Dossier d’œuvre architecture IA59002050 | Réalisé par
Luchier Sophie
Luchier Sophie

Chercheur de l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, PNR Scarpe-Escaut
Ferme Wabempré
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
  • (c) Parc naturel régional Scarpe-Escaut

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut - Saint-Amand-les-Eaux
  • Commune Lecelles
  • Lieu-dit Wabempré
  • Adresse 1 rue G.-Legrand
  • Cadastre 1805 C 0012, 0013, 0016, 0017, 0019 ; 1821 C 0116, 0117, 0118, 0126, 0131 ; 1885 C 0365, 0366, 0367, 0372, 0373, 0376, 0407, 0408 ; 2003 OC 0358, 0334, 0335
  • Dénominations
    ferme
  • Appellations
    Wabempré
  • Parties constituantes non étudiées
    étable à chevaux, grange, logement, étable

Cette ferme double était une dépendance de l'abbaye de Saint-Amand. Les bâtiments actuels ont été construits aux 18e et 19e siècles. Le logis de la première ferme conserve un cartouche sur le pignon portant l'incription AW 1767, P (ou H) WIBAUT. Le style du second logis permet de dater ce dernier de la seconde moitié du 18e siècle. Au début du 19e siècle, la famille de censiers, meuniers et brasseurs Legrand achète cette ferme pour en faire son manoir, cense affermée aux Wibault, et exploite la ferme de Coutan. C'est à cette époque que l'ensemble est transformé, comme en témoignent les cadastres successifs de 1805 et 1821 : des bâtiments sont détruits, ouvrant ainsi les deux cours sur l'arrière, la grange et le second logis sont découpés en parcelles. Des étangs sont creusés et un canal est percé, afin d'alimenter un bassin installé dans la première cour. Entre 1821 et 1885, l'aile sud de la seconde cour est détruit et une petite grange est reconstruite. A la fin du 19e siècle, la première ferme fait l'objet d'aménagements de style éclectique (cheminée, balcon, porche, fournil).

L'accès à la première ferme à cour ouverte se fait par un portail aménagé au 19e siècle. Au dessus du portail a été inserré un cartouche portant les armes de la famille Baudrenghien (d'or à la croix de gueules et cantonné de trois molettes de même (couleur), soutenu par deux griffons et surmonté d'un heaume). Le logis de la première ferme conserve un cartouche sur le pignon portant l'incription AW 1767, P (ou H) WIBAUT. Cet édifice est profond et a de larges ouvertures. Ce type de logis est le seul exemple conservé sur le territoire étudié. Il est en brique et chaînage de pierre, en rez-de-chaussée surélevé et précédé d'un mur et d'un balcon aménagé à la fin du 19e siècle. L'aile fermant la cour sur la rue est en rez-de-chaussée, en brique et couverte d'une toiture à deux pans en tuile. Elle abritait des communs (très remaniés) qui ont été aménagés pour accueillir des logements d'ouvriers. La grange fait face au logis. Le fournil a été construit à l'arrière de la grange. Un passage couvert permet l'accès à la seconde ferme qui était également une ferme à cour fermée à l'origine.

  • Murs
    • brique
  • Toits
    tuile flamande
  • Étages
    en rez-de-chaussée
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • toit en double bâtière
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • AD Nord : Série P (cadastre) : P30/192 (1805).

  • AD Nord : Série P (cadastre) : P31/ 598.

Date d'enquête 2003 ; Date(s) de rédaction 2004
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut
Luchier Sophie
Luchier Sophie

Chercheur de l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers