Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tombeau (loggia) de la famille Trépagne

Dossier IA80006997 inclus dans Plaine F réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsfamille Trépagne
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationstombeau
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 167 plaine F
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en septembre 1858, par Catherine Plichon veuve Trépagne et Jean-Baptiste Joseph Trépagne-Becquet, domiciliés à Amiens, 17 chaussée Saint-Pierre et par Edmond Camille Trépagne-Dubois, juge, domicilié à Amiens, 12 boulevard Longueville. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lamolet-Tattegrain a réalisé le démontage de la chapelle en pierre de Belgique afin de permettre l'agrandissement du caveau en 1913.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1913, daté par source
Auteur(s)Auteur : Lamolet - St-Maurice entreprise de monuments funèbres , dit(e)
Lamolet - St-Maurice entreprise de monuments funèbres , dit(e)

Entreprise de monuments funèbres fondée à Amiens par Hippolyte François Lamolet (1821-1873), qui se déclare débitant dans le recensement de 1856. L'entreprise est signalée 135 Grande-rue Saint-Maurice (annuaire 1862) et 153 Grande-rue Saint-Maurice (1873).

L'entreprise est ensuite dirigée par sa veuve Sophie Damerval, qui y emploie ses deux fils Théophane (21 ans) et Georges (22 ans), comme tailleurs de pierre (recensement de 1881). Certains monuments portent la signature Lamolet Veuve et Lamolet fils.

L'entreprise est ensuite reprise par Théophane Lamolet-Tattegrain, entrepreneur de monuments funèbres, établi 365-367 rue Saint-Maurice (recensements de 1906 et 1911).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille en fonte et fer forgé, initialement peinte, à portillon antérieur central, fixée sur une bordure en pierre de Tournai. Le sol, rehaussé et auquel on accède par deux marches, est également en pierre de Tournai. La sépulture contient un tombeau en forme de niche monumentale, en pierre de Tournai, de style néogothique à trois pans. L'édicule, surmonté d'un fronton triangulaire à crochets et de pinacles, présente une sorte de péristyle central rehaussé, supporté par quatre colonnes.

Inscriptions :

Dates des décès : 1926 ; 1929 ; 1937 ; 1937 / 1858 ; 1866 ; 1868 ; 1876 ; 1894 ; 1912 / 1883 ; 1933 ; 1938 ; 1940 ; 1967 ; 1974 ; 1990.

Épitaphe : Léonce Clément Eugène / TREPAGNE / Propriétaire / décédé le 23 janvier 1929 / à l'âge de 85 ans / - / Jeanne TREPAGNE / décédée le 24 février 1938 / à l'âge de 90 ans / ancien professeur / officier d'académie.

Épitaphe (plaque commémorative) : Le Conseil municipal / le Bureau de bienfaisance / d'Eplessier / à leur collègue / regretté.

Inscription concernant le destinataire (mur postérieur, pan central) : Famille Trépagne.

Murspierre
fonte
fer
Typologiestombeau en forme de loggia à parvis enclos ; style néogothique
Techniquesfonderie
ferronnerie
sculpture
Précision représentations

La grille est ornée de beaux fleurons et de fleurs de pavot et le portillon de clôture est surmonté d'une croix rayonnante à volutes feuillagées.

Le fronton triangulaire central du tombeau, surmonté d'une croix fleuronnée, est ornée de crochets en forme de feuilles d'acanthe et les colonnes sont coiffées de chapiteaux feuillagés à crochets. Deux petits socles en pierre de Tournai, sur lesquels est fixé un vase funéraire en fonte (manquant à droite), occupent le centre des deux pans latéraux. Trois Christ en croix sont suspendus sur le mur postérieur du tombeau et des plaques commémoratives, dont une en marbre blanc, ainsi que des couronnes de fleurs en barbotine sont déposées au pied du monument.

Cette concession conserve sa clôture et contient un tombeau de style néogothique, en pierre de Tournai, qui présente une typologie originale, peu représentée dans le cimetière de la Madeleine. L'édicule, démonté en 1913 par l'entrepreneur Lamolet-Tattegrain lors de l'agrandissement du caveau (autorisations de construction), a sans doute été érigé vers 1858 (date d'acquisition de la concession et de la première inhumation).

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/11. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1913-1917).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.