Dossier d’œuvre architecture IA62001383 | Réalisé par
  • enquête thématique départementale, patrimoine Art Déco d'Arras
  • patrimoine de la Reconstruction
Immeuble de rapport
Œuvre recensée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté urbaine d'Arras
  • Commune Arras
  • Adresse 10 rue Saint-Aubert
  • Cadastre 2008 AC 451
  • Dénominations
    immeuble
  • Parties constituantes non étudiées
    boutique

Au début du 20e siècle, la boutique de cet immeuble est une librairie tenue par Henri-Paul Cauvet, locataire de Madame Pillon-Petit. Après les destructions engendrées par la première guerre mondiale, Madame Petit charge Ludovic Roussel, architecte arrageois, de la reconstruction de son immeuble à partir de 1923. En mars 1925, Henri-Paul Cauvet devient propriétaire de l'immeuble ; c'est à cette même période que sont appliqués les plans d'alignement des rues arrageoises qui ont pour conséquence l'amputation d'une partie de cet immeuble. Un second projet de reconstruction est mené par l'architecte René Trubert qui dessine un immeuble de style Art déco. Aujourd'hui dévolu au commerce de prêt-à-porter, l'immeuble arbore toujours la figure allégorique de la lecture située sur le fronton de la lucarne et qui rappelle l'ancienne activité de cette maison de commerce.

L'immeuble, construit en béton peint dans des tons pastels, saumon et bleu est constitué d'un rez-de-chaussée à usage de commerce, de deux étages carrés et d'un étage de comble marqué par la présence d'un balcon de béton. La façade se structure autour de trois travées : la travée centrale est éclairée par des fenêtres à deux croisées, celles des travées latérales sont à croisée unique. Elle est encadrée par des pilastres cannelés à faible saillie montant de fond. L'immeuble est de style Art déco par ses formes et motifs géométriques disséminés sur l'ensemble de la façade. Le bandeau du premier étage ainsi que les chapiteaux et les bases des pilastres sont constitués de motifs géométriques où la ligne droite et la forme circulaire règnent en maître. Le pan coupé des appuis de baie du deuxième étage et du fronton est représentatif de cet Art déco géométrique. Le fronton de la lucarne se distingue par une figure allégorique très schématique, faisant écho aux modèles de l'architecture antique.

  • Murs
    • béton
  • Toits
    ardoise, tuile mécanique
  • Étages
    2 étages carrés, étage de comble
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à deux pans
  • Typologies
    immeuble de rapport avec boutique en rez-de-chaussée
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler

Cet immeuble constitue un exemple rare d'architecture strictement Art déco ; l'ensemble des caractéristiques du style sont réunis sur la façade de cet immeuble. Excepté le rez-de-chaussée qui a subi de nombreuses modifications, la façade d'origine a été conservée et témoigne d'éléments de décor uniques à Arras ; c'est notamment le cas du bas-relief situé sur le fronton de l'immeuble qui constitue un exemple caractéristique du recours aux représentations usuelles de l'architecture classique opérée par l'Art déco.

Documents d'archives

  • A.D. Pas-de-Calais. Série R ; 10R, dossier de la Reconstruction non classé.

Date d'enquête 2008 ; Date(s) de rédaction 2009
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général