Dossier d’œuvre architecture IA02010846 | Réalisé par
Fournier Bertrand (Enquêteur)
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • patrimoine industriel, le Chaunois industriel
  • enquête thématique régionale, La première Reconstruction
  • patrimoine de la Reconstruction
Les habitations de la cité-jardin de la Compagnie des Chemins de fer du Nord en 1920
Œuvre repérée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère - Tergnier
  • Commune Tergnier
  • Lieu-dit Quessy-cité
  • Adresse 25 rue Antoine-Parmentier , 1, 7-9, 2, 4-6, 8-10, 12-14 rue Eugène-Delacroix , 2, 4-6, 8 rue de l'Arc en ciel , 4-6, 8-10, 20, 7-9, 11-13, 15-17, 21, 25 avenue Maréchal-Leclerc , 3 rue de la Famille-Sauvage , 1-3 rue de Houdon , 1-3, 5-7, 6-8, 10-12 avenue Charles-Montesquieu , 1-3, 5-7, 2-4, 6-8 rue des Grands-Camps , 1-3, 5-7, 9-11, 2-4, 6-8, 14-16 rue Jean-Jacques-Rousseau , 2-4, 6-8 rue Pascal , 2-4, 6-8, 10-12 rue des Basses-Séguilles , 1-3, 5-7, 9-11, 13-15, 18-20, 22-24, 26-28 rue Watteau , 9-11, 13-15, 2-4, 6-8, 16-18, 20-22 rue Jean-Baptiste-Lully , 1-3, 2-4, 18-20 rue Grands-Rayons , 1, 7-9, 2, 4 rue Leconte-de-l'Isle , 3-5, 7-9, 11-13, 15 rue Paul-Hauriez , 1-3, 7-5, 9, 11-13, 17, 19, 21, 23-25, 2, 12-14, 18-20 rue Madame-Heugel , 1, 3-5, 2, 4-6 rue Lamartine , 2-4, 6-8 rue du Montoir , 1-3, 5-7 rue du Paradis , 1-3, 5-7 rue Prés Dieu , 1-3, 2, 4 rue Lavoisier , 2 impasse Marcel-Proust , 39-41 rue de Reims , 1-3, 5-7 avenue Laplace
  • Précisions anciennement commune de Quessy ; anciennement commune de Vouël
  • Dénominations
    maison
  • Dossier dont ce dossier est partie constituante
  • Parties constituantes non étudiées
    jardin, dépendance

Les premières habitations de la cité-jardin sont construites de mai à novembre 1919 ; ce sont des habitations provisoires en bois, que la Compagnie est autorisée à faire fabriquer selon ses propres plans, puis des maisons définitives "en dur", en cours de construction sur la vue aérienne (IGN) du 1er octobre 1919.

Les maisons provisoire en bois, de type à 3 et à 4 pièces, sont connues par un album conservé aux Archives du Monde du travail.

La communication de Raoul Dautry, publiée dans la Revue d'Hygiène en 1923, donne des renseignements assez précis sur les 1240 logements réalisés à cette date (300 en bois et 940 en dur) toujours appelés "maison" : Chaque logement dispose d'un terrain de 450 à 500 m2. Il est, "en général, à 4 pièces, la salle commune et 3 chambres, 1 pour les parents, 1 pour les garçons, 1 pour les filles. Chaque maison possède une cave ou cellier et un porche. Ce porche est un Maître-Jacques qui joue de nombreux rôles. Il est utilisé pour le nettoyage des vêtements et des chaussures, l’été, les femmes y cousent l’après-midi, les bébés y dorment dans leur voiture, l’homme y lit son journal en rentrant du travail, la famille entière y passe la soirée". Une maison sur 20 comprend 5 pièces pour les familles nombreuses et une maison sur 20 en comprend 6 pour les familles très nombreuses, soit au total 1/10e des maisons à plus de 4 pièces. Pour limiter le transport de matériaux "nous avons utilisé les agglomérés de scories dont nous sommes producteurs. Nos agglomérés ont une double paroi avec un vide au milieu. Ces matériaux ont été recouverts d’un enduit de ciment, puis d’un crépi blanc".

Parmi ces types de maisons "en dur", on a identifié le type Rolland commandé en mars 1920 (20 maisons de deux logements à quatre pièces et 5 maisons de quatre logements de quatre pièces), certaines sont dessinées par l'architecte Ernest Bertrand, comme l'indique l'article publié dans la revue L'Architecture, en 1923.

En juillet 1921, on peut lire dans La Construction moderne (cf. annexe) que 1400 logements ont été construits suivant 22 types de maison différents pour éviter "l'uniformité". A ce titre, "volets peints en couleurs claires [et] des tuiles vernissées apportent une note gaie". Toutes ces maisons possèdent "le porche, indispensable à la propreté et à la tenue ménagère".

Les logements les plus nombreux comptent quatre pièces, d'autres cinq ou six pour les familles les plus nombreuses. "Les maisons s'alignent largement séparées les unes des autres" (Bellamy, 1922). Chaque maison (bloc de logements) est implantée en coeur de parcelle ou en retrait d'une cour plantée et chaque logement dispose d'un jardin, en plus des jardins potagers plus vastes aménagés au nord de la cité, pour la culture de la pomme de terre.

Cayotte (1925), signale des maisons de trois logements de cinq pièces, deux logements de six pièces et de quatre logements de quatre pièces.

Les maisons de contremaîtres comprennent une salle-à-manger/salon et un cabinet de toilette-salle de bains (Coignat, 1924).

