Dossier d’œuvre architecture IA62002545 | Réalisé par
Darras Thomas (Rédacteur)
Darras Thomas

Chargé d'étude, recruté par le canton de Le Parcq pour réaliser une opération d'inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Delille Christophe (Rédacteur)
Delille Christophe

Chargé d'étude, recruté par le canton de Le Parcq pour réaliser une opération d'inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • opération ponctuelle, Le patrimoine de la Seconde Guerre mondiale dans le canton du Parcq
  • opération ponctuelle, enquête externe
Poste d'observation, dit tour de veille aérienne [Flugwache] (vestiges)
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes des 7 Vallées - Auxi-le-Château
  • Commune Maisoncelle
  • Lieu-dit Les Haies d'Herlecamps
  • Adresse R. D. 104
  • Cadastre 1988 ZB 62
  • Dénominations
    poste d'observation
  • Appellations
    Flugwache, tour de veille aérienne

Selon la tradition orale, l’armée allemande aurait bâti cette tour durant l’Occupation. Pour Y. Delefosse, elle était originellement couverte d'un dôme de verre qui permettait aux guetteurs allemands de repérer l'aviation alliée. Cette architecture particulière est confirmée par les témoignages locaux. Cette tour faisait partie d'un réseau de postes d'observation aérienne qui s'étendait jusqu'à Dunkerque. Les éléments les plus proches appartenant à ce réseau étaient le sémaphore de la Loge et la tour d'Audincthun. Selon les témoignages recueillis sur place, au pied de la tour s’étendait un réseau de passages et de casemates couverts de planches, de portes et de cloisons volées dans des bâtiments civils voisins et recouvertes de terre.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle

La tour est de plan circulaire. Son diamètre est irrégulier. Il décroit depuis sa base vers son sommet (sur environ les trois-quarts de sa hauteur), puis s’évase à nouveau, jusqu’à un diamètre équivalent à celui de sa base. Elle est bâtie en brique avec un parement en ciment dont subsiste des lambeaux. Les encadrements de la porte et des fenêtres sont en béton, avec des morceaux de bois de coffrage. Les restes d’un conduit en brique longe la tour sur toute sa hauteur. A l’extérieur de l’édifice, plusieurs éléments métalliques sont fichés dans la maçonnerie : des gonds à gauche de la porte, et des anneaux fixés en surplomb au sommet de l’édifice, sur toute la circonférence. On accède à l’intérieur par une porte au rez-de-chaussée. La tour compte trois niveaux. Chaque niveau est constitué d’un volume circulaire unique. Le troisième niveau est à ciel ouvert, mais originellement recouvert d’une verrière. La partie supérieure de la tour, évasée, en forme le parapet. Les trois niveaux sont séparés par deux plateformes en brique recouvertes d’un parement de ciment sur les faces supérieures et inférieures. Chaque plateforme présente une ouverture rectangulaire servant à la communication entre les niveaux. L’accès d’un niveau à l’autre était rendu possible par des barreaux métalliques dont les restes sont encore fichés dans la maçonnerie. Les ouvertures sont encadrées d’une rainure rectangulaire destinée à recevoir une porte. A côté de chaque ouverture, un anneau métallique est maçonné dans la plateforme. Il était destiné à recevoir un barreau afin de pouvoir verrouiller la porte depuis le niveau supérieur.

  • Murs
    • brique
    • ciment
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvrements
    • béton en couvrement
  • Couvertures
    • verrière
  • Escaliers
    • échelle
  • État de conservation
    vestiges
  • Statut de la propriété
    propriété d'une personne privée
  • Intérêt de l'œuvre
    vestiges de guerre

Bibliographie

  • BAILLEUL, Laurent. Les sites V1 en Flandres et en Artois. [s. ed.] : 2000.

  • BAILLEUL, Laurent. Les sites V1 en Picardie. [s. ed.] : 2006.

  • CHEVALIER, Hugues. Bombes et V1 sur le Pas-de-Calais 1944. [s. ed.] : 2009.

  • DELEFOSSE, Yannick. V1 Arme du désespoir. [s. l.] : Édition Lela Presse, 2011.

Date d'enquête 2011 ; Date(s) de rédaction 2012
(c) Comité cantonal de développement du canton du Parcq
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Darras Thomas
Darras Thomas

Chargé d'étude, recruté par le canton de Le Parcq pour réaliser une opération d'inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Delille Christophe
Delille Christophe

Chargé d'étude, recruté par le canton de Le Parcq pour réaliser une opération d'inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.