Dossier d’œuvre architecture IA59005560 | Réalisé par
Ramette Jean-Marc (Rédacteur)
Ramette Jean-Marc

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Hauts-de-France.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • opération ponctuelle
Maison de négociant en graines Deboulonne
Œuvre recensée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes Pévèle-Carembault - Orchies
  • Commune Orchies
  • Adresse 76-78 rue Jules-Ferry
  • Cadastre 2016 D 982, 983  ; 1874 D3 1332  ; 1817 C 55
  • Dénominations
    maison
  • Précision dénomination
    maison de négociant
  • Parties constituantes non étudiées
    passage couvert, cour, entrepôt commercial

La ville d'Orchies a payé un lourd tribut à la Première Guerre mondiale. Cette maison, occupée à l'origine par M. Deboulonne, négociant en semences, est reconstruite entre 1920 et 1925. Elle accueille sur son parcellaire la Tour à Diable, vestige remarquable des anciennes fortifications de la ville.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 20e siècle

L’édifice en front de rue ferme la parcelle sur laquelle est implantée la Tour à Diable. Construit en brique sur un soubassement de gré, l'édifice compte 3 niveaux d'élévation développés sur 4 travées. La troisième travée sud, en fronton-pignon surmonté d'acrotères en zinc, est percée d'un passage couvert en anse de panier desservant la cour. Encadré de grès, ce passage est surmonté d'un balcon maçonné, peut-être en pierre mais plus surement en béton armé, décoré de motifs floraux. Le balcon est desservi par une porte-fenêtre. Les fenêtres des deux premiers niveaux, droites, à meneaux de pierre ou de ciment armé, sont encadrées de chaînes harpées en ciment. La corniche est soulignée d'un bandeau en enduit imitant la pierre sur un appareil de brique en épis. Les combles sont éclairés de lucarnes.

Cet édifice de facture classique est caractéristique de la Grande Reconstruction qui associe le style Louis XIII à l’expression d'une stabilité et d'une confiance en l’avenir retrouvées. De nombreuses maisons de notables, des sièges d’institutions, des succursales bancaires ont ainsi été reconstruits dans ce style dans les années 1920.

  • Murs
    • grès
    • brique appareil mixte enduit d'imitation
    • ciment béton armé (incertitude)
  • Toits
    tuile flamande mécanique
  • Étages
    1 étage carré, étage de comble
  • Couvrements
    • charpente en bois apparente
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Statut de la propriété
    propriété d'une personne privée
  • Protections

Date d'enquête 2022 ; Date(s) de rédaction 2022
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Ramette Jean-Marc
Ramette Jean-Marc

Chercheur de l'Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Hauts-de-France.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.