Les photographies de Francis Gadmer (coll. Albert-Kahn) effectuées durant l'été 1921 montrent différents types de maisons, dont certaines en construction. Les nombreux articles et cartes postales qui faisaient la promotion de la cité montrent que les maisons présentaient pour certaines un décor de faux pan de bois en partie haute, qu'elles étaient couvertes de tuiles et que les terrains n'étaient clos sur la voie que par des poteaux en ciment peints en blanc.

Les bombardements de la cité en 1944 ont endommagés de nombreux logements. Le plan de 1944 figure 350 maisons, dont plus de 150 totalement détruites, 105 réparables et 24 intactes.

Selon Jean Bossu (1946), 291 logements ont été réparés en 1944 et 1945 et des améliorations ont été effectuées dans plus de 300 logements.

70 maisons ont été identifiées durant l'enquête de 2017. Ces maisons ont fait l'objet de restaurations, de rénovations et de transformations (toits de tuiles remplacés par des toits d'ardoises, disparition des porches, clôtures végétales et séparation des terrains en jardin).

Plusieurs types de maisons à étage de comble sont conservées, principalement au nord de la cité. Chaque logement dispose d'un jardin et de dépendances.

Maison unifamiliale : quelques exemplaires identifiés avenue Maréchal-Leclerc (voir maison du chef de district), construits aux abord du parc des Buttes-Chaumont, au point haut de la cité.

Maisons à deux unités d'habitation : une vingtaine d'exemplaires identifiés (notamment rue des Basses-Séguilles et rue Eugène-Delacroix) de deux types différents.

Maisons à trois unités d'habitation : deux exemples de type "bloc" (rue Madame-Heugel) et un exemple de type "articulé" (rue de Reims).

Maisons à quatre unités d'habitation : près d'une quarantaine conservées de trois types : type "bloc" (20) dans les ilots au sud-est du parc des Buttes-Chaumont, à porche hors-oeuvre, dans les ilots à l'est de la place, à porche en pignon dans les ilots à l'ouest de la place.

Les maisons à trois et quatre logements disposent d'accès sur plusieurs rues, ce qui limite la promiscuité.

L'ensemble est construit en parpaings de béton enduit et couvert d'ardoises.

  • Murs
    • béton enduit
  • Toits
    ardoise, tuile flamande mécanique
  • Étages
    sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
  • Statut de la propriété
    propriété d'un établissement public (incertitude)

Documents d'archives

  • BELLAMY, Henri. "Une visite à Tergnier. Les cités jardins de la Compagnie du Nord". Le Grand Echo de l'Aisne, 20 septembre 1922, p. 1.

  • COIGNAT, Raymond. "Les cités-jardins de la Compagnie du Nord". L'Architecture, mai 1924, p. 49-57.

  • DAUTRY, M. "Les cités-jardins du Chemin de fer du Nord". Communication faite à la société de médecine publique et de génie sanitaire. Séance du 22 mars 1923. Revue d´hygiène, Paris : Masson & Cie éditeurs.

  • Dans les régions dévastées. L'Oeuvre de reconstitution et la solidarité française. Edité par le Comité d'Action des Régions Dévastées. Paris, 1925.

    p. 218.
  • BOSSU, Jean. "La reconstruction de Tergnier". L'architecture d'aujourd'hui, n°9, novembre 1946.

    p. 26.

Bibliographie

  • BAUDOUI, Rémi. La cité-jardin de Tergnier de la Compagnie du Nord, 1921-1950. Éléments d'analyse d'un modèle de société cheminote. "Les chemins de fer, l'espace et la société en France". Actes du colloque. Paris 18-19 mai 1988. AHICF, 1989, p. 265-277.

  • HARDY-HEMERY, Odile. Les cités jardins au Nord de Paris, fin du XIXe-XXe siècle. De l'utopie hygiéniste au réalisme pragmatique. Revue du Nord, avril-septembre 1997, tome LXXIX, n° 320-321.

  • HARDY-HEMERY, Odette. Les cités-jardins de la Compagnie du Chemin de fer du Nord : un habitat ouvrier aux marges de la ville. Revue du Nord, n°374. 2008/1. p. 131-151.

Documents figurés

  • Maisons provisoires en bois (logement à 3 pièces), s. d. (C. A. M. T. ; 48 AQ 3301/2).

  • Maisons provisoires en bois (logement à 4 pièces), s. d. (C. A. M. T. ; 48 AQ 3301/2).

  • Type Rolland. 2 logements de 4 pièces, s. d. (C. A. M. T. ; 48 AQ 3301/2).

  • Type D. N. Rolland frères. 4 logements de 4 pièces, s. d. (C. A. M. T. ; 48 AQ 3301/2).

  • Maisons à quatre unités d'habitation. Ernest Bertrand (architecte). Extrait de COIGNAT, Raymond. "Les cités-jardins de la Compagnie du Nord". L'Architecture, mai 1924, p. 50.

  • Maison à quatre unités d'habitation. Ernest Bertrand (architecte). Extrait de COIGNAT, Raymond. "Les cités-jardins de la Compagnie du Nord". L'Architecture, mai 1924, p. 51.

  • Cité de Tergnier. Le pavillon du docteur. In L'Oeuvre de reconstitution et la solidarité française, 1925, p. 218.

  • Cité de Tergnier. Maison de quatre logements de quatre pièces. Type Rolland. In L'Oeuvre de reconstitution et la solidarité française, 1925, p. 216.

  • Cité de Tergnier. Maison de deux logements de cinq pièces. In L'Oeuvre de reconstitution et la solidarité française, 1925, p. 218.

  • Cité de Tergnier. Maison de deux logements à six pièces. In L'Oeuvre de reconstitution et la solidarité française, 1925, p. 218.

Date d'enquête 2017 ; Date(s) de rédaction 2021
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Fournier Bertrand
Fournier Bertrand

Chercheur de l'Inventaire du patrimoine - Région Hauts-de-France

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.