Dossier d’œuvre architecture IA60001010 | Réalisé par
  • patrimoine industriel, arrondissement de Beauvais
Moulin à farine Saint-Quentin, puis usine d'impression sur étoffe Sallé, puis filature de laine peignée Lucet, puis Gibert, puis usine de tabletterie Besse, puis usine de petite métallurgie, actuellement maison et édifice artisanal
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération du Beauvaisis - Beauvais
  • Hydrographies le Thérain
  • Commune Beauvais
  • Adresse 85 rue de la Préfecture
  • Cadastre 1983 AW 389, 390, 394
  • Dénominations
    moulin à farine
  • Appellations
    dit Moulin Saint-Quentin
  • Destinations
    usine d'impression sur étoffes, filature, usine de tabletterie, usine de petite métallurgie, édifice artisanal, maison
  • Parties constituantes non étudiées
    atelier de fabrication, logement, salle des machines

A l'origine, ce moulin appartenant à l'abbaye Saint-Quentin broyait du blé au 17e siècle. Il est vendu comme bien national en 1791 à Sallé qui y installe une fabrique d'indiennes et de toiles peintes.

En 1832, il est acheté par les époux Lucet qui en font une filature de laine peignée. En 1854, il est vendu à un certain Gibert qui le revend quelques années après à Zentz et Cie, filateurs. En 1891, une cheminée de brique est élevée (détruite) pour un moteur à gaz pauvre.

En 1913, le moulin appartient à un nommé Belloin, qui le cède à un tablettier nacrier du nom de Thienard Besse, qui y exercera jusqu'en 1925. Les bâtiments sont ensuite loués à Gozé, fabricant de cycles et emboutissage qui y édifie un atelier à trois rangées de sheds vers 1932 et qui occupe l'usine jusque dans les années 1950.

Actuellement, le bâtiment du moulin est utilisé à usage d'habitation, les ateliers adjacents abritent une entreprise de peinture, Thienard, et des garages.

Equipement industriel et machines :

1836, remplacement de la roue à palette par une roue à pots (détruite). 1876, installation d' une locomobile de 8 ch. pour suppléer à l'insuffisance de la roue hydraulique pendant les périodes de sécheresse (détruite). 1891 : installation d'un moteur à gaz pauvre (détruit). 1896 : remplacement de la roue hydraulique par une turbine Brault et Teisset toujours en place. 1904 : arrêt du moteur hydraulique.

Effectifs :

1850 : 42 ouvriers ; 1939 : 56 ouvriers.

  • Période(s)
    • Principale : 17e siècle, 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1891, daté par source, daté par tradition orale

Atelier de fabrication en pierre de taille à un étage carré et un étage de comble, tuile plate.

Atelier de fabrication en brique à un étage carré, shed, tuile mécanique.

Logement à deux étages carrés et un étage de comble, enduit, toit à croupe, ardoise.

Salle des machines en brique et tuile mécanique.

  • Murs
    • brique
    • enduit
    • pierre de taille
  • Toits
    tuile mécanique, tuile plate, ardoise
  • Étages
    2 étages carrés, étage de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • shed
    • pignon couvert
    • croupe
  • Énergies
    • énergie hydraulique
    • énergie thermique
    • produite sur place
    • produite sur place
    • turbine hydraulique
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Éléments remarquables
    machine énergétique
  • Précisions sur la protection

    Turbine hydraulique en place.

L'intégralité du dossier est consultable au centre de documentation de l'Inventaire et du Patrimoine culturel.

Documents d'archives

  • AD Oise. Série S ; 9 Sp 170. Déclaration de machines à vapeur.

  • AD Oise. Série M ; 5 M. Etablissements industriels, insalubres et dangereux, commune de Beauvais.

  • AD Oise. Série U ; 6 U. Déclarations de sociétés.

  • AD Oise. Entreprises industrielles, recensement 1940-1941.

Bibliographie

  • Bulletin de l'Ecomusée, 1982.

    p. 14-15
Date d'enquête 1996 ; Date(s) de rédaction 1996
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général