Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tombeau de Bruno Vasseur (ancien enclos funéraire)

Dossier IA80006814 inclus dans Plaine F réalisé en 2007

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Appellations Bruno Vasseur
Dénominations tombeau
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue Saint-Maurice , 3 plaine F Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut donnée par la Ville d'Amiens, après décision du Conseil municipal du 3 décembre 1853.

La sépulture de Bruno Vasseur est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'une "pierre en beau gré sur laquelle est sculptée du haut en bas et en relief une croix". Il décrit également un peu plus loin la sépulture de l'épouse de Bruno Vasseur (morte en 1824) et signale "une pierre horizontale, en tête de laquelle est un ange en marbre blanc" (cf. annexe).

La dalle funéraire en grès est réputée provenir de l'ancien cimetière Saint-Firmin à la Pierre.

Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que des monuments funéraires ont été réalisés en 1857.

Remploi provenant de Commune : Amiens Lieu-dit :
Période(s) Principale : Moyen Age, 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle , (détruit)
Dates 1853, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Vasseur Bruno,
Bruno Vasseur (1755 - 1816)

Conservateur honoraire de la cathédrale d'Amiens.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre, attribution par source

Cette concession, en bordure d'allée, n'est pas délimitée et contient un monument funéraire composé de deux éléments : au sol se trouve une dalle funéraire sculptée en grès et au fond se dresse une stèle architecturée de style néogothique en calcaire, agrémentée d'une table en marbre.

Inscriptions :

Dates des décès : 1816 ; 1824.

Épitaphe : Concession perpétuelle / à titre de récompense publique / - / Bruno VASSEUR, / conservateur honoraire de la Cathédrale / d'Amiens, / né à Amiens, le 25 8bre 1755, décédé en cette Ville, le 25 août 1816. / - / Le Conseil Municipal d'Amiens, / par une délibération du 3 Xbre 1853, / a voté la Concession perpétuelle / et gratuite de ce terrain, / pour honorer la mémoire de l'homme / dévoué à son pays, / qui contribua par son zèle désintéressé / à la conservation de la Cathédrale, / en l'entretenant à ses frais / pendant la fin du dernier siècle / et le commencement de celui-ci. / - / Un décret Impérial du 14 mars 1854 / a approuvé cette délibération / - / Marie Françoise MAQUET / son épouse, décédée le 5 décembre 1824.

Épitaphe (dalle) : Ici repose / le corps de feu / Bruno Vasseur entrepreneur de bâtiments / décédé le 25 août 1816, âgé de 61 ans, dans l'espérance de la résurrection.

Inscription (base, en lettres gothiques) : Erigé l'an Mil DCCC LIII.

Murs calcaire
grès
marbre
Typologies stèle funéraire architecturée, style néogothique, dalle funéraire
États conservations état moyen
Techniques sculpture
Précision représentations

La stèle architecturée, présentant deux pinacles fleuronnés à crochets, est ajourée et sculptée de feuilles d'acanthe ainsi que d'un décor caractéristique du style néogothique flamboyant. Le quadrilobe supérieur représente la cathédrale Notre-Dame d'Amiens.

La dalle funéraire est ornée sur toute sa longueur d'une croix en relief. A la tête, sont gravés le soleil et la lune, et aux pieds une tête et des ossements entrecroisés ainsi qu'un crapaud (aujourd'hui difficile à identifier).

Cette concession conserve la plus ancienne sépulture du cimetière de la Madeleine préservée dans sa forme originale, comme le suggère un dessin des frères Duthoit du milieu du 19e siècle.

Bruno Vasseur, conservateur honoraire de la cathédrale, est en effet l'un des premiers amiénois à se faire inhumer dans le nouveau cimetière de la Madeleine.

Son tombeau est composé d'une dalle funéraire sculptée en grès, posée en 1816. Stéphane Comte (1847) qui le décrit, indique que cette dalle proviendrait du cimetière Saint-Firmin-la-Pierre. Une stèle architecturée de style néogothique, qui se signale par la qualité de son décor sculpté, a ensuite été placée en 1853 (date portée), lorsque la municipalité d'Amiens décide de céder le terrain à perpétuité, à titre de récompense et afin d'honorer la mémoire du défunt qui, tout au long de sa vie, s'efforça de protéger et restaurer la cathédrale Notre-Dame d'Amiens. Une représentation du monument est d'ailleurs gravée dans le quadrilobe supérieur de la stèle.

Le tombeau de Marie-Françoise Maquet, épouse de Bruno Vasseur, décédée en 1824, décrit par S. Comte comme une "pierre horizontale, en tête de laquelle est un ange en marbre blanc", a disparu.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1986/06/25

Annexes

  • Extrait de : Promenades au cimetière de la Madeleine [Bruno Vasseur]

    "Le 29 août suivant [1816] y fut inhumé le sieur BRUNO VASSEUR qui, le 25 au soir, jour de la Saint-Louis, tomba du haut du clocher de la cathédrale, en dehors. Il y était monté pour poser un lampion à l´occasion de la fête du roi.

    Son tombeau, situé à l´entrée du cimetière, à gauche de la deuxième allée latérale à droite, dans la plaine F, est remarquable par la pierre en beau gré sur laquelle est sculptée du haut en bas et en relief une croix. A la tête sont également sculptés le soleil et la lune, et aux pieds une tête et des os de mort en croix ainsi qu´un crapaud. BRUNO VASSEUR avait acheté cette pierre, dont on ignore l´origine, longtemps avant sa mort ; elle provenait du cimetière de Saint-Firmin-la-Pierre, et il l´appelait sa « pièce d´estomac ». Plus tard un ange en marbre blanc y fut placé en tête. Ce dernier objet n´a rien de remarquable comme sculpture. Il faisait autrefois partie du monument de Jean de Lagréné, abbé de l´abbaye de Saint-Jean d´Amiens."

    Stéphane C[omte], 1847, p. 46.

    "Nous commençons par la plaine F, à gauche de la deuxième allée à droite, et nous allons en faire le tour en suivant par la gauche.

    Voici la sépulture de BRUNO VASSEUR dont nous avons parlé ; à côté est celle de sa femme dont le monument n´offre rien de remarquable. Une simple pierre horizontale, en tête de laquelle est un ange en marbre blanc, semblable à celui placé sur la tombe de son mari, recouvre sa dépouille mortelle. Elle mourut en décembre 1824."

    Stéphane C[omte], 1847, p. 70.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/2. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1849-1859).

Bibliographie
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

    p. 46 ; 70.
  • GILLMANN, Raymonde. La grande Madeleine d'Amiens. Amiens : éditions Martelle, [1988].

    p. 27-28.
  • GILLMANN, Raymonde. La Madeleine à Amiens. Un jardin romantique. Amiens, [1986].

  • La Madeleine et les contemporains de la Révolution. Amiens : Imprimerie I. & R. G., [1989].

    p. 34.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline