Dossier d’œuvre architecture IA00076514 | Réalisé par
Fournier Bertrand (Rédacteur)
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine industriel, Somme
  • patrimoine de la Reconstruction, La première Reconstruction
Ancienne sucrerie de betteraves Bulté fils et Cie, puis ancienne râperie de betteraves de la Sucrerie Centrale d'Arras (détruite)
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Ministère de la culture - Inventaire général
  • (c) AGIR-Pic

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Combles
  • Commune Longueval
  • Lieu-dit Chemin-Neuf
  • Adresse route de Guillemont
  • Cadastre 2015 X 140
  • Dénominations
    sucrerie, râperie
  • Précision dénomination
    sucrerie de betteraves, râperie de betteraves
  • Appellations
    Bulté et Cie, Sucrerie centrale d'Arras
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, aire de lavage, aire des matières premières, pont bascule, hangar industriel, étable à chevaux

La sucrerie de Longueval est fondée en 1873. A partir de 1888, elle est exploitée par la société Bulté fils et Cie, fondée en commandite simple. La société investit lourdement à la fin du XIXe siècle afin d'accroître la productivité de la sucrerie. L'équipement industriel est ainsi renouvelé et modernisé et le propriétaire fait l'acquisition de la râperie de Montauban en 1903, et de plusieurs bascules à Combles, Mametz et Bazentin.

Durant la guerre, la sucrerie de Longueval, que les Anglais appellent la "ferme Waterlot", est située à proximité immédiate de la ligne de front. Pendant deux ans, l'usine est pillée puis occupée par les Allemands. Les machines et tout l'outillage métallique sont récupérés pour être fondus. A partir de juin 1916, la sucrerie est dans la zone de combats. Elle subit une série de bombardements qui la détruisent complètement. Le procès verbal de constat d'état du bien sinistré souligne qu'on "trouve quelques traces de bâtiments. Les maisons du gérants et du personnel ont été rasées. Le matériel, soumis à de longs et intense bombardement ne forme plus qu'un amoncellement de ferrailles inutilisable". Lucien Bulté et Charles Blériot, actionnaires principaux de la société, décident de revendre leurs indemnités à dommage de guerre à la S.A. Sucrerie Centrale d'Arras, implantée à Boiry-Sainte-Rictrude (Pas-de-Calais). Autorisés par délibération du Conseil d'administration de la société le 15 octobre 1922, la mutation du droit à indemnités est signée le 25 mars 1923.

En 1926, le montant des indemnités de dommage de guerre est estimé à 6.674.979 francs. Cette somme permet à la Sucrerie de Boiry-Sainte-Rictrude de construite une râperie qui sera reliée directement à l'usine centrale par canalisations. A côté de l'usine de Longueval, une série de logements sera construite pour une partie du personnel permanent de la râperie. L'établissement cesse son activité en 1973 et les bâtiments sont détruits après inventaire en 1991.

Équipement industriel : vers 1880, la sucrerie est équipée de machines Cail qui lui permet de traiter 150 t. de betteraves / jour. Avant 1914, d'importants investissements consistant en l'installation de deux diffuseurs, d'un quadruple effet, de nouvelles cuites et d'appareils de filtration, permettent à la sucrerie de traiter environ 300 t. de betteraves / jour. La production établie entre 1909 et 1914 n'atteint toutefois pas ces performances qui restent théoriques : les livres de production oscille, pour cette période, entre 100,23 t. / jour et 213 t. /jour.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1925, daté par source

L'usine était située à la sortie du village, sur la route de Guillemont. Elle se distinguait par une haute tour en béton armé et brique de cinq étages carrés qui abritait les différentes phases de traitement des betteraves, depuis leur nettoyage jusqu'à l'envoi du jus chaulé vers l'usine centrale, distante d'environ 25 km. Cet atelier était couvert d'un toit en terrasse. L'eau, nécessaire au traitement était acheminée depuis Flers, par canalisation. Les corps de bâtiments adjacents étaient en brique et pan de fer, couverts de toits à longs pans en tuile mécanique. L'ensemble a été détruit après inventaire.

  • Toits
    tuile mécanique, ardoise
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée sans travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
  • Escaliers
  • État de conservation
    détruit après inventaire
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Éléments remarquables
    atelier de fabrication

Rajouter OBS : pat indus Dufournier mis à jour....

Documents d'archives

  • AD Somme. Série R ; 10 R 774. Longueval, dommages de guerre de la sucrerie, 1919-1922.

Documents figurés

  • Longueval (Somme). La sucrerie, carte postale, [avant 1914] (coll. part.).

  • Longueval. La fabrique. P.D. [Peigné-Delacourt, carte postale, [avant 1914] (coll. part.).

Date d'enquête 1988 ; Date(s) de rédaction 1990, 2015
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Fournier Bertrand
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers