrale, 1 C 5. Bulletin paroissial de l'église cathédrale de Soissons.

    Janvier 1927.
Bibliographie
  • BRIA, Albert. La cathédrale de Soissons et ses abords. Soissons : imprimerie Henry d'Arcosse, 1934.

    p. 40.
  • BRUNET, Émile. La restauration de la cathédrale de Soissons. Bulletin monumental, 87e volume, 1928.

    p. 91.
  • La Semaine Religieuse du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin. Organe de l'Union des Catholiques de l'Aisne, 1926, 53e année.

    Samedi 20 mars 1926, n° 12, p. 187-188
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Riboulleau Christiane - Plouvier Martine - Guérin Inès